Bases de la cuisine santé - Page 2

  • Se protéger du burn out : 10 super pouvoirs du beurre cru

    beurre cru,anti-cancer,anti fatigue,burn out,fatigue chronique,fatigue,bienfaits du beurre,manger du beurre cru,beurre de baratte,beurre cru et bio,beurre bio

    Ce beurre est produit par la ferme DischHof à Keiem

     

    Depuis 8 ans, j’ai redécouvert le beurre cru… alors que j’avais fait une croix dessus depuis 20 ans ! (J’ai passé tout ce temps à tartiner mon pain avec de la margarine, quel dommage…pour ma santé et mes artères ! tout cela à cause du mythe du « mauvais » cholestérol entretenu par l’industrie pharmaceutique, mais bon, ce n'est pas le sujet de ce billet.)

     

    Car après avoir observé chez plusieurs de mes coachées des bénéfices flagrants en termes d’amélioration de leur santé (notamment dans le cas d’une maladie auto-immune de la thyroïde, et dans un cas de burn out complet, -ou fatigue chronique-,  doublé d’un problème de fertilité) lorsque celles-ci se sont mises à manger du beurre cru (à raison de minimum 40gr par jour) je promotionne  largement ce produit vivant, ancestral et délicieux auprès des personnes qui suivent mes cours de cuisine  et mes coachings santé. Ce véritable médicament convient à tous les profils nutritionnels, et peut aider toute personne cherchant à améliorer sa santé.

    Pourquoi cette graisse saturée est-elle si bonne pour nous ?

    Voici 10 raisons de rajouter du beurre dans ses épinards, pour lutter contre l’épuisement progressif de nos organes, ce qui mène invariablement au burn out et à la fatigue chronique.

     

    1.     C’est une excellente source de vitamine A, facilement absorbée par notre corps. La vitamine A est nécessaire à la bonne santé de la thyroïde  et des surrénales, qui toutes jouent un rôle actif dans le fonctionnement optimal du cœur et du système cardio-vasculaire.  Des surrénales épuisées (par le stress et une alimentation carencée) sont toujours à l’origine du burn out.

     

    2.     Outre ce soutien, la vitamine A est essentielle pour maintenir un système immunitaire sain, comme tous les acides gras à courte ou moyenne chaîne, donc, saturés.  Cela nous aide à ne pas « choper » tous les virus qui trainent.

     

    3.     Le beurre est une source d’énergieet ne craignez rien pour vos bourrelets, les acides gras à chaine courte ou moyenne ne sont pas stockés dans les tissus adipeux ! Les tissus gras chez l’humain sont composés en majorité d’acides gras à longue  chaine, qui proviennent de l’huile d’olive, des  huiles polyinsaturées et des glucides en excès transformés en triglycérides par notre foie (pour être stockés).De l'énergie facile à assimiler, alors que nos organes épuisés n'arrivent pas à tirer parti des vitamines recommandées par notre gentille pharmacienne pour venir à bout de notre burn out!

     

    4.     Le beurre, riche en nutriments, procure un sentiment de satiété. Sous prétexte de course à la minceur, on s’en prive, et du coup, nous sommes obligés de trouver notre énergie dans de trop nombreux glucides. Quitte à manger trop et carencé, et à souffrir de fatigue chronique et de compulsions alimentaires !

     

    5.     Les glycospingolipides du beurre protègent contre les infections gastro-intestinales des jeunes enfants et des personnes âgées. Ses acides gras à courte ou moyenne chaine ont des propriétés antifongiques puissantes, idéales pour lutter contre le déséquilibre de la flore intestinale (comme la candidose). Un intestin abimé est à la source de réactions allergiques, auto-immunes et de brouillard mental.

     

    6.     C’est aussi une source de lécithine, qui aide à l’assimilation et au métabolisme du cholestérol. Le cholestérol n’est pas cet affreux boucheur d’artères décrit dans la publicité pour margarines, mais un merveilleux anti-oxydant qui est libéré dans le corps quand nous ingérons trop de radicaux libres … provenant de graisses rances, et surcuites. Par ailleurs le cholestérol joue un rôle important dans le développement du cerveau et du système nerveux, et nous aide à résister au burn out.

