• Crème d'amandes blanches à l'agar agar

    Reve d'orient


    On appelle traditionnellement ce dessert "
    Blanc Manger",  et c'est une vieille recette en cuisine française. Personnellement, je n'en n'ai jamais mangé en Belgique. En tout cas, cela ne faisait pas partie des desserts habituellement servis dans ma famille, car il est vrai que les traditions culinaires sont régionales, nationales mais aussi, plus simplement, familiales.

    Ce délicieux "entremets" (comme l'on dit aussi) est un flan très simple, réalisé d'après la recette de Cléa. Il est rapidement fait et pris. Ne vous laissez pas impressionner par la quantité assez réduite des ingrédients: la purée d'amandes blanches est très nourrissante. 20g par personne sont donc suffisants, surtout après un repas. J'ai utilisé du sirop d'agave pour ses propriétés glycémiques (index faible, fort pouvoir sucrant); Je trouve que les 2g pour 200ml de lait végétal sont un peu "juste" pour obtenir de la gelée. Perso, je monte jusque 3 grammes, afin d'avoir une gelée rapide et très ferme. Je le fais aussi avec du lait de riz plutôt qu'avec du lait de soja. La petite touche d'originalité de Cléa (avez-vous déjà visité sont nouveau site ?)  c'est l'adjonction à la fin d'un sirop parfumé à l'eau de fleur d'oranger.

    Ingrédients – pour 4 personnes 80g de purée d’amandes blanches5 càs de sirop d’agave200ml de lait de riz3 grammes d’agar agar1,5 cas d’eau de fleur d’oranger Comment faire Dans un bol, mélanger la purée d’ amandes et 3 cas de sirop d’agave. Dans une casserole, mélanger le lait de riz et l’agar agar ; porter à ébulltion et laissser frémir 30’’.Ajouter progressivement à purée d’amandes et bien délayer. Verser dans 4 ramequins. Laisser refroidir et mettre au frigo pendant 1h.Au moment de servir, mélanger 2 cas de sirop d’agave à l’eau de fleur d’oranger. Servir les pots de crème avec ce coulis parfumé.

  • Crumble potimarron châtaigne

    crumble d'automne

    Voilà déjà deux fois que je cuisine ce crumble- très largement adapté de chez Num Num Birdy; oui d'accord, je mets du potimarron à la place du butternut et de la farine de châtaigne à la place du blé noir (ou sarrasin); à cette allure, je ferai bientôt des harengs aux oignons à la place du canard à l'orange (vieille recette des années 60, que l'on ne voit plus du reste, comme les avocats aux crevettes-estampillés 70'; avez-vous remarqué chers blogonautes gourmands, qu'il y a des modes en cuisine comme ailleurs ? bon, refermons cette parenthèse et en avant la recette de ce crumble). Qui est d'ailleurs à la mode ;-); tout à l'heure je passe faire une visite  chez Tours et Tartines, perdu de vue depuis, quoi ? 9 jours maxi et que vois-je ? Un petit crumble pomme noisette d'automne destinés aux petits frileux (et gourmands). Bon soit.... surfons sur la vague (oui, ça c'est vraiment de saison, brrr) et lançons-nous!

    Ingrédients 

    1kg de pommes bio

    500g  de potimarron

    1 petit verre de tisane fruitée (j'utilise "baies sauvages" des Jardins de Gaïa, un mélange de cynorrhodon, hibiscus, écorces d'orange et arôme naturel de fruits des bois)

    Sirop d'agave (le sucrant naturel à l'indice glycémique le plus bas)

    75g de sucre de canne

    100 g farine épeautre

    75g farine de châtaigne,

    Vanille

    Cannelle

    100g de beurre cru, bien froid.

    Comment faire

    Eplucher et épépiner les pommes. Couper le potimarron en morceaux; le cuire à la vapeur.  Couper les pommes en cubes et mettre à cuire à feu doux dans une casserole avec le verre de tisane, 3cas de sirop d'agave et le bâton de cannelle. Cuire 10-15 minutes, jusqu'à ce que les fruits soient réduits en compote. Retirer le bâton de cannelle. Pendant ce temps, cuire 25' à la vapeur les morceaux de potimarron. Les écraser à la fourchette, mélanger à la compote, ajouter la vanille en poudre (facultatif : Mixer selon la texture désirée). Réserver dans le plat à four.

