• Soupe potimarron& lentilles corail, sauce purée d'amande-céleri

    soupe lentilles potimarron

     

    Les premiers frimas ont fait ressortir les écharpes, du moins pour les travailleurs (à pied) du matin... Même si l'été indien nous réchauffe à midi, l'automne est là...et les premiers potimarrons sont arrivés!

    J'adore le potimarron: facile à cuisiner (il ne s'épluche pas), sa saveur n'est pas fade. Avec des lentilles corail, un fond de curry madras pour tonifier la douceur des légumineuses, et en petite astringence,  une sauce purée d'amandes rendue verte et amère par du jus de céleri....cela fait une soupe délicieuse.

     

    Ingrédients

    1 potimarron

    200 grammes de lentille corail

    2 oignons

    1 cas de bouillon de légumes

    1 cc de curry madras

    1 cas de graisse de palme

    2 cas de purée d'amandes

    25 ml de jus de feuilles de céleri

    sel, poivre,eau

     

    Comment faire

    Couper le potimarron en 4. Retirer le pédoncule, et les pépins. Recouper les morceaux grossièrement. Couper les oignons. Faire revenir ceux-ci dans un peu de graisse de palme, avec le curry, pour réveiller les saveurs du mélange. Ajouter, quand les oignons sont transparents, le bouillon en poudre, le potimarron, les lentilles et l'eau.

    Pendant la cuisson, préparer la sauce du service: extraire le jus de feuilles de céleri (j'utilise le jazz max, c'est le top pour extraire des jus de feuilles ou d'herbes). Mélanger ce jus à la purée d'amandes. Allonger la purée avec un peu d'eau, la texture doit pouvoir glisser aisément de la cuillère à la soupe, pour vous permettre de faire des figures dans la soupe (comme elle est épaisse, la purée reste à la surface).

     

     

     

     

  • Gâteau au fromage blanc & miel de Bruxelles

    Gâteau fromage blanc

    Pour cet événement spécial "Goûter Bruxelles", qui était de fait "les premières rencontres Slow Food de Bruxelles" avec plein de choses à goûter et à voir à Bruxelles, j'avais envie de mettre à l'honneur un produit typiquement bruxellois (difficile de trouver un produit alimentaire "brut" typique dans une ville, non ?).

    Depuis que je connais Marc Wollast, je sais que des apiculteurs se cachent dans les coins verts de cette ville, et produisent un miel de qualité, moins pollué qu'à la campagne! Du coup, je me suis procuré quelques pots de sa récolte (hélas, ne comptez pas sur moi pour vous en revendre, j'en ai très peu... Vous en trouverez chez "Biologic" avenue de Roodebeek à Schaerbeek et "Au pays de l'épautre" rue prés des agneaux à Auderghem, notamment, mais la récolte n'a pas été très abondante, en cet été pluvieux).

    Le fromage blanc étant une autre spécialité "historique" du Bruxelles d'antan (celui-ci provient cependant de chez Coprosain, qui est une coopérative de producteurs fermiers) j'ai marié les deux dans un gâteau très simple à réaliser, sans pâte (je trouve que la pâte au spéculoos des cheese cake habituels est trop sucrée et finalement inutile). Avec quelques noisettes pour le croquant,  du rapadura, du miel, de bons oeufs et ce fromage au lait cru, on obtient finalement une douceur saine et ressourçante!

    Nous avons servi ce dessert chez TROP BON (qui participait donc à l'aventure) , avec en plus une poêlée de poires caramélisées au miel.... (et des noix à la place des noisettes)

    Si vous désirez le refaire, tout miel liquide naturellement (ou rendu liquide par un réchauffage à la vapeur) conviendra évidemment !

    Ingrédients

    450g de fromage blanc gras

    5 jaunes d'œufs

    5 blancs d'oeufs

    120g de sucre complet

    40 g de miel liquide

    50g de farine tamisée

    10g de beurre pour le moule

    1 petite pincée de sel fin

    Quelques gouttes d'extrait naturel de vanille

    Noix concassées (pour la présentation)


    Comment faire

    Préchauffer le four à 180°

    Ensuite, travailler énergiquement les 5 jaunes d'oeufs avec le  sucre jusqu'à ce que le mélange blanchisse. Incorporer successivement le miel et la vanille), 50g de farine tamisée, 1 petite pincée de sel fin et les 450 g de fromage blanc, jusqu'à obtention d'un mélange homogène et onctueux.

    Monter les blancs en neige et les incorporer délicatement à l'appareil à cheesecake.

    Beurrer un moule (le mien est rectangulaire en pirex, 30/20/4 cm

    Glisser le moule sur la grille du four et compter 40 mn de cuisson à 180°. La cuisson terminée, laisser le cheesecake tiédir à température ambiante 10 à 15 mn avant de le démouler et le laisser refroidir au réfrigérateur. Il est possible de le faire la veille pour le lendemain.

    D'autres blogueurs ont participé à ces rencontres slow food: à propos de fromage de Bruxelles, suivez Mark et sa croisade pour sauver l'Ettekeis,  et José et Anne, pour défendre la biodiversité dans leur potager enchanté quoiqu'urbain.

