• ★ Super aliment: Velouté de betteraves rouge au citron, cumin et chèvre frais

     

    soupe betterave rouge

    Je vous ai promis la "soupe à la betterave de ma copine Ingrid, celle-qui-m-a-fait-aimer-les-betteraves". Je l'ai déjà apprise à de nombreux participants  de mes cours de cuisine, et elle a déjà convaincu beaucoup de réfractaires! Une autre preuve ? Je l'ai servie pendant plusieurs années dans le restau dont j'étais la chef (Trop Bon), et je proposais toujours de la faire goûter aux clients hésitants. Verdict: miam !

    Pourquoi c'est bon au goût, cette soupe ci, alors que c'est le légume-que-je-déteste-depuis-toujours ?

    1. La betterave cuite et mixée c'est tout velouté, tout doux.
    2. C'est encore meilleur quand vous cuisez les betteraves au four
    3. Le cumin est un épice merveilleusement assortie. Son parfum anoblit complètement cette racine aux multiples vertus.
    4. Le jus de citron annihile totalement son goût terreux. Tout ce qui ressort, c'est la douceur de la betterave! Et sa couleur!
    5. Utilisez un bon bouillon de légumes, ou mieux du bouillon de poulet à l'ancienne pour allonger votre velouté.
    6. La quenelle de fromage de chèvre: le côté acidulé du chèvre frais se marie très bien avec la douceur de cette soupe, qu'elle réveille à merveille.


    Pourquoi c'est bon pour ma santé, cette racine si rouge ?

    D'après Yves Rasir, du magazine NéoSanté, "La betterave possède par ailleurs de grandes vertus pour la santé. Une étude a par exemple démontré que la bétanine, un des pigments donnant à la betterave sa couleur caractéristique, diminuait l’apparition de cancers de la peau, du foie et du poumon.  D’autres recherches indiquent  que les caroténoïdes qu’elle contient pourraient contribuer à prévenir le cancer du poumon et le cancer du sein. D’autre part, la betterave rouge est un des légumes ayant le meilleur pouvoir antioxydant.  Les antioxydants sont des composés qui protègent les cellules du corps des dommages causés par les radicaux libres. Ces derniers sont des molécules  très réactives  qui seraient impliquées dans les maladies cardiovasculaires, dans de nombreuses affections chroniques,  mais aussi dans certains cancers. D’autres substances présentes dans la betterave,  comme la lutéine et la zéaxanthine,  sont associées à un risque plus faible de dégénérescence maculaire, de cataracte et de rétinite pigmentaire."

    Ces deux paragraphes sont le résumé de ce que l'on peut apprendre dans mes cours de cuisine nature santé: à la fois à découvrir des façons savoureuses de manger les aliments et pourquoi il est bon de les mettre au menu, régulièrement.

    Et maintenant la recette :

    Velouté de betteraves rouge au citron, cumin et chèvre frais (
    (Pour 4 personnes)

    Ingrédients

    500g de betteraves rouges

    500ml de bouillon (poulet maison, ou légumes)

    1 càc de graines de cumin

    1 oignon

    1 càc de graisse de palme non hydrogénée bio

    100g de fromage de chèvre frais

    1 citron (zeste et jus)

    Sel, poivre

     

    Comment faire.

     

    Laver les betteraves et les faire cuire à l’eau (départ eau froide, non pelées). Selon la quantité, cela prend +/- 1h. Au four, mettez les entières (et lavées, non pelées) au four à 180° pendant 1h à 2h (tester la cuisson avec la lame d'un couteau, cela doit s'enfoncer comme dans une pomme de terre).

    Pendant ce temps, zester le citron (réserver) et faire un jus (réserver).Garder aussi les demi-citrons pour vous laver les mains après épluchage.

    Les betteraves rouges s’épluchent très facilement en frottant la peau après cuisson et refroidissement. (utiliser les ½ citrons pour les mains !) Éplucher l’oignon et le couper en morceaux grossiers. Les faire revenir dans la graisse de palme, dès qu’ils deviennent translucides, ajouter le bouillon et les graines de cumin.

    Couper les betteraves en morceaux. Déposer ceux-ci dans le bouillon et mixer le tout. Saler, poivrer. Ajouter les zestes et le jus. Goûter. Rectifier.