    Préchauffer le four à 200°C.


    Dans le bol du robot mixer, mettre les farines, le sucre, les épices. Couper le beurre salé en petits cubes et ajouter au mélange sec. Faire fonctionner le robot en mode « pulse », jusqu’à obtention de petites boulettes. Pas trop mixer, sinon ça chauffer et ça devient une pâte. Vous pouvez la faire d’avance et la mettre au frigo, et cuire  le crumble au dernier moment. Emietter la pâte à crumble sur le dessus de la compote déjà versée dans le plat à four. Enfourner pendant 25 minutes. Baisser éventuellement le four à 180°C (le dessus ne doit pas trop brunir!)

     

    Déguster chaud ou tiède. Je trouve que c'est meilleur tiède...



     

  • Cuisine au miel de Bruxelles

    Miel Wollast

    Depuis quelques semaines, j'ai découvert qu'il y avait d'excellents miels produits à Bruxelles. Etonnant, non ? D'abord qu'il y ait des ruches en ville (premier étonnement) mais j'ai appris par la même occasion que la superficie de Bruxelles est à 50% occupée par des espaces verts et des jardins...Remplis de fleurs diverses et variées (dans une proportion plus élevée qu'à la campagne), qui sont un riche réservoir de nectar pour les abeilles élevées dans le coin! Beaucoup d'apiculteurs ont seulement de 1 à 3 ruches (ce qui ne nécessite pas d'autorisation) et un certain nombre en ont plus; Certaines ruches perchent même sur le toit des immeubles... La première surprise passée, on pense tout de suite au taux de pollution, sensément plus élevé dans une ville riche en parcs et squares, soit, mais encerclée d'autoroutes et embouteillée du matin au soir!  Eh bien, surprise encore! Les analyses révèlent que ces miels sont tout à fait consommables, et je dirais même plus, avec des taux de pesticides et de métaux lourds tout à fait équivalents au miels dits "de campagne"... héhé, c'est que à l'intérieur de la fleur, tout est protégé, et nos petites ouvrières ramènent dans l'intérieur de la ruche un nectar (merci Fred pour la rectification, du nectar et pas du pollen !) tout à fait délectable. Au niveau du goût, il y a des différences assez fortes entre les différentes récoltes, et vous trouverez dans quelques rares magasins bruxellois la récolte, notamment, de Marc Wollast, "Happyculteur"...J'en ai même trouvé un avec suffisament d'acacia dedans pour qu'il reste liquide! Cela me permet de refaire cette crème d'avocat au miel d'acacia, cajou et kiwi...

    La prochaine occasion en or pour tous de venir goûter ces différents miels, et de se délecter de plats concoctés avec ceux-ci par Malika Hamza (créatrice de saveurs) est de se précipiter à la prochaine conférence organisée par Karikol.

    Marc Wollast vous apprendra tout sur ce Miel de Bruxelles (et il est réellement passionnant), tandis que Malika enchantera votre palais par la suite, avec ses recettes spécialement mises au point par rapport à chaque sorte de miel produit par Marc.

    Le 25 novembre à 18h au Sasasa (Schaerbeek); inscriptions info@sasasa.be

    25€ (membres Slow-Food), 35€ (pour les autres) 

     

  • Galettes de quinoa à l'italienne

    galettes de quinoa italiennes

    La quinoa est facile à cuire, rapide et savoureuse (si elle vous semble trop amère, n'oubliez pas de la rincer avant la cuisson- cela élimine la saponine). Elle germe très rapidement, (4 à 6 h de trempage). Cela vous permet de bénéficier des avantages de la germination (un accroissement de nutriments à l'intérieur de la graine) ET de réduire la cuisson: en effet, vous passerez de 12' de cuisson (et +/- 10' d'attente pour que la graine ait bien absorbé toute l'eau et soit bien gonflée) à 5' à feu vif (jusqu'à ébullition) que vous couperez en attendant les 10' suivantes pour une consommation idéale.

