• Pesto de chou vert frisé et tomme de Lisbelle paléo

    chou frisé, kale, pesto, paléo, sans pain, sans céréales, sans gluten

    Quand je recommande à l'une des personnes que je coache de faire une cure "sans céréales", c'est-à-dire sans pain, sans cracottes, toasts, biscottes, pain des fleurs, riz, pâtes, biscuits etc, c'est-à-dire une cure paléo, leur plus grande crainte c'est "mais qu'est-ce que je vais manger maintenant" ?

    Effectivement, depuis quelques dizaines d'années, les pyramides alimentaires concoctées par les différents services gouvernementaux responsables de santé publique (on ne dira pas sous l'influence de quels lobby, mais... devinez ?) placent les glucides lents (c'est-à-dire les céréales complètes)  à la base de leur construction, et notre alimentation est basée sur les céréales, et pour certains, les légumineuses.

    Or il faut un intestin impeccable pour bien digérer les céréales, et surtout les céréales à haute dose comme nous les ingérons 3 ou 4 fois quotidiennement. Le stress, l'abus de sucreries, d'ibuprofène, d'additifs, de pesticides et autres agents chimiques divers font le reste: abîmer la paroi intestinale, et la rendre poreuse, permettant ainsi l'entrée dans le sang de tas d'indésirables imparfaitement traités par la flore et les enzymes. Divers dégâts  inflammatoires en résultent.

    Manger sans céréales durant un moment, c'est donc une parfaite "cure" détox aussi (voyez ici les bénéfices que ceux qui ont essayé ont trouvé) . Un plan paléo pour ce mois de janvier vous permettra de retrouver la pêche au cœur de l'hiver...

    Pour remplacer le pain, depuis le mois de juillet, j'ai beaucoup testé:  j'adore les  feuilles de chicons, les bâtonnets de carottes et les tranches de concombre, en saison! Ici j'ai choisi des tranches de betterave jaune... pour changer. C'est joli, non ?

    Cela permet de présenter des toasts paléo à l'apéritif ... ou au petit déjeuner!

     

     

    Pesto de chou frisé vert et tomme de Lisbelle paléo

     

    Ingrédients

     

    50gr de noix
    65 gr de tomme de brebis /parmesan/pecorino
    2 tiges de chou vert frisé
    2 gousses d’ail
    Huile de noix 100ml
    Sel

     

    Comment faire

     

    Faire tremper les graines de tournesol minimum 1h. Laver et retirer la tige centrale du chou frisé…Éplucher l’ail, le dégermer.  Enlever la croute de la tomme et couper la en bâtonnets pour rentrer dans le jazz max. Tout passer au cône broyeur. Mélanger ensuite le mélange obtenu avec de l’huile. Saler. Goûter et rectifier.
    Vous pouvez faire cette recette avec un robot mixeur ou plongeur.

     

    Écrivez moi pour savoir quand aura lieu le prochain cycle paléo (celui qui commence le 9 janvier est déjà complet...) ou la prochaine initiation (clic).

    Le programme complet de mes cours de cuisine est ici (clic)


     


     

  • Yaourt sans lactose maison, pour soigner votre flore intestinale

     

    yaourt sans lactose, fait maison, yaourt maison, yaourt longue fermentation

    Depuis 8 ans que je donne des cours de cuisine et distille des conseils aux personnes en changement vers une alimentation qui leur convient mieux, je remarque un nombre de plus en plus élevés de personnes intolérantes au gluten, à la caséine, mais aussi au lactose. Au restaurant aussi, il y avait beaucoup de clients et clientes qui recherchaient une alimentation "maison" (même au restaurant) pour connaître exactement les ingrédients, et avoir la garantie qu'aucun additif caché ne se retrouve dans leur assiette et ne les rendent malades!

    Le lactose est un sucre, présent dans le lait et les produits laitiers frais (fromage affinés de MOINS de 3 mois). Dans les fromages affinés de PLUS de 3 mois, il reste des traces de lactose bien sûr, mais beaucoup moins, et ces traces ne font généralement pas problème, même s'il vous manque l'enzyme adaptée pour sa digestion (la lactase).

    Même si votre organisme dispose encore de cette enzyme, votre flore intestinale est peut-être déséquilibrée par un abus de glucides (tous les sucres, qu'ils soient lents, complets, bio...trop c'est trop). Du coup, il convient de soigner la paroi intestinale et supprimer le lactose pendant quelques semaines.