     Façonner 4 quenelles de fromage de chèvre et les déposer sur la soupe servie ;

    Astuce:

    Pressé (e) ?  vous trouverez des betteraves cuites sous vide bio dans la plupart des épiceries bio et/ou supermarchés.


    Vous voulez apprendre d'autres recettes, astuces, bon plan santé ? continuez à lire ce blog, inscrivez-vous à la newsletter (en haut à droite) pour ne rien rater!

    Renseignez-vous sur mes cours de cuisine, ICI

    ou sur mes Coaching individuels en alimentation et cuisine santé ICI

    ou

    Demandez moi directement le test 8 classes Gratuit pour un mini bilan ICI avant d'aller plus loin...

     

  • Financiers au rapadura (dessert paléo)

    Financiers paléo, sans gluten, rapadura

    Une gourmandise permise en paléo ? Question qui revient souvent lors de mes coaching santé, car nous sommes tellement accro aux sucreries!

    Hum. Quand j'ai commencé mon plan paléo, je  me permettais une cuillère à café de miel avec un peu de purée d'amandes en dessert mais pas plus... Le but était tout de même de diminuer la production d'insuline, et de permettre à terme à tout les gras stocké dans mes adipocytes de se faire la malle, par le phénomène de la néoglucogénèse. C'est tout à fait atteignable avec le régime paléo, puisque aucun autre glucide que celui des légumes et des fruits est ingéré.

    Au niveau des sucres, outre celui des fruits, ce qui est permis en paléo, ce sont le miel et le sucre rapadura (ou sucanat), ou jus de canne à sucre déshydraté et réduit en poudre.

    Voici une recette de petits biscuits tout à fait compatibles avec le plan paléo. A réserver pour les soirées festives (ou pour épater vos amis: waouw c'est bon, ça ! Et c'est paléo ? incroyable). Car si vous voulez perdre du gras, mollo sur les sucres!


    Financiers au rapadura

    Temps de préparation : 10 minutes
    Temps de cuisson : 20 minutes

     

    Ingrédients (pour 40 pièces - moule à mini financiers) :

     

     

    Ingrédients

    40 g de poudre d'amandes
    60 g de farine de tapioca
    100 g de sucre rapadura
    75 g de beurre
    4 blancs d'œufs

     

     Comment faire

     


    Préchauffer le four à 200°C.
    Mélanger dans un récipient la poudre d'amandes, le sucre, la farine de tapioca.

    Monter les blancs en neige ferme et ajoute-le au mélange précédent. Faire fondre le beurre dans une casserole et ajoute-le à la pâte.
    Verser dans le moule et mettre au four 12 à 15'

     

     

     

  • Paléo : manger plus de légumes, c’est facile !

     

    Capture d’écran 2013-11-22 à 07.04.06.png

    Depuis une bonne dizaine d’années, je suis adepte de l’abonnement à un panier de légumes (sauf quand je cuisinais pour « Trop Bon », le restau dont j’étais le chef, évidemment, car j’avais une chambre froide pleine de légumes variés à ma disposition !). 

    Je m’y suis remise depuis quelques mois : un panier de légumes, c’est l’assurance de légumes de saison, frais et locaux chaque semaine, en quantité suffisante !

    Oui, mais il y a un mais…le « mais » que pas mal d’entre vous me partagent, lors des cours de cuisine que je donne aux particuliers, pour les bases, l’alimentation paléo, ou les thèmes précis que sont les compulsions sucrées, la cure anti-fatigue …

    Ce « mais » concerne les sortes de légumes que l’on reçoit (sans les avoir demandés, c’est le principe du panier composé par le maraîcher), et qui ne sont pas « sexy » comme me le glisse Noémie. Bon, elle veut dire par là que ce ne sont pas des légumes qui lui font de l’œil, qu’elle a envie de cuisiner et de manger tout de suite…

    Un légume absolument pas sexy, pour moi, il y a quelques années, c’était la betterave rouge. Je détestais son côté terreux, son goût fort et la texture mi gluante mi spongieuse de la betterave cuite. Voilà, c’est dit. A l’époque j’en recevais, en hiver, 2 ou 3 par semaine…

    C’est une copine de bureau, à qui je me plaignais de payer pour des légumes que je ne mangeais pas, qui m’a fait un cadeau incroyable : la recette de soupe à la betterave rouge, cumin, citron qu’elle tenait de sa famille polonaise (encore merci Ingrid), que j’ai depuis, partagé dans nombre de mes cours de cuisine ! (vous la retrouverez bientôt sur le blog)

    Depuis, croyez le ou non, j’adore les betteraves. En soupe froide (recette paléo), en tarte à la scarmozza  , en salade cuite coco curry vert (recette paléo) ou crue en caviar sur des toasts (recette paléo, sans le toast).