     

    7.     Le facteur Wulzen, découvert par un chercheur du même nom, contenu dans le beurre protège nos articulations contre la calcification (arthrite dégénérative).

     

    8.     La vitamine D contenue dans le beurre est essentielle pour que le calcium soit bien absorbé (une raison pour ne jamais manger des produits laitiers écrémés !) Nous ne connaitrons pas les affres de l’ostéoporose qui affecte de plus en plus de femmes même dans la jeune quarantaine !

     

    9.      Le beurre est une bonne source d’iode, sous une forme hautement assimilable, et contribue (avec la vitamine A citée plus haut) à la bonne santé de la thyroïde, et donc à la régulation de tout le système hormonal, et donc, au soutien de nos précieuses surrénales, qui nous aident à lutter contre burn out et  fatigue chronique.

     

    10. Il y a plus de sélénium (anti-oxydant vital) dans le beurre que dans le germe de blé ! Ajouté à la vitamine E et le cholestérol (deux autres anti-oxydants), l’acide linoléique ET toujours ces fameux acides gras à courte et moyenne chaine, nous avons là des propriétés anti-cancer avérées…

     

    11.Bonus : c’est une graisse locale, de notre terroir, au faible  bilan carbone. Les vaches laitières valorisent des prairies qu’on ne pourrait pas cultiver. Issues de races rustiques (comme la fameuse jersiaise, par exemple), elles nécessitent peu d’interventions médicales ou médicamenteuses. Si tout le monde en Belgique achetait le beurre cru, la crème et le lait de qualité «  à l’ancienne » des fermiers qui en produisent, à un  prix juste, ceux-ci vivraient correctement de leur travail !

     

    Alors,  je mange quel beurre, exactement ? 

    Du beurre cru, du beurre de ferme, du beurre de baratte, du beurre pasteurisé, du beurre frigo tartinable ou du beurre allégé ?

    Comme écrit plus haut, seul le beurre cru de ferme baratté, bio si possible, ou du moins provenant de bêtes nourries au pré et soignées sans médicaments allopathes vous donnera ses bienfaits. La crème du lait cru est produite chaque jour et réservée dans un récipient réfrigéré. Les ferments (naturels, contenus dans la crème) commencent déjà à faire murir la crème. Après sept jours de récolte de crème, celle-ci est barattée - fouettée puis travaillée, de façon à éliminer tout le lait ribot (ou battu) - et salée, selon les cas.

    En Belgique, le beurre au lait cru est vendu en "pains", avec une petite vache en ronde bosse (ou non) moulée sur le dessus. On emballe le beurre (500g ou 250g) dans un papier sulfurisé avec le nom de la ferme, l'adresse et le nom des fermiers, et la mention "Au lait cru".
    Vous en trouverez dans les magasins bio, les marchés (échoppes bio ou non), les crèmeries, les magasins à la ferme. Mais jamais dans les supermarchés.

    Le beurre de ferme provenant de vaches nourries à l'herbe n'a jamais un goût fort, et ne sent pas non plus "l'étable". Si l'odeur du beurre est mauvaise (idem le goût), c'est qu'il s'agit de beurre produit avec le lait de vaches nourries avec de la nourriture que l'on a mise dans un silo (par exemple du maïs). Les vaches ne mangent pas de céréales, et cette nourriture, fermentée, n'est pas appropriée, et donne ce goût affreux au beurre ! Cela n'arrive jamais avec un beurre frais bio. Si vous avez peur de vous tromper, retenez cela. Mais bio ET cru !


    En burn out ? Vous êtes chroniquement fatiguée ? Vous êtes diagnostiqué(e) fibromyalgique ?
    Prenez en main votre santé en faisant appel à mon coaching santé personnalisé !

