A grignoter - Page 2

  • Boulettes de lentilles corail, sauce au kéfir et à la menthe

     

    BoulettesLentillesRose.jpg

     

    Ces boulettes sont un must depuis très longtemps pour présenter une alternative végan lors d'un apéritif ou pour composer un mignon bento... Elles sont très faciles à manger, et avec deux boulettes, on a déjà la portion nécessaire pour un repas.

    Grâce à la propriété des lentilles corail, qui ont tendance à se "défaire" à la cuisson, nul besoin de rajouter un oeuf ou du fromage pour que celles-ci se tiennent bien. Il suffit de suivre les deux impératifs ci dessous:  la juste quantité d'eau, et la juste température pour travailler l'appareil.

    La sauce proposée ici est à base de kéfir. Son acidité et son côté yaourt liquide conviennent très bien pour compenser le côté épicé et pâteux des lentilles. Si vous cherchez une alternative végan, un sauce à base de tahin, d'herbes et de citron peut très bien convenir.

     

    Ingrédients (pour +/- 40 boulettes)

    550g de lentilles corail
    2càs épices moulues (coriandre, paprika, cumin, piment de cayenne)
    120gr de graines de sésame (optionnel)
    750ml d’eau froide
    2 cc de sel

     

    Comment faire :

    Faire cuire les lentilles corail, l’eau froide, et les épices, à feu doux,  pendant plus ou moins une heure, en remuant de temps en temps.
    Quand les lentilles sont cuites et orange clair (il peut en rester quelques unes  plus foncées), laisser refroidir un petit peu, de manière à pouvoir en faire des boulettes avec ses mains. Les saler à ce moment là !

     

    Former des boulettes de +/- 35 gr, les rouler dans les graines de sésames mises sur une assiette.

     

    Sauce yaourt ou kéfir
    2 yaourt de 125ml ou 250ml de kéfir
    Citron (si souhaité)
    Herbes (menthe, persil, etc.)
    Ail (si souhaité)
    Sel
    Poivre


    POUR DÉCOUVRIR
    Les PROCHAINS ATELIERS CULINAIRES de "BASES de la CUISINE Santé Nature "

    Et tous les ATELIERS CULINAIRES que je VOUS propose,

    cliquez sur cette bannière ! 

  • pique-nique#2 sauce gribiche à ma façon

    Pique-nique#2.jpg

    Connaissez vous à Bruxelles le Val du bois des béguines ? Ce lieu idyllique et peu fréquenté se trouve dans une commune où l'on ne se dirige peut-être pas d'office quand on veut un coin de nature; mais les hauteurs de Neder, avec la proximité de la Ferme Nos Pilifs, nous attirent souvent, et pas que pour les plantes en vente à la jardinerie (il y a aussi une boutique bio, un estaminet avec du sable et des jeux pour les enfants, des animaux et une promenade tout autour de la ferme).

    Au menu cette fois, une baguette du Pain Quotidien, une féta bio, de la tomme de brebis de la bergerie de Lisbelle,le vin blanc le Petit Roubié que nous servons au restau, découvert grâce à Vincent de Vino Mundo et  des asperges cuites à la vapeur, des radis et une petite sauce gribiche. C'est une mayonnaise montée aux oeufs durs, la recette de la "vraie" sauce est ici chez Laurent de l'Epicurien.


    Pour ma part, c'est quelque chose de très simple, vite réalisé, avec des herbes que l'on a sous la main, dans une jardinière posée sur l'appui de fenêtre ou sur la terrasse, et des oeufs, tous ingrédients de base d'un bon frigo!

    Ingrédients

    Oeuf (compter un oeuf par personne)
    Huile d'olive
    Sel marin
    Poivre
    Persil ou autres herbes (ciboulette, coriandre, aneth)

    Comment faire

    Cuire les oeufs jusqu'à ce qu'il soient durs (7'); les refroidir et les écaler. Oter la fine peau blanche. Ecraser les oeufs à la fourchette, en ajoutant peu à peu l'huile, il faut que cela forme une pâte jaune et que cela s'émulsionne, mais ça ne monte pas autant qu'une mayo! Assaisonner ensuite et ajouter les herbes hachées.