     

    Après une période d'éviction de TOUS produits laitiers, il est intéressant de réintroduire très progressivement ce yaourt et ensuite des fromage affinés de PLUS de 3 mois, afin de diversifier ses aliments et les apports nutritionnels. Mais toujours en portions réduites (max 100ml pour le yaourt, max 40gr pour le fromage) et pas tous les jours!

    La solution pour réintroduire dans l'alimentation les yaourts dans ce cas, tout en bénéficiant des vertus du lait cru, et des probiotiques intéressants pour notre intestin : le

    YAOURT SANS LACTOSE MAISON A FERMENTATION LONGUE

    Ingrédients

     1 l de lait cru

     5 càs de yaourt fermier, bio, nature (ou le précédent que vous avez fait)

     1 thermos

     Comment faire

     Prendre 1l de lait cru. Le chauffer jusque ébullition, maintenir 30".

    Le laisser refroidir jusque 40° (le doigt trempe dedans sans problème de chaleur excessive)

    Mélanger 1/2 yaourt bio de lait entier (du magasin bio, de très bonne qualité) AVEC une cuillère en bois. Le mieux est de le mélanger d'abord dans 250ml de ce lait chauffé puis refroidi, et puis de mélanger ce mélange à l'entièreté du lait.

     

    Ensuite, verser ce lait dans un thermos (dans lequel vous aurez d'abord mis de l'eau bouillante, puis vidé, évidemment, sinon, vous ne pourrez pas mettre le lait). Ce thermos sera emballé dans un pull en laine, et mis près d'une source de chaleur (même un radiateur faiblement allumé) pendant 24H.

     

    Après le yaourt est prêt à être mis au frigo et dégusté.

     

     NB : veiller à ne jamais acheter du yaourt épaissi aux carraghénanes. Ces algues micronisées, autorisées même en bio abîment la barrière intestinale.

     

    Des trucs "maison" comme celui-là (pain, pâte, etc.) nous en cuisinerons ensemble au prochain cours "bases du fait maison" qui aura lieu le jeudi 20/02/2014 à Schaerbeek (19h). Tous les renseignements ici en cliquant sur cette page.

     

     

     

     

     

  • Klestkoppen, ou dentelles de Bruges: facile et bluffant

     

    biscuits, Bruges, slow Food, recette traditionnelle

    Si vous faites partie des décontractés de la fête (je vous le souhaite) ou des éternels retardataires, peut-être aurez-vous envie de réaliser aujourd'hui ces jolies dentelles de Bruges, qui ont connu un énorme succès lors de mes deux derniers cours "Slow Food"... Même les miettes sont parties !

    Et si dans mon dernier article, si j'ai donné des conseils pour les angoissé(e)s des régimes durant cette période, je ne peux que vous encourager à continuer (même en cette période) à manger des vrais aliments, ceux qui aident à vous maintenir en santé, et même, qui peuvent vous guérir! Avec cette recette, vous pourrez continuer à vous soigner au beurre cru!

    Kletskoppen (dentelles de Bruges)

    Temps de préparation : 7 minutes
    Temps de cuisson : 8 minutes


    Ingrédients (pour 10 grands biscuits) :

    55 g de farine  60%
    55 g de sucre de canne roux
    55 g de beurre
    1 cuillères à soupe de sirop d'érable
    1/2 cuillère à café de cannelle en poudre

    Comment faire


    Préchauffez le four à 180°C (thermostat 6).
    Recouvrez la plaque de papier sulfurisé, ou de silpat.

    Faites fondre le beurre, le sucre et le sirop. Incorporez-y la farine et la cannelle.
    Prélevez des petites cuillerées et placez-les sur la plaque du four, sans oublier de les espacer.
    Faites cuire au four de 8 à 10 min. Surveillez bien la cuisson. Sortez la plaque et attendez que ça refroidisse un peu. A l'aide d'une spatule, décollez-les de la plaque et laissez-les refroidir sur une grille.

    Envie de déguster un repas Slow Food chez moi (avec des kletskoppen ? ) Il reste deux places pour un exceptionnel repas le dimanche 29 décembre à 19h, à Schaerbeek.

    Au menu: Mille feuille de betteraves rouges au Pas de bleu et fromage de chèvre (le Pas de Bleu est un bleu très doux, produit à Gand), Moules &  Frites, Bière de la Brasserie de la Senne et en dessert, un duo dont vous me direz des nouvelles: Trifle spéculoos mousse au chocolat et Westvleren 12 ! Prix: 35€ pp. Réservations en cliquant ici !




     

     

  • Au secours, je ne sais pas quoi manger pendant les fêtes !