     

    Sources :

    http://aliprovia.fr/tout-savoir/linsuffisance-surrenalienne-la-fatigue-chronique-le-burn-out-et-cie/

     

    http://cuisine-et-decouvertes.over-blog.com/article-34891494.html

     

    http://www.taty.be/doc/weston_butter.pdf

     

    http://summertomato.com/how-butter-and-real-food-saved-my-health/

     

     Comment faire son beurre maison:

    http://www.chefnini.com/beurre-maison/

     

    EDIT 26/07 : 

    Suite à une question de J. concernant l'information sur les paquets de beurre à propos de l'alimentation des vaches.

    Le cahier des charges bio en ce qui concerne les vaches laitières inclut la sortie des vaches au pré à la bonne saison, et en tout cas leur nourriture provient de l'exploitation. Voici un extrait du RÈGLEMENT (CE) No 834/2007 DU CONSEIL

    du 28 juin 2007 relatif à la production biologique et à l'étiquetage des produits

    biologiques et abrogeant le règlement (CEE) no 2092/91 : Pour éviter toute pollution de l'environnement, en particulier des ressources naturelles telles que le sol et l'eau, la production animale biologique devrait en principe assurer un lien étroit entre l'élevage et les terres agricoles, la pratique de rotations pluriannuelles appropriées et l'alimentation des animaux par des produits végétaux issus de l'agriculture biologique obtenus sur l'exploitation. (http://www.certisys.eu/doc/RX2016fr.pdf)

    Ce n'est donc pas marqué sur l'emballage en toutes lettres mais inclus dans le label BIO.

    Vous trouverez des beurres bio des fermes GRODENT, JAMBJOULLE et DISCHOF (pour les belges) dans les épiceries bio et autres revendeurs bio (comme Jacques Defrenne sur les marchés bruxellois)

    Des beurres non bio valables (vaches peu médicamentées, nourries au pré et au foin de l'exploitation) sont à trouver chez Coprosain (divers marchés dans Bruxelles).

    Beurre de lait cru non bio (mais je ne connais pas la nourriture des vaches)= L&L Plaquette chez Cora.

     

     

  • Comment combattre la fatigue ? Venir à bout du burn out ?

    lutter contre la fatigue,aliments anti-fatigue,jazz max,jus de fruits,jus de légumes

    jus frais de légumes sont une excellente stratégie anti-fatigue, anti burn out, anti kilos !

    Personnellement, ( et pourtant, je suis du matin!) j'ai souvent eu l'impression qu'il faudrait un treuil pour me sortir du lit au moment où le réveil sonne! Comment combattre la fatigue et ne pas tomber dans le burn out, dans le grand stress de nos vies modernes ? 

    Plusieurs stratégies pour lutter contre cette grande fatigue de fond sont possibles à mettre en place, j'en ai essayé plusieurs... Une des plus efficaces et durables dans le temps est la cure anti-fatigue de Taty.

    Je l'ai testée pour la première fois au printemps 2005, sur moi-même, après avoir vu la photo de Taty  "avant après" sur son site .Je  n'ai pas fait de photos de moi, à ce moment là, mais à partir de cette semaine là, c'est sûr, mon regard sur l'alimentation anti-fatigue et les aliments à éviter et ceux qui nous ressourcent a changé, définitivement.

    J'ai appris que le sucre, le café, le chocolat, l'alcool, les farineux et les fromages en excès fatiguent notre organisme. En effet, foie, intestins, reins, passent beaucoup de temps (et demandent beaucoup de nutriments) rien que pour éliminer, traiter ces aliments nocifs (en grande quantité, et sur le long terme). La fatigue s'installe, le burn out guette...

    De plus, on a perdu l'habitude de manger des aliments crus ou quasi crus (je ne compte pas la feuille de salade avec le sandwich de midi).

    J'ai donc, pendant cette cure (et toutes les autres qui ont suivi) réintroduit le cru ou presque cru (via des jus de légumes frais comme celui dont je vous donne la recette plus bas, des smoothie verts, des légumes vapeurs assaisonnés d'huiles crues ou de beurre de ferme cru) en grande quantité, pendant une période qui va de 5 à 15 jours (c'est une cure, donc un régime à durée limitée). 