    Je réserve tout cela dans un joli bocal que je mets dans mon super panier à pique nique isotherme (en photo prochainement). Ce sac participe beaucoup du plaisir que j'ai à me mettre en route dès que possible!



  • Pique-nique #1 Carottaise au cumin et huile d'olive

    pique-nique1.jpg

    Cette année sera celle des piques-niques, ai-je décidé. Avril m'a bien servie, avec ces températures estivales. Nous en avons bien profité. A Bruxelles, ville verte par excellence, les parcs sont nombreux, variés, accessibles et différents. Nous aimons particulièrement l'abbaye du Rouge-Cloître, dans la forêt de Soignes, qui jouxte Auderghem, une commune de Bruxelles. Lors de ce pique nique, j'ai ramené une terrine poireaux/chèvre frais/piment d'espelette, (une recette de l'Epicurien) faite au restaurant cette semaine-là, et vous la voyez, là, cachée derrière les olives (ramenées, comme la charcuterie, du marché de Boitsfort, cher mais sympa comme ambiance) une "carrottaise au cumin et huile d'olive" qui fait une très bonne tartinade pour ce genre de pique-nique, où nous aimons faire nos sandwiches avec une bonne baguette (comme celle du Pain Quotidien )

    Cette carottaise (ainsi nommée d'après les célèbres légumaises de Franck Fol) est une purée de carottes, toujours cuites à la vapeur (et non pelées, mais bien sûr, lavées avec soin), assaisonnée de sel, poivre, cumin en grain et huile d'olive première pression à froid. Une fois les carottes cuites, ajoutez les épices, le sel et mixez au mixer plongeur (le truc avec lequel vous mixez votre soupe...SI vous n'en n'avez qu'un, c'est cet ustensile de cuisine que vous devez avoir en premier... le deuxième étant une mandoline, mais bon je m'égare, là). Quand les carottes deviennent purée, ajoutez l'huile et bien émulsionner, bien mixer tout en ajoutant l'huile. La purée va devenir orange un peu plus clair. On goûte au fur ou à mesure, dès que c'est au vôtre (de goût), on arrête tout.

    Bon, voilà, simple non ? Et ça fait son effet.

    Variante: crème de coco (et non pas huile), plus curry (et non pas cumin).

     


     

  • Caviar d'aubergines, recette au Jazz Max

    caviar d'aubergines

    Encore une recette ultra rapide au Jazz Max. Celui-ci mérite bien son surnom de "fast food de cuisine nature"... Bon, cela dit, ce n'est pas une recette crue, comme à l'habitude, car l'aubergine ne se mange que cuite. Mais l'huile d'olive et l'ail qui relève le goût de cette purée sont crus.

    Ingrédients

    1 aubergine

    1 ou 2 gousses d'ail selon goût

    2 ou 3 cas d'huile d'olive vierge première pression à froid


    Comment faire

    Faites cuire au four une aubergine entière, ou coupée en deux, les 2 faces contre le plat; Vous pouvez profiter de la cuisson d'un autre plat pour faire cuire votre aubergine en même temps; ou alors la cuire à la vapeur au dessus de pommes de terre en train de cuire.

    Quand elle est bien cuite, la peau se détache facilement, mais la chair reste attachée en filaments.

    Otez la peau de(s) (la) gousse(s) d'ail.

    Passez la/les gousse(s) d'ail + la chair de l'aubergine au cône broyeur du jazz max.

    Mélangez la purée obtenue avec de l'huile d'olive, du sel et un peu de poivre.

    La purée prise en photo a été obtenue avec une aubergine dont j'ai gardé la peau. C'est comme vous voulez (une aubergine bio...vous pouvez garder la peau).

    Si vous ne voyez pas comment l'utiliser en dehors des bruschetta ou canapés estivals, essayez ceci:

    Omelette au caviar d'aubergine (oufs + purée d'aubergines)

    Tarte aux courgette et caviar d'aubergine (tartiner la pâte de purée d'aubergines avant d'y placer les rondelles de courgettes et de les recouvrir d'oeuf battu au romarin)

    Une bonne raison d'en faire beaucoup à la fois!





