• Bouchées carottes & fêta #noglu #glutenfree #sansgluten

     

    bouchées carottes & fêta, catherine piette

    moule à madeleines détourné pour réaliser ces bouchées, collation ou finger food pour apéro !

    Quand vous avez une recette qui fonctionne, vous pouvez sans souci en faire des variations. Changer de moule, de type d'ingrédients (dans une certaine mesure, évidemment...)

    Par exemple:
    Changer de type de farine : maïs ou sarrasin au lieu de froment
    Changer de légume: chou fleur râpé au lieu de carottes
    Changer de fromage: emmental au lieu de fêta

    C'est ce que j'ai tenté avec 

    Lire la suite

  • Le défi du frigo #Foodforlife #Antigaspi #Organisation #Greenpeace

    Frigo 25 mai 15.jpg

    Scruter la denrée nourricière par 4° au dessus de zéro.
    Frigo un poil trop rempli pour un fonctionnement optimal et économique, il
    devrait être plus libre ce soir, car des provisions sont stockées en vue d'une fête :-)

    Manger en respectant la terre, pour respecter son corps.  
    A travers mes mails, blog, activités professionnelles, engagements bénévoles passés et présents ( Slow Food, Incroyables comestibles), vous le savez, c'est mon credo, celui en fonction duquel j'organise ma vie, c'est aussi ce qui nous rassemble, 

    Lire la suite

  • Conférence "S'organiser en cuisine pour respirer"

    • TROPICAL •• TASTE • (2).png

    Pour tout vous dire, je suis en train de faire un boulot passionnant: agrandir, ajuster, peaufiner, lisser, QUOI ? ... la prochaine formation "S'organiser en cuisine".
    La dernière enquête tous sujets de l'automne a confirmé cette ENORME

    Lire la suite

  • Cake marbré #simple #rapide #facile #bon

     

    mini marbrés, catherine piette, fait maison bon rapport qualité/prix

    Ma fille Clara est maintenant chef chez les guides. Et que reçoivent le guides, pour le goûter ? 

    Dans cet article (ici, clic), je vous partageais la manière dont je réfléchis quand je calcule  

    Lire la suite

  • Le match gratiné et les prix choquant des cakes marbrés #chocolat #bio #vs #industriel

    cake marbré Noirhomme

    Le bio c'est cher.

    C'est l'argument que j'entends le plus souvent quand on discute bio avec amis, clients ou participants aux cours, conférences ou débats que j'ai l'occasion d'animer (il y a aussi, "le bio j'y crois pas"). Je vous parlais ici (clic) de la manière dont j'envisage cet aspect des choses. Dans le prix du bio, je paye aussi la survie de l'environnement, la digne vie des agriculteurs, le fait de rester énergique et en santé.

    L'énergie, c'est une force,  l'argent, c'est l'une des 2 autres.

    Lire la suite

  • Spécial portefeuille: comment calculez-vous votre budget nourriture ?

    Avez-vous déjà calculé le montant total de vos courses alimentaires ?

    il suffit de garder ses tickets de caisse sur un mois dans une enveloppe, ce n'est pas compliqué, cependant n'oubliez rien.

    1- Courses au supermarché ou à l'épicerie
    2- Le pain (en général, en boulangerie)
    3- Le vin, la bière ou d'autres alcools (pas toujours au supermarché non plus).
    4- Les crasses, càd les friandises - de la machine au bout du couloir, de la station-service, du night shop, de la librairie, de la boulangerie (beaucoup de tentations...)
    5- La pizza commandée "exceptionnellement" 2 vendredis soir par mois
    6- Les sandwiches du midi (ou la cantine)
    7- Les restaurants, snacks, friteries ou autres fast food.

    Ouf. L'année dernière, j'ai fait ça. Et j'ai demandé - gentiment- à un autre ménage de la même taille que moi de le faire aussi (Notre fille était partie pour son année sabbatique). Nous avons gardé nos tickets de caisse et tout noté.

    Notre ménage fait les courses à 80/90 %

    - En bio ou à l'ancienne (épicerie, marché de producteurs, paniers hebdomadaire de légumes)

    et à 20% à 10% 

    - En grande surface (Ice tea équitable, fruits, viande bio démarquée pour vente rapide, chips non bio, tomates concassées bio, passata bio)

    Verdict ? Notre ménage s'en tire pour 15% MOINS CHER que nos amis testeurs, (uniquement en grande surface) alors que nous mangeons à 90% bio par rapport à l'autre ménage.
    La grosse différence: achat de morceaux de viande peu chers (le plus cher étant le poulet, quand nous mangeons du boeuf, il est haché et mélangé au porc), de vrac quand c'est possible, de paniers de légumes de saison- on ne choisit pas, et on reçoit ce qui est le plus abondant-, et surtout, peu d'alcool, peu de biscuits, peu de restaurants (je mange à la maison, le midi, et 9 x /10 mon chéri aussi).*

    Peut-être faites-vous différemment. Vous avez décidé à l'avance que 50€ par semaine doivent suffire (parce que plus... il n'y a pas.) Du coup, notre manière de faire est encore trop dispendieuse (Nous étions à un peu plus de 100€ par semaine).

