• Combattre la fatigue: 5 leviers de protection de notre capital énergie

     

    Chaise longue neige.jpg

    Une chaise longue sous la neige... symbole du repos que nous ne accordons pas ou trop peu Embarrassé

    Je dois bien l’avouer : je suis une hyper active. Mon énergie débordante  et ma curiosité insatiable font que je suis toujours occupée par mille projets et activités. J’ai donc aussi à gérer des baisses d’énergie  comme chacun d’entre nous, et à laisser mon corps se régénérer. Comment ? Quels mécanismes de bases soutiennent notre corps et sa merveilleuse capacité à s’auto-réparer ? 

    Notre existence est réglée par un rythme bi-phasique corporel fondamental : l’alternance entre notre système orthosympathique et parasympathique.

    • Le système orthosympathique nous permet d’être performant pour agir, travailler, créer et stimule la production d’adrénaline et de cortisol. 
    • Le système parasympathique nous permet de nous reposer, nous régénérer, de nous réparer et stimule la production d’acetylcholine (un précieux neurotransmetteur qui nous permet l'apprentissage et la mémorisation)

    Chaque système, lorsqu’il fonctionne, empêche l’autre de travailler (comme sur une voiture, nous ne pouvons appuyer à la fois sur la pédale d’accélération et sur celle des freins… logique). Le savoir et le respecter nous permet de rester non seulement en forme, sans fatigue ou épuisement excessif,  mais aussi en bonne santé. Empêcher notre système de « repos » de s’enclencher mène à la prolongation de nos états inflammatoires, de nos bobos voire nos maladies graves. Pour continuer l'analogie automobile, c'est comme si vous empêchiez votre mécanicien de réparer votre voiture parce que vous refusez le laisser au garage le temps nécessaire.

    Mais comment mettre en pratique cette alternance  pour prévenir à la fois fatigue excessive, épuisement chronique, voire burn-out ?

    Voici 5 leviers* qui vous aideront à protéger votre capital énergie

    1. Se couper la tête !
    2. Se vider les tripes !
    3. Vivre couché !
    4. Vivre dans une grotte !
    5. Arrêter de se laver ! 

    1.     Se couper la tête.

    Notre mental est notre première cause de souffrance et de stress. Ah si nous pouvions de temps en temps déposer notre tête loin de nous, ça nous ferait des vacances ! Heureusement pour nous, bien des techniques nous permettent cela. A nous de choisir celle qui nous apportera ces bienfaisantes vacances : méditation, hoponopono, relaxation, sophrologie, etc. 

    2.     Se vider les tripes. 

    Ni Ni l’apologie du jeûne, ni celle de l’hydrothérapie du colon: cultivez la conscience aiguë que votre corps est un filtre, capable d’encrassement. Nous disposons de beaucoup d’exercices et de techniques ici aussi (comme celle des bains dérivatifs, expliquée ici, clic ). Massages, Do In, drainages lymphatiques, saunas, lavements doux, stretchings, respiration en cohérence cardiaque, en voilà d’autres. Nous choisirons ce qui nous fait du bien, doucement et gentiment, sans douleurs... mais l'entretien est à faire régulièrement.

    3.   Vivre couché.

         Lorsque l’épuisement est chronique, ou que le burn-out est déclaré, cette méthode permet de rester en « parasympathique » le plus longtemps possible, et d’activer ce merveilleux système de réparation (entièrement gratuit).  Beaucoup d'objections arrivent lorsque je présente cette technique lors de mes coaching :  "Je ne pourrai jamais m'accorder cela; et puis, nous ne sommes pas au temps des romains ! Je ne peux pas rester couché(e), c’est impossible ! Je m’embête quand je me couche,  ou (variante) je m'endors - véridique! - ou j’ai bien trop à faire, je ne pourrai pas m'occuper de ma famille dans ce cas". Ok, ok... Je sors alors ma petite histoire de l'hôtesse de l'air et de l'avion. Car si l'hôtesse de l'air a une défaillance, qui va s'occuper des passagers ?

         Un petit test vaut toujours plus que mille mots. Faites l’essai, comme J*, qui se repose sur sa table de médecin  entre deux patients, ou quand l’un de ceux-ci fait faux bond. « J’ai remarqué que au début, je me forçais à rester ces 20’ allongée - même sans dormir -  Et qu’ensuite, malgré moi, mon corps réclamait ce moment, et que j’en tirais vraiment du bien-être ». J’ai moi-même résisté à un boulot physiquement épuisant (être chef dans un resto implique non seulement de longues stations debout – jusqu’à 7 heures de suite - mais aussi le transport de lourdes charges – jusqu’à 80 kg par jour, avec 20 volées d’escaliers à gravir ou descendre) grâce à cette discipline : me coucher 30' à plat sur mon canapé en rentrant. Ce qui ne m’empêchait pas d’ouvrir et lire mon courrier, papoter avec ma fille, lire le journal ou mes mails... Avant de recommencer la deuxième journée ;-)

    4.  Vivre dans une grotte.

         C’est parfois l’extrémité à laquelle plusieurs de nos contemporains sont forcés (lire ici, clic) . Car ils sont « électro-sensibles ».  Et notre environnement est devenu très pollué à cet égard ! Le wifi est partout, et rien qu’une prise électrique branchée à la tête de notre lit peut perturber le sommeil de certains. Les lieux les plus "up to date" (y compris en vacances) sont maintenant des zones sans wifi ! (alors que c'était l'inverse il y a peu) Mon conseil basique est de couper le wifi la nuit (plus débrancher sa lampe de chevet). Pour une protection plus complète, reportez vous sur d’autres sites, car des protections physiques sont possibles (rideaux, peintures).

