• Filets de poulets aux herbes, tapenade de tomates séchées

    Filets de poulet

     

     

    Lors du cours la semaine dernière, nous avons préparé et mangé du fenouil cuit à la vapeur, des tagliatelles de courgettes mi-cuites, et de la quinoa avec ces filets de poulet.

    2 filets conviennent très bien pour 3 ou 4 personnes, car 100g de protéines sont amplement suffisantes (pour une journée!)- mais vous connaissez probablement l'appétit de vos proches; faites donc en fonction!

    C'est une recette de Pol Grégoire. La "tapenade" de tomates séchées (mises à tremper) relève bien ces filets, qui ni salés, ni poivrés, profitent de la fraîcheur et de la délicatesse des herbes dont ils sont fourrés. Si vous préférez, vous pouvez aussi tartiner de cette purée l'intérieur des filets et rajouter les herbes ensuite.

     

    Ingrédients pour 3/4 personnes

     

    2 filets de poulet

    1 petite courgette par personne

    6 demi-tomates séchées

    1 fenouil + 1/2

    ¼ botte persil

    ¼ botte ciboulette

    ¼ botte estragon

    ½ tasse de fenouil germé (ou autre graines germées)

    Huile d’olive vppf

    Fleur de sel

    ½ citron

    150g de quinoa

     

    Matériel

    Cuit vapeur

    Film alimentaire

    Petit couteau bien aiguisé et/ou zesteur.

     

    Comment faire :

    Hacher les herbes, les graines germées, détailler le zeste du ½ citron.

    Laver et parer le fenouil (le couper en 4 ou en 8 selon la grosseur). Laver les courgettes. Les peler  avec un économe ou un détailleur, pour obtenir des tagliatelles. Les réserver.

     

    Préparer la quinoa : la rincer abondamment sous l’eau. La mettre dans une casserole avec la même quantité d’eau que de quinoa. Porter à ébullition, et ensuite faire cuire tout doucement pendant 5’. Couper le feu et laisser gonfler à couvert pendant 20’.

     

    Détacher les filets purs des blancs. Ouvrir les blancs en les coupant en 2 dans leur épaisseur, mais sans les séparer, comme une enveloppe. Rouler les filets purs dans le mélange herbes/zestes, et les placer sur les blancs ouverts en enveloppe. Refermer et rouler ces filets ainsi farcis dans une feuille de film alimentaire pour former des boudins. Veiller à ce que des poches d’air ne se forment pas au moment de faire les boudins.

    Faire cuire à la vapeur pendant 15’, en même temps que le fenouil.

    Pendant ce temps, mixer les tomates séchées avec un peu de leur eau de trempage, puis tout en continuant à mixer, verser peu à peu 8 cuillères à soupe d’huile d’olive.

     

    Pour le service

    2 tronçons de poulet pp (chaque filet est coupé en 3)

    3 càs de quinoa

    2 càs de crème de tomate sur les tronçons de poulet

    Quelques morceaux de fenouil

    Les tagliatelles de courgettes, salée et assaisonnée d’un filet d’huile.

     

    D’après Pol Grégoire « Vitalité gourmande » Ed. Blouard

     

     

     

  • Le frigo (épisode 12)

    Aujourd'hui le frigo est fermé.

    Mais vous trouverez peut-être comment l'ouvrir...

     

    Frigo épisode 12

     

    Une surprise vous y attend!

  • Mini-quiches aux graines de pavot, poivron et chèvre frais

    MiniQuichettes poivrons

     

    Avec les  très sympathiques participants du cours de cuisine "Délices et Vitalité" des Ateliers So Good, (dont une des responsables est la dynamique Laurence Gillis!) nous nous sommes gaiement attaqués au menu que j'avais concocté sur le thème cuisine et santé (tiens donc...)

    Trempette de lentilles corail au curry cajun, mini-quiches aux graines de pavot, filets de poulet aux herbes, madeleines à la fève tonka, fraises au sirop d'agave et huile essentielle de gingembre!