  • Apéro maison ginger wine

    apéro Gingembre

    Les beaux jours revenus m'ont immédiatement donné envie de cet apéro maison qui surprendra vos invités!

     D'où vient cette idée  ? Je ne sais plus, mais elle fut certainement inspirée par une de mes lectures (car oui, je lis des livres de cuisine dans mon lit comme autant de romans gourmands et instructifs), et je me suis mise à gamberger sur des mélanges d'eau pétillante, de jus de gingembre frais et de vin blanc. J'ai tenté également le mélange avec des "ginger beer" bio, mais cette fois je me suis lancée dans le home made total avec ce résultat, frais et tonique, aphrodisiaque si l'on en croit la réputation du gingembre et bourrée d'antioxydants, ce qui nous garantit une boisson santé!

    En tous les cas, une recette de plus à faire avec votre extracteur, si vous en avez un.

    J'en profite pour dire que le bel Oscar a été débaptisé, et il faudra que je m'habitue à dire " Jazz Max" car il a non seulement un  nouveau prénom mais aussi un nom, maintenant. Je dis m'habituer, car le mien s'appellera Oscar pour la vie, mais comme j'en fais la démonstration (assortie de dégustations!) régulièrement... et que je vends les appareils, plus question de parler d'Oscar.

    Ingrédients

    +/- 50 cl de vin blanc (Ici, un vin blanc bio du Delhaize)

    +/- 15 cl d'eau pétillante

    2 càs de sirop d'agave

    30g de racine fraîche de gingembre.

    Comment faire

    Passer le gingembre à l'extracteur, ce qui va donner quelques cc de jus.

    Dans la bouteille, verser le vin blanc, le sirop d'agave et le jus de gingembre.

    Bien secouer. Mettre au frais. Rajouter l'eau pétillante à la dernière minute, avant de servir, sur des glaçons, éventuellement.

    A déguster, sur sa terrasse ou dans son jardin!


     

  • Trio de tapenades bien tapées

    Triotapenade
     
    A les regarder, ces tapenades semblent toutes les mêmes, non ?
     

     

    Voici donc un test, (en hommage à Caroline et ses culino-tests ) non pas de différentes tapenades suivant différentes recettes, ni de différentes tapenades du commerce, mais bien un test d’une même tapenade faite avec plusieurs robots… 

     

    Qu'est ce que ça donne au niveau du goût, et au niveau de la texture ? Aiguisez vos papilles !

     

    La recette est ici (NB : j’ai oublié le thym frais ! du coup je n’en n’ai mis dans aucune des trois préparations)

     

    Ingrédients tapenade

     

    Les ingrédients sur la piste de départ !

     

     

     

     

    Les robots:

     

    Un mixeur (le mien est de la marque Bamix, mais n'importe lequel fera l'affaire).

    Un mini-hachoir comme celui-ci (il s'adapte sur le mixeur).

    Un Oscar .

     

    Le résultat:

     

    Tout de suite après la préparation, 

    • très nettement, au niveau de la texture, l’Oscar est gagnant, le tout est lisse, véritablement  et intimement mélangé. Au niveau du goût, aucune saveur n’étouffe l’autre… Cela paraît un peu salé, peut-être ? non, finalement!
    • Avec le mini-hachoir, la texture est nettement moins fine, mais au niveau du goût, ça se discute, évidemment : de temps en temps un mini morceau de câpre, ou d’anchois vient corser l’affaire, mais faut vraiment bien « déguster » pour que cela se goûte.

     

    48h après, je sors les 2 pots du frigo 2 heures avant la dégustation.

     

    • Je passe au mixeur la moitié de la tapenade obtenue au mini-hachoir (celle avec des vrais morceaux d’olives dedans). Maintenant, j’obtiens une purée très noire, très lisse (mais pas plus qu’à l’Oscar).

    Sur un morceau de baguette, nous dégustons les 3 (mais pas à l’aveugle…le premier cobaye qui passe y goûtera avec un bandeau sur les yeux, il en reste dans le frigo !).