    Sapin.jpg

    Les personnes que je coache durant l'année pour leur plan alimentaire (que ce soit pour épuisement chronique, fatigue, fibromyalgie, burn out, diabète ou tout autre désir de perte de gras, amélioration de l'énergie, de la santé, car le coaching santé que je propose vous aide pour des tas de maux, petits ou grands ), ces personnes me demandent avec angoisse ce qu'elles sont "autorisées" à manger durant les fêtes (ou pour Pâques, le buffet de communion de leur enfant, leur anniversaire, ou tout autre réjouissance comprenant boissons et aliments).

    Lorsque j'étais moi-même coachée pour mon poids chez WW (chaque semaine durant 1 an !) j'ai reçu beaucoup de conseils pour affronter ce type de situation (et je n'ai pas honte de dire que j'ai repris les 25 kg perdus cette année là... C'est la triste histoire des régimes se basant sur la restriction calorique).

    Tous les conseils que j'ai reçus n'étaient pas à retenir (depuis, j'ai pris mes distances avec la vision lipidophobe de Weight Watchers, voir carrément glucidophile ! Pour la petite histoire, WW est détenu par une famille belge (Ullens) héritière des Sucreries de Tirlemont, revendues depuis, pour acheter WW. WW fait partie d'un grand groupe assez discret, Artal, principalement composé d'entreprises pharmaceutiques).

    J'ai donc depuis, fait le tri dans les conseils, et adopté mes propres stratégies.

    Ce qui peut vous aider vous, comme cela m'a aidé moi-même:

    - Les fêtes- qu'elles qu'elles soient- avec leur cortège de "tentations", de "plats pas permis", de "bombes caloriques" (on a bien compris qu'on s'en fout des calories, mais bon, le schéma est imprimé dans notre cerveau!), de "cholestérol à outrance" (les huitres! le foie gras!) de "boissons alcoolisées pleines de sucre", et bien ces fêtes font partie de votre vie ! Ce sont des traditions, des moments de réjouissance, de convivialité et de partage avec ceux que vous aimez. CEUX QUE VOUS AIMEZ. Si on vous "force" à faire la fête avec des gens que vous n'aimez pas, fuyez!  Car c'est alors que la nourriture deviendra un refuge émotionnel, et vous rendra malheureux/se.

    Donc, ces moments là sont plein de belles choses à vivre qui ne concernent pas que manger !

    Concentrez-vous sur l'attention aux autres, l'écoute, l'émerveillement, la joie de voir ceux que vous ne côtoyez peut-être pas assez, prenez de leurs nouvelles, donnez des vôtres. Concentrez vous sur le côté ensoleillé de votre vie, et laissez pour une fois les plaintes de côté. 

    Ces fêtes font partie de la vie et sont (en théorie) des moments heureux, n'en n'ayez pas peur.

    - Diaboliser un aliment le rend très, mais trèèèèèès désirable... Rien n'est interdit lors d'une soirée de fête (c'est le message principal que je donne, ce qui réjouit toujours mes coachés!).

    Cependant, je vous invite à ceci: prenez du plaisir à manger et à boire ! Savourez, d'abord avec les yeux, ensuite avec le palais! Prendre le temps de savourer, de mâcher, de discriminer les saveurs, de détecter ce qui nous délecte particulièrement... Mâcher, savourer, c'est aussi donner à son cerveau le temps de détecter sa satiété... Pour cela, mangez et buvez de toutes petites portions si vous voulez aller au bout du menu sans inconfort ;-)

    - Les lendemains de fêtes (ou le surlendemain), écoutez votre corps... Pas faim le matin ? Inutile de manger, même si je répète qu'un repas de roi le matin est nécessaire à beaucoup d'organismes, et que c'est devenu aussi votre mantra. Juste envie d'un bouillon de poulet ? Sortez votre réserve du congélo et faites-vous un bon bol chaud de ce remède incomparable.. Une petite cure de jus de légumes, avec un détoxifiant puissant comme la spiruline peut aussi aider votre foie, fatigué ou surmené...Même pour un jour!

    Et ensuite, reprenez votre plan alimentaire habituel, jusqu'à la prochaine fête, anniversaire, soirée de nouvel an...

