• Pour qui sonne le gras

    grascoverp1.JPG Sous ce titre un peu blagueur se cache un indispensable bouquin reprenant les nombreuses feuilles déjà écrites par Taty (notamment dans les excellentes "lettres de la cuisine nature" qui ne sont plus disponible), et les toutes dernières infos disponibles quant à cette mystérieuse maladie très répandue, j'ai nommé la "lipidophobie" (lisez l'intro).

    C'est grave docteur ?

    Effectivement, depuis la mode des régimes "chaudières" nous avons honni le gras, (moi la première, je les ai tous fait les régimes, dans les années 80 et 90) sous toutes ses formes, sans distinction de qualité : ces régimes  nous comparent à des chaudières, où "la machine" (ainsi nommé notre organisme) doit ingérer autant de calories qu'elle n'en dépense, afin de rester "mince". Et comme le gras est ce qui est le plus calorique, ces régimes merveilleux ont fait du gras l'ennemi à abattre, oubliant que nos cellules sont composées à 60% de lipides, et que "ces mêmes lipides interviennent dans la régulation des réactions intercellullaires, dans lec ommunications intercellullaires et dans la transmission des données entre neurones" (Marcel Arickx). Le corps, épuisé par ces diètes ne respectant pas ses besoins, prend le dessus en fin de journée (Ah, les craquages de 18h) lorsque le cerveau vous ordonne d'ouvrir le frigo ou le placard et de manger du gras (et alors, n'importe quoi: chips, cacahuètes grillées, biscuits industriels, chocolats).

    Mais alors, je dois manger gras... et je peux rester mince ?

    Changer ses habitudes, ce n'est pas facile. Mais le jeu en vaut largement la chandelle. Il faut bannir TOUTES LES GRAISSES INDUSTRIELLES ET LES PRODUITS EN CONTENANT. Une razzia dans le frigo et les placards s'impose. Mais la toute première chose à faire est de remplacer son huile tout venant par de la bonne huile végétale de première pression à froid. Ensuite, de faire des mélanges soi-même pour bénéficier des apports différents de chaque huile, à manger crue, sur les aliments cuits ou crus. Puis de ne plus cuire qu'à la graisse de palme; coco; saindoux ou huile d'olive... quelques pistes dans cet article. Progressivement, vous n'aurez plus besoin de vous jeter sur n'importe quel aliment gras et sucré (en général) pour être rassasié.

    Pour plus d'enseignements sur cette matière très peu médiatisée, lisez aussi le blog tenu par Taty, qui reprend ses réponses à des questions de lecteurs par mail sur ce sujet.

    Autres:

    Qui est Taty ?

    Où trouver ses bouquins ? chez Trop Bon (notamment) et sur Internet.

    Graisses saturées

     

     


  • Journée du blog

    Trop Bon Cany.jpgPour cette journée du blog, la consigne est de faire "passer" !

    Si la toile est un vaste réseau, elle n'existe que par ses liens. Parfois cela tient du renvoi d'ascenseur... Cependant, la plupart des blogueurs que j'ai pu rencontrer étaient ou sont devenus des amis, et ceux que je ne connais pas et dont je lis les post me deviennent étrangements familiers.

    Alors quoi ? Je vous conseille le blogroll ci-contre. Et je vous confie mes dernières trouvailles, qui ne se retrouvent pas encore dans la colonne d'à côté (par paresse, je dois dire).

    La cuisine à quatre mains

    2 auteurs, critiques gastronomiques, mais qui cuisinent aussi. C'est donc sympa et fourmille d'adresses bruxelloises, un must pour moi.

    Cuisine airlines

    J'adore les recettes "du monde" et les photos de ce blogueur français tout nouvellement apparu dans la blogo-culino-sphère.

    Food and Fashion

    Cette blogueuse, belge? (je ne suis pas sûre)  est très internationale, et voyage sans cesse. Donc, beaucoup de restaurant commentés partout dans le monde, mais aussi à Bruxelles, et des endroits "food" très "fashion".