     

    Gagnant : la tapenade à l'Oscar, plus aromatique! Presque aussi bien : le mini-hachoir, un goût délicieux, mais une texture moins « smooth ».

    Bon dernier : le mélange que je viens de faire au mixeur, trop salé, presque métallique de goût… Mais évidemment, c'est une question de goût, donc personnelle!

     

    Prix :

    Tous ces ingrédients sont chers, encore plus en bio, ou du moins en qualité artisanale et « de pays ». Je me réjouis de pouvoir refaire cette tapenade avec des olives de Provence, du thon blanc germon de la Belle-Iloise, des câpres de  Sicile (Jean-Louis, quand y repars-tu ?), des anchois buena Tierra; cependant, on disait que je n’avais pas encore gagné au loto et donc, que j’étais allée au supermarché du coin qui commence par un D (comme dans LION).

     

    Pour 600g de tapenade  comptez 10€20 au prix du supermarché.

     

    Alors, si vous avez un méga apéro, n’hésitez pas. Jouez du mini-hachoir (ou de l’Oscar) et préparez votre tapenade, 48h à l’avance (elle sera meilleure) et épatez vos invités avec une baguette et un verre de vin… et un pot de tapenade home made.

     

    Et si vous en avez marre de manger de la tapenade sur un morceau de baguette avec un verre de vin, vous pouvez en faire un cake marbré tapenade-tomate présenté ici par Anaïk !

     

  • Galettes aux graines germées

    Galettes esséniennes

    Galettes* dans ma vieille boîte de la section anversoise des patrons pâtissiers de Belgique...

     

    Avec Oscar  (oui, je sais je vous en rebats les oreilles, mais je l'utilise tous les jours, c'est difficile de ne pas parler de lui régulièrement...) il y a aussi moyen de broyer finement des graines germées- en fait, dans ce cas, trempées au moins une nuit, ce qui débarasse les céréales de l'acide phytique, un composé organique présent dans les fibres des céréales, et qui "vole" vos minéraux, et qui lance le processus de germination- (épeautre, sarrasin) jusqu'à l'obtention d'une pâte, qui , mélangée à du shoyu, de l'huile, du sel et des herbes, des graines de sésame, vous permettra d'obtenir ces galettes, absolument délicieuses.

     

    Pas d'Oscar ? Passez  chez Mercotte, qui propose le même genre de recette à faire avec un moulin à café. Vous pouvez aussi essayer avec votre robot, cela donnera une autre texture plus grossière, mais avec un effet croquant à la sortie du four qui vous ravira (presque) pareil!

     

    Ingrédients (pour beaucoup de galettes! mais ma petite famille en raffole):

    600g d'épeautre complet bio

    400g de graines de sarrasin

    6 c.a.s d'huile de tournesol

    Shoyu, ou du sel.

    Graines de sésame

     

    Comment faire:

    Faire tremper, séparément, durant une nuit, l'épeautre et le sarrasin, séparément. Les égoutter ensuite, et les rincer, puis le faire germer, au minimum une demi-journée. Les re-rincer avant de les moudre, à l'Oscar ou un autre moulin.

    Mélanger à la pâte l'huile, le shoyu (goûter, rectifier, si nécessaire: le shoyu remplace le sel...).

    Vous obtenez une pâte collante, dont vous prenez un pâton, à placer entre deux feuilles de silicones afin de l'aplatir le plus finement possible.

    Pour ma part, je cuis ces galettes à 180°, 20' .

    Mais si vous avez un four qui démarre à 65° (et du temps) vous pouvez les y sécher durant 3 ou 4h. L'ennui, c'est que j'aime en faire beaucoup, et que mon four n'est pas assez grand pour tout faire à ces basses températures.

    Je n'arrive pas non plus à leur donner une forme très sage ou carrée, elle sont toujours biscornues...

     

    A déguster avec hoummous, tartinades de lentilles, pamesan ou tout ce que vous voudrez!

     

    * C'est Taty qui m'a fait découvrir cette recette, qu'elle appelle "Biscotte essénienne" dans son livre "Germes de gourmands" 8,50€ dans toutes les bonnes maisons!