    Ingrédients pour 14 mini-quiches

    Pour la pâte :

    200g farine de froment 75%

    60 g de flocons de sarrasin

    2 càs de graines de pavots

    2 pincées de sel marin

    6 cas d’huile d’olive

    10 càs d’eau

     Pour la garniture :

    1,5 poivrons

    1 petite courgette

    1 fromage de chèvre frais

    3 œufs

    Graines de potirons rôties

    Pour garnir l'assiette:

    ½ poivron

    1/2 fromage de chèvre frais

    1 botte de persil

    Graines de potiron rôties

     

    Comment faire :

    Mélanger la farine, les flocons, les graines de sarrasin.

    Sabler l’huile, et ensuite rajouter progressivement l’eau jusqu’à obtention d’une pâte en boule.

    Couvrir d’un film et réserver 30 minutes.

    Couper le poivron en lanières de 1 cm et cuire 25’ à la vapeur.

    Peler ensuite les lanières (la peau vient toute seule).

    Couper en fines tranches la courgette crue et réserver le tout.

    Mélanger les œufs et le fromage frais- poivrer- saler (peu)

    Mixer grossièrement les graines de potiron.

    Etaler la pâte, faire des ronds à l’emporte-pièce, les détacher à l’aide d’une spatule et les poser sur les moules.

    Déposer les lanières dans le fond des mini-quiches, couvrir avec 3 tranches de courgettes, remplir chaque empreinte avec le mélange œufs/fromage, en aérant les légumes (une recommandation de la reine des quiches, et ça marche! )

    Terminer par une pincée de graines de potirons moulues (ou entières...)

    Sur l’assiette, rajouter une quenelle de fromage de chèvre mixé avec le poivron rouge pelé, saupoudré de quelques graines de potiron moulues, et d’un filet de jus de persil.

     

    D’après Laurence Salomon, décidément très tendance.

    Mais quel succès!

     

  •  Le jeu des 7 vérités

    Urban Garden ma terrasse

     

     

     

    Sonia de Tambouille et Délices m'adresse ce questionnaire et je la remercie pour cette marque de , enfin, de  ; je me suis pliée à la règle du genre  et vous livre "mes 7 vérités" (enfin, les 7 vérités d'ici et maintenant ...)

     

    1. C'était mon ANNIVERSAIRE, hier.

    2. Demain, je donne mon PREMIER COURS DE CUISINE ici en dehors de mes"week-end Bien-Etre". A la rentrée, je donnerai d'autres cours, en privé ou ici.

    3. Mes premières RENCONTRES avec d'autres blogueurs datent de avril, mai et juin 2007 ...

    4.J'ai toujours plusieurs LIVRES en cours.

    5.Je roule à VELO le plus possible, et je DETESTE porter le casque et cette AFFREUSE chasuble jaune réfléchissante. Mais depuis que j'ai vu le NEZ CASSE de mon voisin après une chute de vélo, je m'OBLIGE chaque fois à les mettre.

    6.J'expérimente la fabrication de mes propres CREMES DE BEAUTE. En surfant, j'ai vu que c'était possible, et maintenant, je touille mes petites magies moi-même avec des huiles essentielles bio, de la cire d'abeille, de l'aloé véra et de l'huile d'argan.

    7.A propos d'HUILES ESSENTIELLES, grâce à Valérie Cupillard, j'ai appris à m'en servir en cuisine...

     

    Bon, maintenant, à qui vais-je demander s'il lui plaît de se prêter au jeu (ou non) ? Bon, Chris et Clo de Tambouille ont déjà répondu (mince alors)  qui d'autre? Hughes Belin, du blog-les-nouvelles-du-goût-du monde,  Laurent Mélotte de Vinature,  Péccadilles de Pécadilles, Belle de la Belle au Blé Dormant, Luc Boland, le papa de Lou, un petit prince pas comme les autres, et les amis de la Superette Enchantée.