    La quinoa se prête à toutes sortes de préparations.

    Je n'ai pas encore acheté le livre de Cléa parce que je suis déjà pas mal fournie en livres comportant des recettes avec la quinoa. Mais pour les galettes de ce billet, je n'ai pas eu besoin de livre: ces galettes sont un grand classique familial, que ma mère confectionnait déjà avec des restes de riz et de millet (il y a 35 ans, point de quinoa dans les foyers belges).

    Comme pour les galettes de riz,  la procédure à suivre est simple. Un restant de quinoa, 1 ou 2 oeufs, un peu de farine, des herbes, des épices et de la graisse de palme pour faire rôtir gentiment vos galettes...(que nous appellions improprement "escalopes" quand nous étions petits... Inutile de vous dire que je n'ai, de mon enfance, jamais mangé d'autres escalopes que celles-là, puisque notre alimentation était en grande partie végétarienne).

    Ingrédients

    390 g de quinoa cuite

    2 oeufs

    2 càs de farine d'épeautre 85%

    2 càs de parmesan rapé

    6 tomates séchées

    Coriandre, ail, sel, origan, paprika

    Comment faire

    A la quinoa, mélanger les oeufs, la farine, le parmesan rapé. Réduire les tomates séchées en petits morceaux (dans votre robot). Rajouter à la préparation les tomates, les épices, les herbes.

    Laisser reposer au frais 30' à 60'.

    Ensuite, à l'aide d'une cuiller à soupe, disposer dans la poêle chauffée (dans laquelle la graisse de palme a fondu) des tas de la préparation, en les tassant un petit peu, pour en faire des galettes de forme +/- ronde et égale. Le secret; cuire à feu doux, et attendre que l'oeuf soit coagulé par la chaleur avant de retourner la galette à l'aide d'une spatule...(je travaille avec 2 poêles.... ça va plus vite).

    Ces galettes se mangent chaudes ou froides, en accompagnement d'une salade, d'un stoemp, d'un curry de légumes.... ou en collation, en lunch à emporter au bureau, à votre goût!

  • Ma photo culinaire préférée

    gâteau abricots

    Ma photo culinaire préférée parmi les miennes, puisque j'ai bien dû opérer un choix dans celles que je réalise depuis plus d'un an, pour participer au concours d'Edith (je dois dire qu'en général, les blogs culinaires sont souvent accompagnées de photos appétissantes. Cela dit, au niveau de l'illustration, mon favori ne comporte pas de photos, mais seulement des dessins)

     Au début, je dois bien  dire que mon amoureux faisait les photos de mes recettes pour moi, et puis j'ai appris certaines règles de cadrage, d'éclairage, à jouer avec la profondeur de champ et la macro, que j'affectionne particulièrement, car toutes mes photos sont prises en très gros plan. J'utilise un appareil digital compact manuel, sans flash.

    Pour cette photo-ci, j'avais à coeur de montrer les abricots que j'utilise. Eh oui, les abricots séchés bio sont bruns, car ils ne contiennent pas de soufre, qui leur gardent leur qualités esthétiques, mais ne font pas du bien à votre corps, alors que les abricots secs sont un trésor...Ensuite, j'utilise presque toujours une planche à tartiner en porcelaine blanche pour poser les gâteaux que je photographie (atavisme familial: mon père collectionne ce genre d'objet, que je trouve plus esthétique que les habituelles planches en bois) J'ai choisi de me servir du fond noir de la crédence de ma nouvelle cuisine... et d'un bol de grand'mère, pour suggérer l'idée du goûter avec une jatte de lait ou de café (qui en Belgique comme dans le Nord de la France est souvent coupé de chicorée). Le plan de travail est foncé aussi (presque noir), ce qui crée une athmosphère sombre pour cette photo gourmande.

    Le gâteau est encore meilleur que la photo...Et la recette m'a été soufflée par Mitsu de Tours et Tartines!

