Bouquins - Page 3

  • Cure anti-fatigue Taty

    caf_cover200_200

     

    Dans le billet précédent, j'ai promis de faire une synthèse de ce livre, cependant, je ne pourrais que trop vous recommander de l'acheter... Le prix est modique, et la référence permanente près de vous durant ces journées vous aidera certainement. En plus, sur son site, Taty a rédigé un important chapitre qui complète très bien le livre. Dans les lignes qui suivent, vous verrez à quel point la structure est simple, et finalement, le but de cette cure est comme le dit Taty "la remise en route des fonctions physiologiques normales".

    La structure des repas est sur 5 jours, avec alternance de protéines à midi et de riz et quinoa le soir (et une fois sur 5, des pommes de terre). Le matin, vous vous régalerez d'une crème budwig, de crème d'avoine, de compote cuite à la vapeur, et un jour sur 5, de pain d'épeautre et d'oeuf à la coque.

    Taty rajoute beaucoup de conseils (pour les personnes fragilisées, notamment, et qui ont des soucis digestifs importants), des adaptations, des recettes, des idées de menu, des listes de course, des suppléments alimentaires (spiruline, bourrache, onagre, vitamine C) à prendre, de préférence pour aider le nettoyage et soutenir la vitalité

    Petit déjeuner: Crème Budwig*, porridge au lait d'amandes ou à l'eau, crèpe de sarrasin, soupe de légumes, soupe miso. Je dois avouer que je me contente du porridge à l'eau 4 fois sur 5 (avec quelques raisins secs, trempés la veille avec l'avoine); et je me délecte de pain beurré le 5ème jour...La dernière fois que j'ai tenté la crème Budwig, j'ai eu faim bien trop tôt (en principe, on est calé 4 à 5 heures avec ce type de petit-déjeuner), et je n'ai pas bien digéré la banane...

    Collation (10h30):hydromel (1/2 citron, de l'eau chaude, 1 càc de miel liquide) le coup de fouet (à la fois chaud, citronné, et sucré!)

    Déjeuner: Légumes (400g) cuits, crus, en soupe, à la vapeur, avec de l'huile vppf en assaisonnement (plein de recettes de petits sauces sympas dans le livre) plus en alternance: oeufs/lentilles ou haricots/poisson ou fruits de mer/fromage de chèvre ou viande/poulet. Attention, il faut veiller aux cuissons, vapeur ou four doux! Si vous pouvez, c'est vraiment le moment de faire des jus de légumes, qui sont aussi très dépuratifs. 

    Collation (16h30):hydromel (1/2 citron, de l'eau chaude, 1 càc de miel liquide) le coup de fouet (à la fois chaud, citronné, et sucré!)

    Dîner: Légumes (400g) cuits, crus, en soupe, à la vapeur, avec de l'huile vppf en assaisonnement avec riz/pomme de terre/quinoa/riz/quinoa en alternance.

    Il est conseillé de faire cette cure "express" en 15 jours (3 modules de 5). Taty vous conseille également, si vous êtes fragile, de faire une cure "douce" en plus longtemps,(3 mois au moins) mais c'est moins "chahutant", car oui, ça vous bouscule (un peu) de sortir les poubelles,et de faire le grand nettoyage à l'intérieur. C'est comme dans la maison, c'est fatigant sur le moment, on remue de la poussière, on éternue, les sacs sont lourds à porter, mais dès que c'est fait... quelle sensation de bien-être! Quelle joie de jouir de sa maison propre et bien tenue...

    Des idées de menu ici, ici avec un flan de carottes à l'agar agar, ou là, avec une salade de carottes originales (koshumbir de carottes).


    * Recette- estampillée cure anti-fatigue- dans un billet prochain


     

  • La colère des aubergines

    coleredesaubergines

     

    Oui, j'aime lire les livres de cuisine comme des romans, j'adore le parfum chaud du curry, donc, ce n'est pas étonnant que je sois tombée sous le charme de ce recueil de nouvelles et de recettes, écrit par une peintre-écrivaine indienne, Bulbul Sharma.

    Dans une dizaine de récits (à la fois drôles et touchants, parfois surréalistes) autour de la création de repas, nous livrant tout à la fois les secrets de cuisine détenus par la cousine pauvre que l'on recueille par charité, ou de rêves de sauce aux pois chiches faits par la veuve obligée à jeûner par sa belle-mère, Bulbul Sharma lève le voile sur la culture indienne, car quelle civilisation vous résiste, quand vous la prenez par l'angle de la cuisine et de ses coutumes gourmandes ? Très bon glossaire à la fin.

    C'est un livre paru en 2002 chez Picquier poche.

    Bientôt, une recette tirée de ce livre et une photo !

     

    Des extraits et d'autres avis chez Chef Simon,  chez Chazallet,  et "A part ça rien" .

  • Croquez la vie

     

    Croquez la vie

    Editions Soliflor

     

    Je n'ai pas d'influences en cuisine!  Bon, ça c'est quand je réinvente, devant un gros buisson de romarin à la Croix de Barlet, les brochettes de poulet sur branche de romarin effeuillée, et puis qu'en relisant Jamie Oliver, je m'aperçois que j'ai piqué cette idée là dedans!

    Mince, à force de lire les bouquins de cuisine dans  mon lit (et à ne jamais les ouvrir en cuisine), voilà ce qui arrive: je pense avoir rêvé une recette, alors que je l'ai lue, et stockée dans mon cerveau, tiroir "idées pour cuisiner et manger".