     

    Si vous aussi voulez vous amuser, voilà les  règles:
    - chaque personne devra dévoiler 7 vérités la concernant
    - celles qui ont été "taguées" (invitées à répondre, quoi) devront écrire aussi 7 vérités sur leur blog ainsi que le règlement
    - elles devront ensuite taguer (inviter à répondre, quoi) 7 autres personnes et les énumérer dans leur article

    - il faudra laisser un message sur le blog des 7 personnes choisies et les inviter à venir voir sur votre blog (tout ça pour faire un peu de trafic chez vous, quoi!)

     

  • Bases de la cuisine santé I

     

     

    (source image www.lanutrition.fr)

     

     

    Quel casse-tête quand on commence à vouloir changer son alimentation ! Que ce soit par conviction « écologique », éthique, ou par nécessité médicale,  c’est comme d’essayer la cuisine d’un nouveau pays ... Les ingrédients, l’aspect des aliments, la cuisson de ceux-ci, les termes utilisés,  tout vous déroute, alors que chez tel ou tel vous avez goûté un délicieux taboulé de quinoa ou des galettes de riz tout à fait appétissantes. Mais comment les refaire ?

    Et parfois, les explications de l’épicier bio (ne parlons pas de celles des supermarchés, inexistantes) sont succinctes,  lacunaires, ou mêmes si elles sont complètes, la liste des questions n’en finit pas de s’allonger une fois les talons tournés hors du magasin (n’est-ce pas Véronique ?).

    Pour ma part, je suis tombée dans la marmite du bio, du grain complet et des aliments ressourçants dès ma naissance. Mon chemin m'a conduite à continuer à me nourrir plus ou moins sainement quand j’ai quitté la maison et commencé à voler de mes propres ailes. Oui, à ce moment là, (au milieu  des années 80) les magasins bios étaient (plus) rares, les légumes bio en vente en ville, encore plus, et les supermarchés ignoraient superbement ce marché "de niche". Heureusement, je ramenais des cageots du jardin de mon père chaque fois que je revenais de la campagne et pour le reste, je faisais avec ce qu’il y avait. Prix du bio, ou pas, en en tous les cas, pour toute une série d’aliments de base, je n’aurais pas pu faire autrement que de les acheter en bio, version non raffinée: l’huile (vierge de première pression à froid), la farine (la plus fraîchement moulue), le pain, les céréales complètes ou mi-complètes, le sucre de canne... 

    Heureusement, aujourd'hui, des systèmes de distribution de produits bio (achats groupés, paniers bio, coopératives de producteurs bio) permettent à des consommateurs aux portefeuilles moins épais de se tourner au maximum vers les produits bio (et au fait, si l'on considère le problème dans sa globalité, santé, bien-être, environnement, avenir de nos enfants, le bio, c'est non seulement peu cher, mais l'assurance de notre survie à tous sur la terre).

    Pour ceux et celles d’entre vous qui sont des nouveaux venus dans ce pays de la cuisine santé, d'une alimentation plus proche de la terre, plus respectueuse du soi,  les quelques billets qui se trouveront dans la catégorie « les bases de la cuisine-santé » (mais il n'y a pas de T dans cuisine...) pourront vous aider à  tracer votre chemin dans ces nouvelles contrées !

    Je réviserai mes classiques (en cette période d'examens, tiens, c'est normal) avec vous... En plusieurs chapitres, car il y en a, tels les étages de la pyramide qui illustre ce billet.

    Cette pyramide diffère de celle qui est diffusée notamment par le plan national nutrition santé, en Belgique et en France. La base de l'alimentation, suivant le PNNS, est constituée des céréales.

    Or, la pyramide défendue par Thierry Souccar présente

    les légumes en premier, et je vous engage à lire attentivement la page qui lui est consacrée sur ce très intéressant site, qui démonte des croyances qui nous sont injectées... par nos gouvernements, mal conseillés, sans doutes, par quelques lobbyeurs travaillant pour telle ou telle firme agro-alimentaire.

    La part des graisses est également très importante, beaucoup plus que dans la "pyramide officielle", qui les place juste avant  les sucreries et pâtisseries. Or, les graisses crues, végétales et animales,et de qualité, sont indispensables au fonctionnement optimal de notre corps et un formidable atout anti-vieillissement.