    A tout bientôt


    Catherine

     

     

  • Caviar de betterave crue sur toast

    betterave

    Ce vendredi, nous avons enfin dévoilé notre nouveau lieu à nos amis, en avant-première! Une éclaircie nous a permis de bénéficer de notre terrasse afin d'accueillir tous ceux qui nous avaient rejoint (pas encore de mobilier, mais deux magnifiques choux frisés de part et d'autre du seuil...) Nous avons préparé des canapés "rustiques" avec notre pain (pour les curieux, c'est le pain de l'épi doré) et quelques garnitures crues ou cuites. Les betteraves rouges, que j'aime à préparer en tartinade étaient ici majoritaires, avec un filet de citron, quelques zestes et de la purée d'amandes...Sel et poivre au goût en plus, bien sûr. les betteraves étaient broyées grâce au Jazz Max, dont vous savez que je suis fan! D'ailleurs, je n'abandonne pas mon fidèle extracteur, qui m'accompagne dans la cuisine de Trop Bon , et qui permettra à l'amateur de vitamines et d'enzymes frais d'avoir sa ration quotidienne: 3 euros la ration de vrai jus frais de légumes bio, qui équivaut quasi à vos 5 portions par jour, franchement, c'est donné.

    Vous pouvez aller relire mes notes sur les jus dans ce billet-ci,  plus les ajouts de Taty dans ce billet-là.

     

    Ingrédients


    1 betterave rouge crue

    Les zestes d'1 citron

    Le jus d'1 citron

    2 cas de purée d'amandes blanches

    Sel, poivre


    Comment faire

    Peler la betterave (ça rougit les mains, mais ça part avec le 1/2 citron dont vous avez retiré les zestes et le jus: frottez vous les mains avec la partie qui contient la pulpe... magique)

    Zester votre citron. J'ai découvert la microplane sur Internet, depuis, grâce à Thierry qui l'a ramené via Isabelle et sa valise depuis les USA....et Apolina, qui en avait commandé de trop, j'en ai dans les 2 cuisines!

    En exprimer le jus (rien de tel qu'un bête presse-citron  manuel, pour les inquiets quant aux dépenses extraordinaires à consentir pour cette recette);

    Broyer la betterave à l'extracteur. Vous êtes encore pas décidé à l'acheter ? Tant pis. Rapez fin, puis passez au robot mixeur, on doit arriver à peu près au même résultat...)

    Mélanger tous les ingrédients, assaisonner et rectifier si nécessaire. Tartiner au dernier moment!

     

     

     

     

     

     

     

  • De Vert Soleil à Trop Bon

    C&C TB

    Une petite pause ? Catherine (gauche) et Christine (droite) attablées chez elles;-) Pour l'instant il n'y a que des chaises à manger.

    Pourquoi créer un blog ?

    Au tout début... j'ai ouvert ce blog de manière un peu timide, me demandant ce que j'allais bien pouvoir rajouter à ce concert grandissant de plumes culinaires! A tous ces blogs formidables que je lisais, ces recettes de cuisine joliment photographiées, ces univers à la porte entr'ouverte, comme ces intérieurs éclairés que l'on observe de la rue noire et humide avec une pointe d'envie, je me demandais ce que je pouvais rajouter.

    Et puis, finalement, ce blog a fait partie du changement.

    Et j'ai tracé ma route, j'ai trouvé mon ton et j'ai fait partager tout ce qui fait mes passions, mes recherches, mes croyances, mes interrogations...  Au fil des mois, j'ai trouvé ma voie, cuisiné plus que jamais, appris à faire des photos plus ou moins réussies, accepté les expériences, changé de boulot, donné cours autour des produits bio et de la cuisine santé, fait des rencontres ! Toutes ces personnes, chacune à leur façon m'ont aidée. Les anciennes amitiés comme les toutes récentes m'ont encouragée, poussée, accouchée ! Sans compter ma famille, précieux soutien, psychologique autant que logistique.

    J'étais seule pour concevoir et faire avancer Vert Soleil, nous serons deux pour mettre en route Trop Bon. Christine est ma complice et mon associée, dorénavant.

    Parce qu'à plusieurs, on est plus fortes (voir l'exemple de ces blogueuses)

    Trop Bon ne se contentera pas de régaler les affamés de la place Flagey et environs, le midi, du lundi au vendredi ;-) avec une cuisine bio, slow food, ressourçante et pleine de saveurs.

    Je continuerai à y donner des cours de cuisine "nourrissante", cuisine-santé, cuisine pour être en forme, le soir et certains samedis. La "Vert Soleil Touch" sera toujours là...

    D'autres ateliers s'y donneront : aroma, produits de beauté à faire soi-même, techniques anciennes au goût du jour... Le site www.tropbon est encore en construction, mais il sera bientôt en ligne!

    Trop Bon espère également répondre aux demandes des entreprises à la recherche de buffets slow food, durables et bio pour tout événement festif ou professionnel.

    Dans ce blog, je continuerai à vous parler de mes coups de coeur, recettes et producteurs favoris, de même que tout ce qui me choque, enthousiaste, passionne et régale... Car au fond, du blog Vert Soleil au blog Trop Bon, c'est toujours Catherine qui tient la plume et qui cuisine...