    C’est pour cela que j’ai trouvé très chouette de répondre à la demande de Kristian, mon fournisseur de panier de légumes (Les paniers verts) et de lui écrire des recettes exclusives ! Vous les retrouverez déjà sur le folder qui accompagne chaque semaine son panier (Popote et Potager) (voir la photo).

    C'est aussi top pour tous les Jules et Julie (entendez les débutants en cuisine) qui se mettent à manger paléo ! Pas évident au début de manger plus de légumes, et avec des recettes glamourisant des légumes peu sexy, on y arrive facilement… La plus moche des betteraves reçoit ainsi son heure de gloire ;-)

    Popote&potager.JPG

     

    Envie de suivre des cours et de découvrir ces recettes originales, rapides, délicieuses avec moi ? Envie de découvrir paléo avec des recettes super faciles à suivre, pendant 2 mois, et 3 cours ? Découvrez mon offre de cours de cuisine, paléo, anti-fatigue, bases de la cuisine santé nature ICI.

    Envie de faire un coaching santé avec moi pour apprendre les vrais aliments sains qui conviennent à votre profil ? Clic ICI.


     

     

  • Chips de Kale

     

    chips de kale,paléo,paleo

    Quand j'étais petite, mes parents appelaient cela "Chou frisé" et on en faisait du stoemp ou du gratin à la crème. Lorsque je faisais mes commandes, chez Trop Bon, c'était boerekool (chou fermier). Maintenant, je lis des articles sur ce super aliment qu'est le kale (notre bon vieux chou frisé, donc) et j'ai trouvé cette recette paleo pour grignoter à l'apéro.

    Super croquant, super aliment, super bon, de quoi collationner sans culpabilité, je vous livre la recette ici!


    Ingrédients

    2 feuilles de chou vert
    Huile d'olive
    Sel

    Comment faire

    Préchauffer le four à 160°. Laver et sécher les feuilles de chou. Les déchirer de manière à en faire des bouchées. Ne pas utiliser les grosses tiges, et même les plus fines (les réserver pour un jus, par exemple).
    Utiliser un pinceau. Le tremper dans l'huile - mise dans un petit bol- et passer sur chaque feuille. Poser les feuilles sur un silpat ou une feuille de papier sulfurisé.
    Mettre au four, et cuire 10' - en surveillant. Les feuilles doivent être croquantes.

     

    Le prochain cycle "Paléo pour les Jules" commencera le jeudi 9 janvier 2014. 

     

    Le nombre de places est très limité. Comme cela, je puis suivre chacun des participants et lui accorder toute mon attention.

    Inscrivez-vous dès maintenant!

  • Bénéfices d'une alimentation paléo

     

    cours de cuisine paléo, meattza, pancakes potimarron

    Voici quelques photos de notre dernier cours de cuisine paléo, ici dans ma cuisine (merci à Fabienne pour les photos). Car jeudi dernier, la "team paléo" s'est réunie pour le 2ème atelier de notre cycle "paléo pour les Jules" à la fois théorique et pratique. Nous avons continué à explorer les différentes raisons (problème du glucose, de l'insuline, des lectines, etc.) qui nous poussent à expérimenter cette manière de manger et de composer ses menus, et nous avons ensuite cuisiné et mangé quelques délicieuses recettes paléo, accompagné de vin rouge bio.

    Une des parties que j'aime particulièrement, c'est celle où nous nous racontons les dernières semaines écoulées depuis le cours précédent, et où chacun(e) écoute, échange et dialogue sur ce que nous avons observé et ressentis depuis le changement d'alimentation.

    Quels sont ces ressentis  et observations ?