    Rendez-vous au prochain billet!

     

  • Verrine aux deux fenouils

    verrine fenouil

     

     

    Mon premier est un lit de fromage de chèvre, verdi d'un peu de jus de tiges de fenouil frais, mon second est une couche de mousse de bulbe de fenouil (cuit à la vapeur) et de purée d'amandes blanches, mon troisième est une couverture de jus de tiges de fenouil gélifié à l'agar-agar, et mon tout une entrée fraîche, douce et anisée (et coule dans le fond de la gorge d'Annie).

     

    C'est donc la réponse au billet précédent. Oui, ce sont bien des tiges de fenouil; passées au Jazz Max, elles vont rendre un jus à la saveur anisée, pas trop amère (du moins je trouve... mais j'ai surtout utilisé les tiges, et non les feuillages... ceux-ci, en jus mélangés à la carotte, la pomme et le céleri feront un cocktail tonique et dépuratif).

     

    Les méthodiques vont me détester; je n'ai pris aucune note durant la fabrication de cette verrine, donc, je n'ai pas les proportions (à part pour l'agar agar) exactes!

     

    Ingrédients (j'ai fait 3 verres...)

     

    2 bulbes de fenouil et ses tiges feuillues

    1 fromage de chèvre frais (100g)

    1 cas de purée d'amandes blanches

    2 g d'agar agar

    Poivre mélangé (j'utilise un mélange de chez Desmecht)

    1 goutte d'he de gingembre

     

     

    Comment faire

     

    Faire le jus avec les tiges. En prélever 2 cas, et réserver au frais, dans un pot sombre et hermétique.

    Mélanger les 2 cas de jus de tiges avec le fromage de chèvre, et poivrer.

    Tasser le fromage au fond des verres (sans salir ceux-ci, j'ai pas trouvé le truc; sinon nettoyer avec un morceau d'essuie-tout)- Réserver au frais-

    Cuire le bulbe à la vapeur.

    Le mouliner et le passer au chinois.

    Rajouter la purée d'amandes et poivrer. 

    Y mettre la proportion suffisante d'agar agar (1g pour 250ml).

    Chauffer doucemement jusqu'à ébullition, 30 secondes.

    Verser la mousse dans les verres.

    Réserver au frais.

    Pendant ce temps-là, chauffer doucement le jus de tiges de fenouil, avec l'agar agar.

    Faire frémir 30 secondes. Couper le feu, rajouter 1 goutte d'he de gingembre.

    Laisser refroidir un tantinet (juste le temps d'ouvrir la télé pour apercevoir que oui, c'est bien Julien "Jean d'Ormesson disco suicide" Doré qui gagne la Nouvelle Star) et verser sur la mousse, déjà solide.

    Bon, là, maintenant, vous pouvez laisser au frigo toute la nuit;

    Et déguster le lendemain...

     

     

     

     

     

     

     

  • Surprise du panier bio

    Tiges de fenouil

     

    Avec le système des paniers bio, dont je suis une utilisatrice convaincue, c'est un peu Saint-Nicolas chaque mardi (ou lundi après-midi, car je reçois parfois la composition des paniers par mail ). La découverte de ce qu'il y a dans les paniers (chouette, des carottes se dit Mitsuko de Tours et Tartines, ah, des betteraves rouges , ou bien, encore mais qu'est-ce que c'est toute cette verdure dans mon panier...) constitue souvent un défi à l'imagination du cuisinier/cuisinière qui va composer ses prochains menus autour de légumes de saison, habituels ou non (chou pain, chou rave, daikon, mangues, navettes, bettes, panais, topinambours, etc.).

    Mais voilà, que faire avec toute cette verdure (en photo ci dessus) nous demandions-nous ce mardi dans l'arrière-cour où Fred-et-Apolline-de-chez-Biologic rangent leurs (très nombreuses ) caisses de légumes le jour des paniers ?