    Chez Becky et Liz

    Super blog, recettes d'inspirations anglo-saxonne, belles photos, chouettes billets. Je prends mon pied et me sers très souvent de cette inspiration pour Trop Bon.

    et le meilleur pour la fin, "Good Mood Food Blog" ou comment on reste de bonne humeur en mangeant bien et bon. Jeune cuisinier Irlandais (successeur de Jamie 0 ? ) mignon et adepte de recettes slow food et nature. Un régal, une mine d'inspiration et des photos superbes.

     

  • Muffins aux framboises

    muffins framboise.jpgConnaissez-vous les fermes de cueillette ? Je n'en connais pas en Belgique (donnez moi des adresses!) mais voilà qu'après le Devon, nous en avons rencontré une en Normandie, et avons eu envie de framboises et de cerises... C'est tellement rare d'avoir beaucoup de framboises que j'en ai profité pour faire des muffins (cela me semble être très luxueux), et c'est vraiment délicieux.

     

    La recette est tirée d'un supplément "muffins" du magazine "Régal". J'aime les muffins: vite préparés, vite cuits.

    Ingrédients:

    125 g de baies rouges (en août/septembre, il faut essayer les myrtilles)

    1 gros oeuf fermier ou bio, mais de poule qui court dehors

    125 g de beurre cru fermier ou bio

    10cl de lait entier de ferme, cru si possible

    180g de farine bio

    90g de sucre de canne bio

    1 pincée de sel

    1/2 paquet de poudre à lever

    Comment faire:

    Préchauffer le four à 220°.

    Faire fondre le beurre au cuit-vapeur. Battre l'oeuf à la fourchette et rajouter le beurre fondu (pas trop chaud) le lait, le sel.

    Incorporer la farine (à laquelle vous aurez mélangé la poudre levante) et le sucre. Il est important de ne pas trop travailler la pâte, même s'il reste des grumeaux. C'est le principe des muffins! Incorporer doucement à la pâte les baies.

    Mettre des caissettes en papier dans 6 moules et remplir ceux-ci aux 3/4.

    Faire cuire 5' à 220° puis 15' à 180°.

    Laisser refroidir avant de manger...C'est bon tiède aussi.

    Il est à noter que vous aurez peut-être pour plus de 6 moules, cela dépend de leurs tailles (les miens sont assez petits) ; j'en ai eu pour 10 muffins.

     

    Variante:

    A la place des framboises, vous pouvez essayer le mélange banane(1) /callets de chocolat(100g) La banane est à mélanger, écrasée à la fourchette, avec "l'humide" (beurre/oeufs), les callets sont à mélanger avec le mélange "sec" (farine/poudre à lever/sucre).

     

  • Gâteau d’aubergines confites au cumin à l’agneau

    gateau aubergines.jpgCette semaine, Trop Bon a imaginé les recettes pour Femme d'Aujourd'hui . Le challenge était sympa: trouver 8 plats (2 entrées, 4 plats, 2 desserts) avec des couleurs imposées, pour coller au thème du magazine " Découvrez le pouvoir des couleurs".

    Voici un des essais (dont j'avais pris une photo) pour ce job: j'adore l'aubergine, et confite comme cela, elle est encore meilleure qu'au four (c'est dire). Un peu de temps, mais vous pouvez en faire d'avance. Délicieux aussi en tartinade.

     

    Ingrédients
    Pour 4 personnes (en plat principal)
    2 oignons
    2 aubergines de taille moyenne
    2 cas d’huile d’olive
    2 càc de cumin
    2 càc de sel
    poivre
    400 g de haché d’agneau

    Comment faire

    Confit d’aubergines (peut se faire la veille… ou le we !)
    Laver les aubergines et enlever le pédoncule. Hacher les oignons en petits morceaux et les faire revenir dans la casserole (si possible faitout en fonte) avec le cumin. Couper les aubergines en morceaux de taille moyenne (2/3 cm) et les mélanger aux oignons devenus translucides. Ajouter 4 cas d’eau. Mettre sur le feu le plus bas, laisser confire 2 h. Surveiller, et rajouter un peu d’eau si nécessaire. Ajouter du sel à la fin de la cuisson.
    Cuire le haché d’agneau à la poêle, saler, poivrer.

    Dresser sur l’assiette avec une couche de haché d’agneau, et ensuite une couche de confit d’aubergines.
    A manger avec des petites pâtes grecques (Kritharaki)