     

  • Thinking Blogger Award

    THINKINGS


     

    Je dois avouer que ces derniers temps, je n'ai pas beaucoup visité les blogs que j'aime lire d'habitude... (voyez la liste à  droite sur l'écran). Non pas que je sois fatiguée de la blogosphère (pas encore!) mais plutôt que mon boulot à temps plein, plus les cours de cuisine, plus la vie familiale et amicale, sans compter la vie associative (Slow Food...) me laissent peut de temps pour le reste... Je pioche néanmoins toujours mes idées de recettes parmis mes favoris, et d'autres, au hasard de google et d'un surf rapide, et cela quasi quotidiennement!

    Néanmoins, le grand plaisir que m'a fait Claire de "De Bouche à Oreille" en me décernant ce Thinking Blogger Award (mais si, mais si, il y a du contenu dans les blogs...de la poésie, des réflexions, des idées, du grain à moudre, du beau pour l'esprit et le corps) me fait refaire, en ce jour de congé du 1er novembre, un petit tour non pas chez mes disparus, mais chez mes délaissés de la rentrée, pour une promenade rafraîchissante et roborative.

    Car je dois donc distinguer à mon tour 5 blogs dont la lecture me nourrit (dans tous les sens du terme!) particulièrement... Et vous rappeller les règles de ce petit concours: si tu fais partie d’une des personnes récompensées, et seulement dans ce cas, publie un article dans lequel tu feras apparaître a ton tour 5 blogs que tu apprécies beaucoup, avec les liens vers ces derniers pour qu’on puisse leur rendre visite. Fais un lien vers ILKER pour que l’on puisse savoir d’où vient le prix.

    And the winners are (sans aucun ordre de préférence)

    Anne de Blogbio  pour sa défense des légumes et ses recettes végétariennes inventives. Nous somme sur le même terrain, et j'apprends toujours beaucoup de ses billets, bien documentés. J'aime aussi sa liste des légumes du mois, pour nous rappeller que fruits et légumes ont une saison, là où ils sont mûrs, savoureux... et abondants, donc moins chers...

    Hughes des Nouvelles du Goût du Monde pour ses divers articles sur l'alimentation, dans un angle qui nous rappelle à chaque fois que nous sommes responsables de ce que nous achetons et mangeons, et que c'est aussi un acte politique de choisir tel ou tel type d'aliment, ou d'en boycotter d'autres. Aussi et surtout pour toutes ses critiques de restaurants à Bruxelles, subjectives peut-être (comme toutes les chroniques de ce genre), mais tellement justes...

    Patoumi de l'Alibi de Patoumi pour son univers tout simplement... A la fois girly et intello, sincères et touchantes j'adore tout simplement ces véritables chroniques littéraires, truffées de recettes, héritage à la fois de son Cambodge d'origine et de sa gourmandise française...

    Laurent de Vinature pour sa passion pour le vin, le vrai vin vinifié naturellement, par des vignerons pour qui l'amour de leur travail  n'est pas un v(a)in mot! Tout cela mélangé (dans le blog) à des recettes épicées, car Laurent a la passion des arômes, et celle de la recherche des vrais goûts, non formatés, non trafiqués...Il a fusionné passion et boulot: son magasin vous accueille plusieurs jours par semaine à Pécrot, près de Wavre...(épices, thés, tisanes, huiles et vins... vous ne serez pas déçus du voyage).

    Aspen et Cherry Plum de Bio-Blog pour leurs réflexions de deux consommatrices repenties...car le temps de la rébellion contre la pensée unique est bien là, et nous ne sommes pas seuls. C'est pour cela que l'Internet est un outil fabuleux, permettant de rejoindre des communautés d'esprit et de démarches. Non, Jef, t'es pas tout seul...

     

    Je décerne tout de même un  prix hors-catégorie (puisque ce n'est pas un blog, mais un site, qui bouge tout le temps) à Cuisine Nature, le site de Taty, une mine de renseignements sur les maladies dues à l'ingestion d'aliments dé-naturés, additivés, chimiqués, cartonnesques et plastiques... et comment s'en sortir (candidose, fatigue chronique, intolérances et allergies diverses allez-y voir, ce n'est pas la panacée universelle, ni la pensée unique, ce sont des pistes, un avis et des réflexions qui aident à avancer sur son propre chemin).