    - "ventre dégonflé"

    - "pas de perte de poids, mais impression d'être mince"

    - "plus de coup de pompe après le repas"

    - "plus de sommeil interrompu pour aller faire pipi pendant la nuit"

    - "meilleure digestion"

    - "meilleur transit"

    - "meilleure énergie"

    - "tiens, je suis rentrée à 5 h du mat, j'ai dormi 3 heures, et j'ai enquillé ma journée normalement, sans coup de fatigue spécial"


    Juste waouw! Tout cela en 4 petites semaines ?! Ce sont vraiment des nouvelles excellentes!


    Et c'est compliqué à mettre en place ?

    - "Après 3 jours, je n'avais plus du tout eu envie de sucre".

    - "Il m'a fallu une semaine pour m'habituer, en plus mon corps était très fatigué, mais après, quelle énergie"

    - "Je trouve qu'on doit cuisiner beaucoup de légumes"

    - "Il faut acheter beaucoup de viande! "

    - "Chouette la recette de pancakes, c'était idéal pour la transition vers un petit déjeuner sans tartine"


    Oui, il y a de nouvelles habitudes à intégrer, et jusqu'à ce que cela devienne une routine, oui, cela vous demandera des efforts (comme cela m'en a demandé au début), mais vous n'êtes pas tout seul!

    C'est pour cela que ce cycle de cours "Paléo pour les Jules" (entendez les débutant(e)s) est parfait pour vous aider : menu, liste de courses, placard idéal, recettes sympa pour débuter et ne pas se lasser, idées économiques et gain de temps, avec des explications sur la manière dont notre corps fonctionne.

    Le prochain cycle commencera le jeudi 9 janvier 2014. 

    Le nombre de places est très limité. Comme cela, je puis suivre chacun des participants et lui accorder toute mon attention.

    Inscrivez-vous dès maintenant!


  • Se protéger du burn out : 10 super pouvoirs du beurre cru

    beurre cru,anti-cancer,anti fatigue,burn out,fatigue chronique,fatigue,bienfaits du beurre,manger du beurre cru,beurre de baratte,beurre cru et bio,beurre bio

    Ce beurre est produit par la ferme DischHof à Keiem

     

    Depuis 8 ans, j’ai redécouvert le beurre cru… alors que j’avais fait une croix dessus depuis 20 ans ! (J’ai passé tout ce temps à tartiner mon pain avec de la margarine, quel dommage…pour ma santé et mes artères ! tout cela à cause du mythe du « mauvais » cholestérol entretenu par l’industrie pharmaceutique, mais bon, ce n'est pas le sujet de ce billet.)

     

    Car après avoir observé chez plusieurs de mes coachées des bénéfices flagrants en termes d’amélioration de leur santé (notamment dans le cas d’une maladie auto-immune de la thyroïde, et dans un cas de burn out complet, -ou fatigue chronique-,  doublé d’un problème de fertilité) lorsque celles-ci se sont mises à manger du beurre cru (à raison de minimum 40gr par jour) je promotionne  largement ce produit vivant, ancestral et délicieux auprès des personnes qui suivent mes cours de cuisine  et mes coachings santé. Ce véritable médicament convient à tous les profils nutritionnels, et peut aider toute personne cherchant à améliorer sa santé.

    Pourquoi cette graisse saturée est-elle si bonne pour nous ?

    Voici 10 raisons de rajouter du beurre dans ses épinards, pour lutter contre l’épuisement progressif de nos organes, ce qui mène invariablement au burn out et à la fatigue chronique.

     

    1.     C’est une excellente source de vitamine A, facilement absorbée par notre corps. La vitamine A est nécessaire à la bonne santé de la thyroïde  et des surrénales, qui toutes jouent un rôle actif dans le fonctionnement optimal du cœur et du système cardio-vasculaire.  Des surrénales épuisées (par le stress et une alimentation carencée) sont toujours à l’origine du burn out.

     

    2.     Outre ce soutien, la vitamine A est essentielle pour maintenir un système immunitaire sain, comme tous les acides gras à courte ou moyenne chaîne, donc, saturés.  Cela nous aide à ne pas « choper » tous les virus qui trainent.

     

    3.     Le beurre est une source d’énergieet ne craignez rien pour vos bourrelets, les acides gras à chaine courte ou moyenne ne sont pas stockés dans les tissus adipeux ! Les tissus gras chez l’humain sont composés en majorité d’acides gras à longue  chaine, qui proviennent de l’huile d’olive, des  huiles polyinsaturées et des glucides en excès transformés en triglycérides par notre foie (pour être stockés).De l'énergie facile à assimiler, alors que nos organes épuisés n'arrivent pas à tirer parti des vitamines recommandées par notre gentille pharmacienne pour venir à bout de notre burn out!