    5.  Ne plus se laver.    

         Avec des produits nocifs !  Nos salles de bains, cuisines et placards à produits ménagers sont devenus de vraies usines à produits chimiques et polluants. Et non seulement nous en mangeons (via nos assiettes, verres et couverts) mais aussi nous les appliquons sur notre peau, qui n’est pas une barrière à ces produits. Ils pénètrent dans notre système, le surcharge, voire causent des dérèglements dont nous n’avons pas toujours conscience (tant mieux quand ça irrite, on s’en aperçoit directement). Là encore, tout plein de sites spécialisés vous tendent les bras pour 1- changer de cosméto (non, pas arrêter de nous laver , c’est une blague) 2- changer de produits de ménage 3- changer de lessive. Pour ma part, je suis passée au vinaigre blanc et bicarbonate de soude (pour presque tout). Moins cher. Efficace. Plus sûr.

    Dans mes coaching, j’évalue tous ces leviers avec vous, et nous cherchons ensemble à trouver les pistes qui vous conviennent à vous et à vous seul(e). Et, bien sûr… je vous accompagne sur le chemin de l’alimentation qui vous rend léger et énergique, pour vous, votre famille, votre organisation et votre profil profond. C’est rassurant, et efficace, car je propose un accompagnement sur plusieurs semaines, voire plusieurs mois. Le temps, l'énergie et la santé que vous en retirerez sont vos biens les plus précieux.

    Jusqu’au 30 novembre 2014 vous pouvez même avoir un tarif VIP très intéressant (voir ici, clic). Quelle belle idée de cadeau pour un proche qui cherche du soutien…

    * Une ressource très intéressante si vous voulez lire sur le sujet "Quand j'étais vieille" de Taty Lauwers.

     

     

     

  • 5 étapes à suivre pour être moins fatigués

    transat3.JPG

    Quand l'automne arrive, et que septembre est derrière nous, ça y est, moi j'ai comme l'impression d'avoir passé un cap. La rentrée est passée, ouf,  mais avec elle, les derniers lambeaux d'été sont partis...  Il fait noir quand on se lève et les premiers froids du matin embuent la vitre. L'heure d'hiver est là pour six mois.  il y a comme une baisse d'énergie...

    Burn-out, fatigue permanente, épuisement chronique... il y a moyen d'éviter d'en arriver là.

    Quelques recettes pour se dynamiser ? 

    Lire la suite

  • Les ustensiles de cuisine: lesquels sont indispensables ?

     

    Capture d'écran 2014-10-24 08.28.34.png

     soupe de carottes, panais & rutabagas rôtis

    Il est une étape que j'ai sautée dans ma vie: celle de la liste de mariage !  Pas mariée, mais équipée, car ma mère m'a offert quand j'ai quitté la maison familiale une casserole en fonte et une autre en inox avec une passoire "cuit-vapeur" (que j'ai toujours). J'ai complété avec mes couteaux et mon aiguiseur. Au fil des années, j'ai acquis ce dont j'avais besoin pour ce que j'aimais cuisiner.

     

    Lire la suite

  • Quiche bettes & vieux Liège

    Quiche Vieux Liège.jpg

    La "quiche à tout" est un allié précieux à noter dans notre liste de plats, et qui peut être préparée une fois par semaine, ou par quinzaine. Je la programme de préférence la veille des courses, quand le frigo commence à être vide (se rappeler d'avoir une pâte prête à l'emploi ou au congélateur)... Mais évidemment, elle change de semaine en semaine.

    Lire la suite

  • Soupe courgette et artichaut barigoule (à l'extracteur)

    soupe artichaut courgette

    Alors, ça, c'est la découverte du siècle (pour moi, évidemment). Comment manger autrement les artichauts qu'en tirant les feuilles une à une et en les trempant dans la vinaigrette ? A part les fonds d'artichauts (surgelés ou en boîte) ou les artichauts violets tout jeunes fait en cocotte à la barigoule (pas trop mon style en fait, je n'aime pas le foin qui reste encore, et les tourner, quel boulot, pfiou c'est minuscule).

    Lire la suite

  • Madeleine quinoa et butternut, collation salée #sansgluten

    collations salées, madeleines salées, sans gluten

    Toutes mes passions réunies: les collations gourmandes et salées, le recyclage de restes et une recette customisable à souhait ! Et c'est si facile à manger et faire manger (notamment les enfants qui aiment manger avec les... doigts, haha)...

    Donc, un reste de légume cuit, un peu de féculent, du jambon, du fromage... et ...

    Lire la suite

  • 12 idées & recettes de collations salées

    1cherrygirl004.jpg

    Une question revient très souvent lors de mes coaching, surtout lorsque nous faisons ensemble le menu "idéal", tenant compte à la fois des goûts et des nécessités (ne plus souffrir de compulsions, avoir de l'énergie tout au long de la journée, comment faire au petit-déjeuner quand on n'a pas faim...).

    Cette question, c'est :  "que puis-je manger en collation" ?

    Lire la suite