    Résultats ? Après 3 jours, le corps revit. On se sent plus optimiste, le cerveau moins embrumé, plus clair, difficile à décrire, mais réel (j'ai ressenti ces effets sur moi-même, et depuis lors, vérifié ces paramètres avec quantité de personnes que j'ai accompagnées!). Le désir de sucre s'estompe (ces cures ont été le début de ma déshabituation au sucre). Le sommeil est meilleur... On se réveille plus facilement le matin, la peau devient plus lumineuse, le visage s'ouvre, le ventre dégonfle, les intestins se remettent en route.

    Jus de carotte, fenouil, citron, gingembre (recette détox!)

    Ingrédients (pour 1 verre)

    2 carottes
    1/2 fenouil
    1/2 citron
    1 morceau de gingembre

    Comment faire 

    J'utilise un extracteur de jus Jazz Max, mais votre centrifugeuse fera l'affaire! Lavez les légumes (bio) et coupez le bout des carottes (trop amer). Je pèle les citrons "à vif" pour l'extracteur, et coupe les fenouils à bonne dimension. Je ne pèle pas le gingembre, il est juste lavé comme les autres légumes.

    Pas de machine à jus ? Investissez alors dans de tout bons jus bio (comme Pajottendander, par exemple) pour votre cure détox maison! 
     

    Prêt(s) pour cette stratégie là ? Venez rejoindre mon atelier "Cure anti-fatigue". Grille de menus, liste des courses, recettes, compléments alimentaires pour aider au nettoyage et astuces pour accompagner votre cure anti-fatigue!

    Et si vous êtes en burn out, je vous indiquerai quelles stratégies additionnelles utiliser pour une efficacité maximale.

    Cliquez ici pour voir les détails de cet atelier

    Envie d'un coaching personnalisé ? Pour commencer quand vous le voulez.

    Plus de renseignements sur ce régime anti-fatigue et anti-stress ? cliquez ici.

  • Astuces gain de temps pour repas rapides et sain (3)

    Cuitvapeur.jpg

    Quand j'ai pris la décision de me cuisiner toujours (et pour la famille aussi, du coup) des repas sains à base d'ingrédients les plus locaux, sains et naturels possible (jusqu'à choisir la plupart de mes ingrédients en bio) j'ai donc forcément mis un focus important dans ma vie sur l'alimentation.

    Cependant, j'ai plein d'autres passions !  J'ai donc cherché la manière d'augmenter ma capacité à « produire » des bases de repas sains !

    J’ai donc choisi de faire faire plusieurs choses à la fois, à mon cuit-vapeur, à mon four et à ma cuisinière (lesquels, ça tombent bien, sont tous réunis dans la même pièce). Et ça marche, voyez plutôt.

     

     Aujourd’hui :  des légumes  vapeur toujours prêts !

     

    Tant qu’à être en cuisine, je mets à profit ma présence !  Avant de me mettre à préparer cette fameuse salade, ou de couper des oignons, de ranger le frigo, de dégager les plans de travail, je nettoie et pare des légumes que je jette dans le cuit vapeur (il y a deux étages, j’en profite !)  En 20’, voire 30’ pour certains, la cuisson est terminée, bien souvent, avant que je n’aie quitté la cuisine (nous y mangeons aussi).


    Quand les légumes (ou pommes de terre) sont cuits, je les laisse refroidir avant de les ranger dans le frigo. Ils serviront de base à une soupe, une purée de légumes, une cocotte de viande, ou seront simplement servis natures, au repas suivant.


    Dans le même esprit, je prépare en 5’ un bouillon maison à l’ancienne, qui mettra plusieurs heures à frémir et ne requiert pas ma présence dans la cuisine, mais par précaution, je prévois toujours de rester dans la maison ; ou je mets au four à basse t° le morceau de rôti prévu pour cette semaine.