    - Préparez-vous même tout ou partie des agapes - ou faites le faire par un cuisinier sous vos indications, et faites le en harmonie avec votre choix alimentaire du moment (paléo, sans gluten, sans sucres, sans additifs, sans phosphates, même et surtout si vous êtes atteint de fibromyalgie, diabète, burn out, épuisement chronique... ). Des personnes tout de suite malades avec l'alimentation industrielle tout venant n'ont parfois pas d'autre choix ! Je pense à certaines poly-sensibles, affectées par la moindre miette d'alimentation conventionnelle. Souvent ces personnes, d'ailleurs, sont vues comme le mouton noir de la famille (oh, toi, avec ton bio/tes trucs bizarres/tes graines germées/ta viande crue/tin beurre cru, biffez les mentions inutiles ). Mais souvent, une fois mise dans le bain, la famille en question trouve ça très bon, ce que vous préparez... Votre mine splendide les convaincra plus que tout, d'ailleurs. Donc, haut les cœurs, on affiche sa grande forme !

    Je vous souhaite une très bonne période de fêtes, un très bon réveillon de Saint Sylvestre et un début d'année en pleine santé (puisque c'est vous qui décidez!).

    Dans le cadre de vos bonnes résolutions santé, d'ailleurs, réservez déjà les cours de cuisine de l'année prochaine, dont le programme se trouve sur cette page, car les cours se remplissent très vite!
    Si c'est pour se faire aider de manière individuelle, c'est aussi très efficace. Voyez mes offres de coaching santé sur cette page ici, et envoyez moi un mail pour me demander le mini bilan gratuit! Ce sera un pas décisif pour reprendre en main votre santé!

    Par ailleurs, si l'approche "manger en pleine conscience" en période de fêtes vous parle, je vous conseille de lire l'article de Gabriella Tamas, une coach et naturopathe en France,  sur le sujet. Il est aussi très inspirant !

     

     

     

     

     

     

  • Tartinade au céleri rave & noisettes

    céleri rave, dip, trempette, légumaise, tartinade

    Lorsque j'ai commencé à cuisiner pour Trop Bon, je faisais déjà à la maison ces petites sauces moitié tartinade, moitié dip ou trempette.

    Dès mes débuts de chef au restau,  j'ai imaginé les présenter au bord de l'assiette pour accompagner le plat.

    C'est une manière différente de présenter des restes de légumes cuits.

    Je les mixe avec de la crème de coco, de la purée de noisettes ou d'amandes, et  j'assaisonne avec mes épices favorites : poivre et muscade avec le céleri rave, citronnelle avec le potimarron, cumin ou coriandre avec la carotte...

    C'était souvent comme un petit jeu, où le client tentait de deviner  le légume qui se cachait dans la suave quenelle déposée près de ses crudités... Prenez-vous au jeu avec  vos convives, vous aussi, et épatez votre monde avec un peu de légumes cuits et deux/trois ingrédients goûteux à mixer ensemble.

    Tartinade au céleri rave et noisettes

    Ingrédients


    1 céleri rave
    1 cas de purée de noisette
    Tamari ou shoyu
    Poivre
    Citron ou persil haché (facultatif)


    Comment faire

    Couper le céleri en 2. Poser chaque moitié sur une planche et enlever la peau au grand couteau du haut vers le bas. Détailler en gros cubes, et cuire à la vapeur 20 à 30’. Il faut que le céleri soit bien tendre. Mettez le dans un bol à mixer avec la purée de noisette, et mixer.
    Assaisonner, rectifier. Éventuellement rajouter 1 trait de citron ou du persil haché.


    Se sert en dip à l’apéro - vous y ferez trempette avec des carottes crues ou des grissini) ou en accompagnement d’une volaille de fête....

    J'ai eu le plaisir de présenter cette recette chez Färm, le nouveau magasin bio au centre ville, y êtes-vous déjà allés ? Nous nous y rencontrerons peut-être, un de ces samedis ?

     

     

     

  • ❤ MERCI à tous mes formidables lecteurs et lectrices ❤

    cours cuisine

    Cuisiner, c'est prendre sa santé en main!

    Merci et  bravo à vous qui avez décidé de prendre votre santé en main, et de devenir ou redevenir les acteurs de votre cuisine, et donc...de votre mieux-être.  

    Savez-vous que votre alimentation détermine à 80% votre état de santé ? La bonne santé, ce n'est pas seulement ne pas avoir de maladie grave. La bonne santé, c'est avoir un bon sommeil, une bonne énergie tout au long de la journée, un bon moral, de bonnes interactions avec les autres, de la sérénité face à la vie... L'alimentation est AUSSI garante de tout cela !

    Merci à vous, car le cycle de 3 cours de cuisine "paléo"  qui commence ce 9  janvier prochain est complet ! Bravo à toutes celles et ceux qui ont décidé de se faire ce super cadeau, en ce début d'année. Car bonne santé n'est pas un "souhait". C'est un engagement de chaque jour!