     

    4.     Le beurre, riche en nutriments, procure un sentiment de satiété. Sous prétexte de course à la minceur, on s’en prive, et du coup, nous sommes obligés de trouver notre énergie dans de trop nombreux glucides. Quitte à manger trop et carencé, et à souffrir de fatigue chronique et de compulsions alimentaires !

     

    5.     Les glycospingolipides du beurre protègent contre les infections gastro-intestinales des jeunes enfants et des personnes âgées. Ses acides gras à courte ou moyenne chaine ont des propriétés antifongiques puissantes, idéales pour lutter contre le déséquilibre de la flore intestinale (comme la candidose). Un intestin abimé est à la source de réactions allergiques, auto-immunes et de brouillard mental.

     

    6.     C’est aussi une source de lécithine, qui aide à l’assimilation et au métabolisme du cholestérol. Le cholestérol n’est pas cet affreux boucheur d’artères décrit dans la publicité pour margarines, mais un merveilleux anti-oxydant qui est libéré dans le corps quand nous ingérons trop de radicaux libres … provenant de graisses rances, et surcuites. Par ailleurs le cholestérol joue un rôle important dans le développement du cerveau et du système nerveux, et nous aide à résister au burn out.

     

    7.     Le facteur Wulzen, découvert par un chercheur du même nom, contenu dans le beurre protège nos articulations contre la calcification (arthrite dégénérative).

     

    8.     La vitamine D contenue dans le beurre est essentielle pour que le calcium soit bien absorbé (une raison pour ne jamais manger des produits laitiers écrémés !) Nous ne connaitrons pas les affres de l’ostéoporose qui affecte de plus en plus de femmes même dans la jeune quarantaine !

     

    9.      Le beurre est une bonne source d’iode, sous une forme hautement assimilable, et contribue (avec la vitamine A citée plus haut) à la bonne santé de la thyroïde, et donc à la régulation de tout le système hormonal, et donc, au soutien de nos précieuses surrénales, qui nous aident à lutter contre burn out et  fatigue chronique.

     

    10. Il y a plus de sélénium (anti-oxydant vital) dans le beurre que dans le germe de blé ! Ajouté à la vitamine E et le cholestérol (deux autres anti-oxydants), l’acide linoléique ET toujours ces fameux acides gras à courte et moyenne chaine, nous avons là des propriétés anti-cancer avérées…

     

    11.Bonus : c’est une graisse locale, de notre terroir, au faible  bilan carbone. Les vaches laitières valorisent des prairies qu’on ne pourrait pas cultiver. Issues de races rustiques (comme la fameuse jersiaise, par exemple), elles nécessitent peu d’interventions médicales ou médicamenteuses. Si tout le monde en Belgique achetait le beurre cru, la crème et le lait de qualité «  à l’ancienne » des fermiers qui en produisent, à un  prix juste, ceux-ci vivraient correctement de leur travail !

     

    Alors,  je mange quel beurre, exactement ? 

    Du beurre cru, du beurre de ferme, du beurre de baratte, du beurre pasteurisé, du beurre frigo tartinable ou du beurre allégé ?

    Comme écrit plus haut, seul le beurre cru de ferme baratté, bio si possible, ou du moins provenant de bêtes nourries au pré et soignées sans médicaments allopathes vous donnera ses bienfaits. La crème du lait cru est produite chaque jour et réservée dans un récipient réfrigéré. Les ferments (naturels, contenus dans la crème) commencent déjà à faire murir la crème. Après sept jours de récolte de crème, celle-ci est barattée - fouettée puis travaillée, de façon à éliminer tout le lait ribot (ou battu) - et salée, selon les cas.

    En Belgique, le beurre au lait cru est vendu en "pains", avec une petite vache en ronde bosse (ou non) moulée sur le dessus. On emballe le beurre (500g ou 250g) dans un papier sulfurisé avec le nom de la ferme, l'adresse et le nom des fermiers, et la mention "Au lait cru".
    Vous en trouverez dans les magasins bio, les marchés (échoppes bio ou non), les crèmeries, les magasins à la ferme. Mais jamais dans les supermarchés.