     

    Cette astuce fait tilt chez vous ? Vous avez envie de connaître d’autres astuces, recettes « deux-en-une », tuyaux d’organisation pour les courses, le frigo, le placard ? Manger bon et sain, tout en gagnant du temps et de l’argent ? Mon cycle d’ateliers « Bases de la cuisine nature » est fait pour vous !

     

    POUR DÉCOUVRIR
    Les PROCHAINS ATELIERS CULINAIRES de "BASES de la CUISINE Santé Nature "

    Et tous les ATELIERS CULINAIRES que je VOUS propose,
    cliquez sur cette bannière !

     

     

     

  • Astuces gain de temps pour repas rapides et sains

     

    Préparer un repas sain et savoureux en 20’, c’est possible ! Comme toute mère surchargée et employée survoltée, j’ai vécu la panique du soir, quand pointent les voix affamées de la famille…  Certes, j’adore cuisiner, mais en semaine, c’est toujours rock’n roll pour tout caser entre le retour à la maison et le coucher, que l(es) enfant(s) soient encore petits, ou déjà partis !

     

    J’ai alors demandé aux autres parents férus de cuisine (ou non) comment « eux » faisaient, lu des blogs d’autres mères soucieuses de cuisiner frais et sain chaque soir, ensuite, imité, rationnalisé et essayé pour moi-même d’abord ! J’ai acquis un certain nombre d’automatismes dont je me rends compte qu’ils me font vraiment gagner du temps.

     

    Aujourd’hui: une belle salade, chaque jour, prête en un tournemain !

     

    Belle salade conservée.jpg

     

    Quand je réceptionne ma salade, d’une extrême fraicheur (pardi, en circuit court, les distances entre le champ et votre assiette sont très réduites), je la lave directement. Dans un bac d’eau fraiche (ne pas faire couler l’eau du robinet à toute puissance sur les feuilles, cela les abîme). Je regarde bien les côtes, quitte à relaver deux fois. Ensuite j’essore, et la garde dans un grand bac plastique tapissé d’un essuie propre, que je referme sur la salade, sans mettre de couvercle. La salade, de cette façon reste belle jusqu’à 6 jours, et je pioche dedans au fur et à mesure des repas pour une salade minute.

     

     

     

    Cette astuce fait tilt chez vous ? Vous avez envie de connaître d’autres astuces, recettes « deux-en-une », tuyaux d’organisation pour les courses, le frigo, le placard ? Manger bon et sain, tout en gagnant du temps et de l’argent ? Mon cycle d’ateliers « Bases de la cuisine nature » est fait pour vous !

    Envie d'en savoir plus sur mon parcours ? C'est ici.


    POUR DÉCOUVRIR
    Les PROCHAINS ATELIERS CULINAIRES de "BASES de la CUISINE Santé Nature "

    Et tous les ATELIERS CULINAIRES que je VOUS propose,
    cliquez sur cette bannière !


    Et vous, quelle est votre meilleure astuce gain de temps ? N'hésitez pas à partager !



     

     

     

  • Mayonnaise inratable: la recette d'Estérelle Payany

    Paléo, Paleo, inratable, mayonnaise, bio, sauce maison

    Bon. Ce n'est pas #jeudiconfessions, mais j'avoue: je suis  nulle en mayonnaise. C'est à dire, que oui, parfois, je la réussis. Mais très souvent, je la rate. Elle ne "prend" pas. Et je me retrouve avec un énorme pot de dressing liquide pour salade, alors que je voulais de la mayo.

    Rien n'y a fait: ni les recettes de chef, ni les recettes de l'école hôtelière, ni avoir tous ses ingrédients à la même température, ni les peser, ni même tout mettre dans le bol haut du mixer et obtenir une merveilleuse mayonnaise, ferme et assaisonée à la perfection.

    Mais l'autre jour, en feuilletant le super bouquin de Estérelle Payani (La petit épicerie du fait maison, une mine!) je tombe sur cette perle: Mayonnaise inratable.