    Je viens de programmer d'autres cours de cuisine à Bruxelles !  ICI,vous trouverez toutes les descriptions, dates, et lieux pour trouver un cours qui va changer votre cuisine, votre alimentation, votre vie!

     

    Car ces cours de cuisine ne sont pas des cours de cuisine comme les autres...

    J'y ai mis toute mon expérience d'ancienne chef du restau "Trop Bon", plus les enseignements que j'ai reçus au niveau du profilage alimentaire par Taty, mes acquis depuis six ans de coaching individualisé, de cours de cuisine santé, depuis huit années d'accompagnement en cure anti-fatigue...

    Je vous stimule à  essayer et à refaire de nouvelles recettes, vous apprends quels aliments il est préférable de choisir, comment les intégrer à ses menus. Vous vous faites du bien, car en plus de passer une soirée (accueilli par un apéro, un jus frais, ou un verre de vin) agréable, vous mangez délicieusement des mets que vous ferez ensuite facilement chez vous!


     


    Faites un cadeau précieux: celui d'une expérience, d'un déclic et d'outils qui vont vous permettre ou permettre à quelqu'un qui vous est cher de devenir le chef cuisinier  de sa propre santé.


     

  • 63% des belges ont peur de leur assiette !

    Café moderne cacahuète.jpg

    De quoi est réellement composée notre alimentation ? Que laissons nous pénétrer au plus intime de nous-même ?

    C'est une enquête appelée "Le Thermomètre des belges" qui le révèle ce lundi 9 décembre (Enquête Solidaris, La RTBF et Le Soir).

    Bernard Padoan dans Le Soir écrit:  "Deux de nos concitoyens sur trois regardent leur assiette d’un œil dubitatif. Tout le monde en prend un peu (voire beaucoup) pour son grade: que ce soit au stade de la production, de la transformation ou de la distribution, la méfiance est de mise. En vrac, cela va des méthodes agricoles intensives à la publicité (accusée de nous pousser à manger plus et mal), en passant par les farines animales, l’étiquetage (jugé incompréhensible) ou les prix bas (qui entraîne la qualité dans leur sillage): 55% des personnes interrogées disent qu’on nous cache des OGM dans divers produits; 69% jugent que la productivité agricole se fait au détriment de la santé des consommateurs; 65% pensent que les trajets des aliments produits par l’industrie agroalimentaire sont opaques… Et ils sont 67% à opiner quand on leur soumet l’affirmation suivante, qui résume bien leur désarroi: «Au fond, on ne sait plus très bien ce que l’on achète comme produits alimentaires car on ne connaît pas vraiment les traitements subis, d’où viennent les aliments, etc» " (Le Soir 9 décembre 2013)

    Je me sens totalement en adéquation avec ces chiffres! Pas vous ? C'est pour cela que je suis une défenseuse acharnée des circuits courts, du contact entre les producteurs et les consommateurs, de la cuisine à la maison, des produits bruts, de l'alimentation locale, bio, durable, du jardinage même sur quelques pots en terrasse!

    Je m'insurge totalement contre ce que veut nous faire manger l'industrie agro-alimentaire! Les belges ont raison de se méfier! Le même article poursuit en disant (dans l'interview d'Alain Cheniaux, secrétaire général de la Mutualité socialiste du Brabant wallon) que les pouvoirs publics doivent"créer une garantie qualitative plus claire".

    En attendant cette "garantie" (ça peut durer longtemps vu les intérêts économico-financiers en présence...) , que pouvons-nous faire ?

    Résister... Cuisiner... Acheter nos produits à des personnes que nous pouvons interroger sur les aliments qu'ils nous vendent ! Car ils les ont tiré de la terre ou élevé eux-même... Apprendre à faire soi-même ses aliments. Oh, rien de bien compliqué, juste un cours de cuisine avec des bases simples et rapides: faire sa pâte à tarte, son yaourt, ses biscuits, son bouillon. Rien de très compliqué, il faut juste que je vous montre...Avec de bons produits, vous goûterez la différence !

    Un de mes cours de cuisine se propose de vous apprendre les bases du "Fait Maison". Ce sera le jeudi 20 février, à Schaerbeek (19h) . En petit comité, comme ça chacun/chacune aura bien le temps de voir, de faire, de goûter, d'essayer. Et de s'organiser pour refaire ça chez soi. Et prendre son indépendance, sa santé en main ! Cuisiner, c'est résister ! Pour s'inscrire à ce cours, c'est ICI. Les renseignements, vous les trouverez ICI.