    Le beurre de ferme provenant de vaches nourries à l'herbe n'a jamais un goût fort, et ne sent pas non plus "l'étable". Si l'odeur du beurre est mauvaise (idem le goût), c'est qu'il s'agit de beurre produit avec le lait de vaches nourries avec de la nourriture que l'on a mise dans un silo (par exemple du maïs). Les vaches ne mangent pas de céréales, et cette nourriture, fermentée, n'est pas appropriée, et donne ce goût affreux au beurre ! Cela n'arrive jamais avec un beurre frais bio. Si vous avez peur de vous tromper, retenez cela. Mais bio ET cru !


    En burn out ? Vous êtes chroniquement fatiguée ? Vous êtes diagnostiqué(e) fibromyalgique ?
    Prenez en main votre santé en faisant appel à mon coaching santé personnalisé !

     

    Sources :

    http://aliprovia.fr/tout-savoir/linsuffisance-surrenalienne-la-fatigue-chronique-le-burn-out-et-cie/

     

    http://cuisine-et-decouvertes.over-blog.com/article-34891494.html

     

    http://www.taty.be/doc/weston_butter.pdf

     

    http://summertomato.com/how-butter-and-real-food-saved-my-health/

     

     Comment faire son beurre maison:

    http://www.chefnini.com/beurre-maison/

     

    EDIT 26/07 : 

    Suite à une question de J. concernant l'information sur les paquets de beurre à propos de l'alimentation des vaches.

    Le cahier des charges bio en ce qui concerne les vaches laitières inclut la sortie des vaches au pré à la bonne saison, et en tout cas leur nourriture provient de l'exploitation. Voici un extrait du RÈGLEMENT (CE) No 834/2007 DU CONSEIL

    du 28 juin 2007 relatif à la production biologique et à l'étiquetage des produits

    biologiques et abrogeant le règlement (CEE) no 2092/91 : Pour éviter toute pollution de l'environnement, en particulier des ressources naturelles telles que le sol et l'eau, la production animale biologique devrait en principe assurer un lien étroit entre l'élevage et les terres agricoles, la pratique de rotations pluriannuelles appropriées et l'alimentation des animaux par des produits végétaux issus de l'agriculture biologique obtenus sur l'exploitation. (http://www.certisys.eu/doc/RX2016fr.pdf)

    Ce n'est donc pas marqué sur l'emballage en toutes lettres mais inclus dans le label BIO.

    Vous trouverez des beurres bio des fermes GRODENT, JAMBJOULLE et DISCHOF (pour les belges) dans les épiceries bio et autres revendeurs bio (comme Jacques Defrenne sur les marchés bruxellois)

    Des beurres non bio valables (vaches peu médicamentées, nourries au pré et au foin de l'exploitation) sont à trouver chez Coprosain (divers marchés dans Bruxelles).

    Beurre de lait cru non bio (mais je ne connais pas la nourriture des vaches)= L&L Plaquette chez Cora.

     

     

  • Courge spaghettis, ail, olives et lard croquant

    Courge Spag2.jpg

     

    Pour 4 personnes

    Préparation 15’
    Cuisson 25’

    Ingrédients

    1 courge spaghettis de +/- 700g
    4 càs huile d’olive
    1càs de graines de courge

    1 gousse d’ail
    olives vertes dénoyautées
    80gr de lard fumé
    persil
    sel
    poivre

     

    Comment faire

    Cuisez la courge spaghettis dans l’eau bouillante, entière, 20’.  Cuisez les 4 fines tranches de lard, à feux doux. Epongez, et coupez en petits morceaux. Emincez l’ail en fines tranches, les olives en 4, hachez le persil. Chauffez 4 càs d’huile dans une poêle, ajoutez les lamelles d’ail, pendant 1’. Coupez la courge cuite en 2 (la lame s’enfonce dedans). Enlevez le coeur (avec des pépins, avec une cuillère - attention, c'est chaud- et retirez les filaments à la fourchette. Vous pouvez attendre que cela refroidisse et réchauffer ensuite à la vapeur! Mélanger le tout, garnissez de graines de courges.


    En cliquant sur ce lien, vous pourrez apprendre  d'autres recettes savoureuses, de saison, facile et rapides, et tous les trucs pour s'organiser en cuisine santé!