    Ah oui ? Et bien je suis la testeuse idéale. Celle qui rate toujours sa mayo (j'ai été chef d'un restau, c'est la honte, quand même);-)

    Vous devinez ? ça marche. Essayez, vous verrez.

    Pour 1 bol

    2 oeufs bio frais

    20cl d'huile de votre choix (personnellement, j'utilise un mélange l'huile de tournesol désodorisée bio de Emile Noël, que je mélange avec  le mélange quatuor de Vajra (Colza, sésame, olive, pépins de courge).

    1 cuillère à café de moutarde

    1/4 de cuillère à café de sel

    Poivre du moulin

    Quelques gouttes de vinaigre ou de jus de citron

     

    Comment faire

     

    Faire cuire 1 oeuf dans de l'eau bouillante salée pendant 8'

    L'écaler sous l'eau froide, et prélevez le jaune.

    Ecrasez le dans un bol, avec une fourchette, et laissez refroidir pendant 5'

    Dans le bol haut du mixer, je mets le jaune d'oeuf écrasé, le jaune cru, la moutarde, le sel et les 2 gouttes de citron ou de vinaigre.

    Je mixe le tout avec le mixer.

    Ensuite, je verse l'huile petit à petit tout en fouettant la mayonnaise.

    Elle prend et monte rapidement.

    Après, goûtez la et rectifiez l'assaisonnement.

     

    Attention, la mayonnaise maison est un produit fragile. Conservez au froid (2/3 jours max), et ne sortez que la quantité nécessaire au repas.


    POUR DÉCOUVRIR
    Les PROCHAINS ATELIERS CULINAIRES de "BASES de la CUISINE Santé Nature "

    Et tous les ATELIERS CULINAIRES que je VOUS propose,
    cliquez sur cette bannière !

  • Petit salé aux lentilles sur le mode santé !

    Petit salé lentilles germées.jpg

    Les plats traditionnels sont généralement vus par un seul bout de la lorgnette : ils sont lourds, gras et font (éventuellement) péter, alors que nos ancêtres ont généralement tout bon!

    Leurs plats étaient riches en légumes (ce qui était ébondant et bon marché), en acides gras essentiels (graisses saturées ou insaturées de première qualité, saindoux, beurre ou huile d'olive), et nourrissants (légumineuses, féculents), suffisamment riches en protéines animales (50g par personne, voire 20g suffisent par jour, mais ces protéines là, comme les autres doivent être de toute première qualité, cad provenant d'animaux nourris à l'ancienne et courant dans les pâtures).

    Donc, un petit salé aux lentilles germées, (très digestes, et alcalinisantes) mouillé au bouillon de poulet, c'est un plat santé, complet si vous lui adjoignez des pommes de terre (ou une céréale complète) et suffisamment réconfortant pour affronter le chagement d'heure et les frimas de novembre!

     

    Ingrédients (pour 4)
    2 poireaux
    3 carottes
    200 g à 300g  de petit salé (ou de lard fumé )
    200g de lentilles germées (ou non)
    400g de pommes de terre (+/- 1 moyenne par personne, plus si vous aimez beaucoup les pommes de terre !)
    1 càs d’huile d’olive ou de graisse de palme.
    500ml de bouillon (poulet, légumes…)


    Comment faire

    Couper les bouts des poireaux (radicelles, vert trop dur : vous pouvez garder une partie importante du vert). Couper le poireau en deux dans sa longueur et bien nettoyer à l’eau courante pour éliminer la terre, s’il y en a, et couper en tous petits morceaux.
    Couper les bouts des carottes, les laver et si elles sont bio, ne pas les peler ! Les couper en 4 dans le sens de la longueur et les couper en petits morceaux. (si vous n’avez pas de temps, vous pouvez les couper en rondelles).
    Couper les morceaux de petit salé en 4 ou 5.
    Faire revenir les poireaux dans la graisse choisie, à feu doux, en remuant de temps en temps pendant 5’.
    Ajouter ensuite les carottes, les morceaux de viande et le bouillon, et éventuellement les pommes de terre. Faire cuire pendant 30’. A ce moment là, ajouter les lentilles germées. Faire cuire encore 5’.
    Si vous ajouter les lentilles non germées, faites le 10’ après avoir mis les pommes de terre.
    Rectifier l’assaisonnement.
    Servir avec de la moutarde, à votre goût !



