• Crêpe à la farine de châtaigne et au lait de riz

    DSCF1064.JPGNous faisons des crêpes à toute occasion à la maison, et ce n'est pas l'approche de la Chandeleur qui va nous ralentir.

    (à propos de la chandeleur, je vois que comme d'habitude cette fête catholique est placée à proximité d'une fête celte pour célébrer la fertilité à la fin de l'hiver. ça me va bien)

    Une provision de farine de châtaigne à finir avant qu'elle ne rancisse m'a poussée à remplacer  la farine de froment par celle-ci. Ah quel délice... Encore meilleur quand on utilise du lait de coco. Je n'en n'avais pas sous la main cette après-midi, donc, j'ai utilisé le lait de riz Lima que nous avons toujours au frigo.

    En réfléchissant à cette recette simplissime (peut-être, mais quand j'avais 15 ans et que j'étais dans ma famille d'accueil en Hollande je voulais leur faire des crêpes. Si la famille a été contente d'enfin en manger, ça lui a coûté un appel international à mes parents) je me disais que c'est vraiment un truc international. Manale m'a offert un plat éthiopien vendredi avec de moelleuses et énormes crêpes de teff,  il y a aussi les chapatis indiens, les bouquètes, les crêpes au sarrasin, les poffertjes... Suivant la richesse du frigo (oeufs, lait) c'est vraiment le plat minimaliste et nourrissant qui relie les gastronnomies du monde entier, tout comme le bouillon et la soupe.

     

    Comment faire

    Mélanger 1 oeuf pour 5 cuillères de farine, plus ce qu'il faut de lait (végétal ou animal).

    Bien mélanger, laisser reposer 1h au minimum.
    Cuire dans une poele, avec du ghee ou de la graisse de palme non hydrogénée.


    A déguster avec la garniture sucrée que vous préférez, ici avec un sirop de dattes comme j'en mangeais gamine.

  • Boulangerie et resto bio à Paris: Rose Bakery 2

    DSCF0915.JPGDepuis longtemps je cherchais à découvrir la boulangerie de Rose Carrarini, surtout lorsque j'ai appris qu'elle faisait aussi restaurant bio. Après quelques recherches dans la rue Debelleyme, dans le 3ème arrondissement de Paris (rien ne renseigne cet atelier/magasin/restau, à croire qu'ils n'ont pas envie d'être découverts) nous voici à 12 h pile dans un long couloir encombré d'un comptoir, de fours, de table, de caisses de fruits et légumes (estampillés bio); de packs de jus, sacs de farine, etc. Les serveurs sont pressés et peu souriants, hélas, comme à Paris; pas de jus frais aujourd'hui (6,50€), alors la demoiselle nous montre les étagères avec des bouteilles de 500ml de jus, sans nous dire qu'elles seront facturées 50% de plus en consommation sur place, pourtant déjà 4,9€ le jus de tomates, c'est pas donné. La carte est courte (bon signe), sur une feuille de papier changée tous les jours, il y a un potage (6,50€, chou-fleur/céleri rave); un risotto cèpes /trévise (15€); une paupiette de veau avec chocon braisé et topinambours (17€), une quiche au saumon et des crudités, au choix (13,50€). Bon, j'ai un restau, donc je trouve que les prix ne sont pas donnés mais nous sommes à Paris, et pour de la vraie nourriture,  donc, on essaie. Cependant les assiettes sont moins garnies , mais le risotto est très bon, et la paupiette aussi. Clara prend un carrot cake "en hauteur", une part individuelle, qui est très bon. Une vingtaine d'euros par personne de moyenne, avec deux thés, un service un peu foutraque (les plats n'arrivent pas en même temps) mais c'est bon, the place to be dans ce coin du marais un tout peut peu décentré. Pour les sucrés, il y a des tas de gâteaux, qui sont fabriqués sous nos yeux. Au moins on ne mange pas de surgelés industriels, c'est déjà ça!

     

     

     

  • Le sucre, une poudre blanche qui rend accro

    sucre-blanc-2287240d87.jpg

     

     

     


    Photo extraite de ce blog que j'ai cherché à joindre pour lui demander la permission de la publier!

    Pour une fois, je n'ai pas pu prendre la photo moi-même, je n'ai pas de sucre blanc à la maison... Mais cela ne m'a pas empêché de frissonner plus d'une fois lors de la vision de ce reportage d'une émission de la TSR (Télévision Suisse Romande), "39,6°" , que je vous invite à regarder sous ce lien. C'est le premier reportage de l'émission, et il dure +/- 26'.

    Car oui, nous sommes de plus en plus rendus malades par l'ingestion phénoménale de sucre, sous toutes ses formes. Et le souci, c'est qu'une fois le pancréas fragilisé, même les sucres lents comme les céréales complètes font flamber l'insuline et on se retrouve avec non seulement des kilos en trop, mais aussi le moral en berne, et l'aggressivité à fleur de peau.

    Taty, dans son livre remarquable "Cinglés de sucre" explicite à la fois l'ensemble des dérèglements dûs à une alimentation sur-sucrée ET des techniques pour ramener la conso de sucre à un niveau NORMAL, et ARRETER LES COMPULSIONS. Non, arrêter le sucre, ce n'est pas qu'une question de volonté (Et oui, vous pouvez aller surfer sur le blog de "cinglés de sucre" pour vous faire une idée de la pertinence de ces conseils).

    Des gouttes de bourgeons de figuier vous aideront beaucoup pour diminuer les compulsions (après 5 jours de prise). Et ne plus prendre de petit déjeuner sucré, surtout! JE vous recommande cette lecture, si, comme moi vous avez étés horrifiés par cette vidéo (bourrée d'avis de scientifiques) et trouvez que vous être , par trop, un bec sucré.

    Car oui, le sucre rend ACCRO. Comme l'héroïne à laquelle les rats de l'expérience du début du reportage sont rendus accros, mais à laquelle, si on leur donne le choix, ils préfèrent, pour leur grande majorité, de l'eau SUCREE. Que dire des boissons sucrées, que le cerveau n'a même pas le temps de prendre en compte pour la satiété. Buvez de l'eau, ou des tisanes non sucrées en cas de soif...

    En tous les cas, cette drogue légale n'a sûrement pas fini de nous empoisonner, vu les millions dépensés par le lobby de l'industrie sucrière auprès des instances européennes pour éviter de noter la quantité exacte de sucre dans les produits industriels!

    Bon, c'est encore le moment de présenter mes voeux pour cette nouvelle année 2011, et pour écrire (une de) mes résolutions de cette année: manger (encore) moins de sucre... Et vous ? Quelle est votre bonne résolution santé de cette année ?