    Pour couper dans le budget et tout de même manger bio,ou le plus naturel possible, comment ferais-je ? ( car je sais que ma santé et mon énergie en dépendent)

    1- Je mangerais un jour sur deux (500 kcal un jour, 2000 kcal l'autre jour) ; cela je le fais déjà, voir ici, clic.
    2- Je prendrais contact avec un Groupement d'Achat Collectif (permet d'avoir des aliments bio au prix de gros, en échange d'un peu de travail). Je l'ai fait pendant des années !
    3- Je prendrais contact avec Le Relais du Triporteur, qui a mis sur pied une épicerie bio, avec un tarif social et des baisses de prix pour les personnes qui peuvent donner de leur temps pour gérer le magasin.
    4- J'achèterais tout systématiquement en vrac (mathématiquement moins cher) là où c'est possible. (Farm, Relais du Triporteur, marchés, etc.)
    5-Je demanderais à pouvoir cultiver une parcelle de potager collectif.
    6- Je placerais des pots de plantes sur mon balcon, ma terrasse, ma cour, mon jardin, ma fosse d'arbre, bref... Partout.
    7- J'achèterais le plus possible en démarqué (les grandes surfaces démarquent notamment la viande bio la veille des congés, c'est parfois intéressant). Je congèle ensuite.
    8- J'achèterais de la viande en colis. A congeler aussi, bien sûr.*
    9- Je glanerais des plantes et des fruits sauvages : l'ail des ours, le lierre terrestre, les orties, les fleurs de sureau, les mûres, les châtaignes, les champignons, la bourrache, la consoude pour n'en citer que quelques uns.
    10- Je mangerais encore moins de viande, en la remplaçant uniquement par des légumineuses en vrac.

    Calculer le montant des courses et de la nourriture que l'on mange, ce n'est pas tout, évidemment.
    Ah non ? Voilà où je voulais en venir.

    Quand nous mangeons pas cher, nous mangeons subventionné (à hauteur de 260 milliards de dollars par an, selon Olivier De Schutter, expert du droit à l'alimentation, dans Le Soir de ce jeudi 30 avril*).
    L'agriculture est suventionnée par des aides européennes. Nous achetons des produits provenant d'usines agro-alimentaires installées en Belgique ou en Europe, qui payent très peu d'impôts dans ces pays (car les gouvernements préfèrent gâter les entreprises qui créent des emplois plutôt que de ponctionner des impôts pour ces mêmes entreprises), ce qui est une forme de subvention.
    Nous mangeons subventionné, car si nous tombons malades, (ce qui arrive, évidemment ) nos soins et nos médicaments sont remboursés (je parle de la médecine conventionnelle, bien sûr), et cela ne nous coûtera pas un sou de plus. Et la prévention par l'alimentation est balbutiante, en Belgique. Nous ne sommes aucunement encouragés à avoir une attitude pro-active par rapport à une alimentation de meilleure qualité.

    Quand nous mangeons des produits provenant de l'agriculture qui utilise des intrants chimiques, nous mangeons des aliments appauvris en nutriments (la terre n'en contient plus) et contaminés en produits chimiques (à des doses acceptables selon les scientifiques qui refusent malheureusement de calculer la dose "cocktail" - c à d la dose combinée et les effets entre eux de tous les produits chimiques, pesticides, fongicides, insecticides, perturbateurs hormonaux, antibiotiques, hormones, conservateurs, additifs, arômes, colorants, texturants, que nous avalons chaque jour et que nous forçons notre corps à traiter.)

    Quand nous mangeons des produits animaux provenant de bêtes maltraitées au delà du possible (place pour vivre, nourriture inadaptée, médicaments) en plus de résidus provenant de l'alimentation et des soins des animaux, nous mangeons aussi de la souffrance. Cela pousse beaucoup d'entre vous à devenir végétariens, mais sait-on suffisamment que les champs de soja (juste pour parler de cet aliment miraculeux pour l'industrie) participent à la déforestation (on n'entend que le mot forêt, là dedans, mais quand on détruit de la jungle on détruit l'habitat des animaux qui y vivent ET ces animaux !!!). Toute agricuture (même l'agroécologie, chère à de Schutter) est destructrice pour l'animal. Pourquoi les souris, les insectes et les vers de terre seraient moins considérés au niveau souffrance animale que les poulets, les veaux et les cochons ? (Pour les sensibles à la condition animale, et qui aiment la viande: mangez des bêtes qui ont eu une belle vie et une belle mort. Bénissez leur vie, et dites-leur merci!)

    Quand vous cherchez à manger low cost, vous obtenez une vie low cost. De l'énergie "low", une santé "low" et tout le reste, "low", "bas" "petit" et médiocre.

    CQFD.

     

    * L'expérience a été faite sur un mois à l'automne 2013, ce qui n'est pas "scientifiquement" représentatif des courses annuelles d'une famille. Cependant, c'est un indice intéressant.

    * Sortir de l'alimentaire low cost, entretien avec O.De Schutter par Bernard Padoan, Le Soir, 30 avril 2015.

    Et vous ? Qu'en dites-vous ? 

    Besoin de faire le point sur votre alimentation, de pouvoir faire facilement et rapidement de bons repas, sains, équilibrés, avec de vrais ingrédients ? Je vous coache pour 1- vous apprendre à savoir ce qui est bon pour vous 2- faire de bonnes courses à prix abordable 3- faire de bons repas (oui, même si la cuisine vous sort par les trous de nez. Il suffit juste de vouloir, après je vous aide !). Tout sur le coaching ICI, CLIC. 

     

     

  • Venez déguster des recettes tirées de "24 Petits-déjeuners" chez Tero !

    Tero-restaurant, Caroline Stevenart, Catherine Piette, 24recettespourchanger.com, petit-déjeuner

    Chez Tero, à Bierges.

    Un midi de la semaine dernière, j'ai vécu deux super expériences.
    Premièrement, j'ai mangé chez Tero, le restaurant dont Capucine, une ancienne très grande fan de "Trop Bon" me disait régulièrement

    Lire la suite