     

     

  • Pâté de foies de volaille maison

    Pâté foie

    Vous êtes contre le  foie gras ?

    Gaia fait des émules chez nous avec son pâté de "Faux Gras" et des amis m'ont dit qu'ils ne trouvaient pas cela mauvais du tout (en fait il s'agit d'une boîte customisée par Gaia du célèbre paté Tartex truffe et champagne, peut-être en avez-vous déjà goûté, Tartex-une marque allemande-propose une très belle gamme de produits végétariens). La cause de Gaia est très noble, mais bon, étant mangeuse de viande, je ne rechigne pas sur un morceau de foie gras quand il m'en tombe un sous la langue. Cette année, pour cause de voyage britton, nos fêtes se sont déroulées, disons, de manière inhabituelle, (nous avons échappé à toutes les recettes tradi)   j'ai eu envie de foie en rentrant, surtout en lisant cette recette de Jamie Oliver (oui, oui, je suis allée manger chez Jamie's Italian, c'était unique, et re-visité son site en rentrant). Donc, je suis partie de sa recette en y changeant 2/3 trucs, et j'en profite pour vous la traduire.

     

    Recette du pâté de foies de volaille maison, entre Taty et Jamie O.

    Ingredients

    2x 250 g de beurre (cru c'est mieux, sinon, pasteurisé, mais au moins bio)

    1 kg de foie de poulet (bio, évidemment)

    2 oignons

    1 verre de Porto (ou du Pineau, mais en bon portugais mon homme a toujours du Porto dans l'armoire)

    Herbes de provence (ou thym & romarin, je n'en n'avais pas)

    Huile d'olive

    Feuilles de sauge fraiches ou réhydratées

    Comment faire

    Tou d'abord, cuire vos foies de volaille au four doux, dans un plat à four, sans matière grasse; 3 h à 80 ou 100°. Pas d'inquiétude, vos foies resteront moelleux, ce qui est quand même le but, pour une "mousse" de foies.

    Clarifier 250 g de beurre, cad le mettre dans un poêlon pendant 20' à feu très très doux pour faire ressortir toute la caséine. Quand tout le beurre est fondu, le passer à l'étamine ou dans un papier ménage pour enlever cette partie blanche. Remettre le beurre clarifié à rechauffer dans le poêlon (lavé) et quand il est chaud, faire cuire dedans les feuilles de sauge (cela doit faire un petit grésillement. Ne pas trop cuire. Réserver.

    Couper les oignons en tout petits morceaux, mettez les à cuire dans une poêle avec l'huile d'olive et les herbes de provence.

    Quand les foies sont cuits, les mettre dans un bol haut et large pour pouvoir les mixer. Ajouter les oignons, le (petit) verre de porto, le sel et le poivre, ainsi que, morceau par morceau, le beurre - mou-. N'en rajouter que lorsque le premier morceau de beurre que vous avez mis a disparu.

    Lorsque tout votre "parfait" est terminé( c'est comme cela que cela s'appelle techniquement, Jamie O, qui a fait ses classes de cuisinier, nous le rappelle) , il faut trouver un pot pour l'y mettre. Le beurre clarifié va vous servir à sceller le pâté qui s'oxyde assez vite sinon.

    Servez-le sur de belles tranches de pain de campagne rôties.... hummm.

    Recette santé,  vraiment ?

    Cette recette est classée dans "bases de la cuisine santé". Non, ce n'est pas une blague: le meilleur aliment pour se remettre sur pied est bien le foie cru (bio), et avec le beurre cru, vous avez un produit de première classe, et qui osera dire que les compléments alimentaires sont meilleurs à tartiner sur un morceau de pain que ce pâté de foie presque cru? Lisez à ce propos " Mes recettes anti-fatigue" de Taty.