    D'aussi loin que je me souvienne (disons plus de 20, non 25 ans ?!) je découpe 1. des critiques de film 2. des recettes de cuisine (bon, les critiques de film, ça doit faire près de 30 ans! pas possible ). Bon, j'ai arrêté depuis longtemps pour les critiques de film (Internet, pour ça, c'est génial, un bon dico des films en 6 volumes aussi).

     

    Mais pour les recettes? hum. Disons que je lis tout ce qui me tombe sous la main, en empruntant pas mal à ma bibliothèque, et achetant aussi. Alors ? Les influences ?

    Beaucoup de blogs, évidemment (certains sont à droite de ce billet). Des recettes arrachées dans les magazines, des fiches du Elle, les Régal stockés à la sauvage - que Véronique me ramène de retour du Thalys- , des livres aussi... Bon alors, on se lance: Jamie Oliver, Marie-Louise Cordillot, Taty, Valérie Cupillard, Camellia Pendjabi, Trish Deseine, Alexandre Dumas et son dictionnaire de la cuisine... Sans oublier Pol Grégoire, cuisinier autodidacte, que Diane de Brouwer met à l'honneur dans ce livre au format maniable, avec les aliments basiques revisités par ce chantre de la cuisine vivante: chacun est présenté ici sous ses différentes variantes: "Top", "Contexte idéal", "Alternatives", et détail (mais pas tant que ça) intéressant, le "decrescendo" énumère les aliments de même type dans un ordre de valeur nutritionnelle décroissant, comme Taty les présente également,  en les classant par ordre d'intérêt dans les catégories "Ressourçant", "De soutien", "De confort".

    Le beurre, le sel, le chocolat, les frites, le cola, la béarnaise, le ketchup, la viande de boeuf,le parmesan  et beaucoup d'autres,  sont passés au crible de son oeil aiguisé de cuisinier- nutritionniste, avec des recettes en prime. De quoi assurer un passage en douceur vers une alimentation vraie.

     

    La purée CLV

     

    De plus, c'est illustré avec beaucoup d'humour...

     

    Le chocolat CLV

     

     

  • Agar Agar enfin!

    AGarAGar

     

    Voilà près de 2 mois que je tentais de l'obtenir, le voilà enfin arrivé en Belgique ! (Ou tout du moins chez le libraire pas loin, qui fait aussi restaurant). Je vais pouvoir le dévorer ce week-end et lire toutes les propositions de Cléa pour cette gélatine japonaise, tirée d'algues, vers laquelle je me suis tournée depuis longtemps déjà (crise de la vache folle oblige, ça fait déjà un bail...)

     

    Au moins, je ne m'en serai pas inspirée pour  ma recette

    (les dés de betteraves rouge au curry thaï), que je propose à Mademoiselle Charlotte pour "l'Agar agar en folie". Si cela vous tente de participer par l'envoi de l'une de vos créations, vous avez jusqu'à lundi pour le faire. On trouve de l'agar agar en Belgique dans la plupart de magasins bio (et surement aussi des magasins japonais).

     

     

  • Avec ou sans lait ?

    Sans  lait UHT de vache maltraitée aux antibios et mangeant (parodiant Coffe) "de la meeeerde", ou avec lait cru de vache qui court dans les prés mangeant de l'herbe sans pesticides ?

    Et surtout il y a-t-il une différence pour tous ces pauvres buveurs de lait/mangeurs de fromages réduits à l'abstinence totale pour cause d'eczéma, d'otites, bronchites, de colites, de constipation ou autres maladies à répétition ?

     

    Taty vous décortique tout cela dans son dernier opus :

    Qui a peur du grand méchant lait (Mythes ou réalités des allergies retardées)

     

    méchantlait

     

     

    Pour qui ?

     

    Un extrait de l’avant propos :

    "Dans ce petit ouvrage pratique, je me propose de détailler l’impact de la pasteurisation, de l’homogénéisation et des pratiques intensives d’agriculture sur les forces de construction du lait. Je me concentrerai sur les facteurs naturels propres au lait cru, au-delà du simple apport en nutriments et en minéraux. Dans une optique résolument pratique, j’entrerai dans la question de savoir comment faire, au quotidien pour acheter et gérer des produits de lait cru, dans quels cas et quand arrêter le lait, comment et quand pouvoir reprendre ? Je me demanderai, à voix haute, quelle sorte de lait éliminer. Et lorsqu’il faut malgré tout abandonner le lait, je m’interrogerai sur les modèles alimentaires qu’il convient de suivre.

    En filigrane, un mini-mantra de sagesse toute féminine : il s’agit de s’écouter plutôt que de suivre un gourou ou un chef de horde. Disons que je me suis employée, dans ce petit livre, à ramener chacun à sa propre écoute et à dénoncer quelques sirènes du tissu symphonique dans leur inlassable discours prêt-à-penser, pousse-à-jouir et « bouh, j’ai peur ». Chacun tète dans le lait un peu trop d’affects et de symbolique pour ne pas s’abreuver à certains de ses fantasmes. D’autres, qui voudraient tout simplement revenir au bon sens et à la bonne santé qui ont partie liée, penseront par eux-mêmes et tireront leurs propres conclusions des informations documentées que ce livre contient. C’est à eux que ce livre est destiné." (Taty)

     

    A la lecture: 

    Comme d’habitude, dans un livre à la fois extrêmement bien documenté, agréable à lire et très accessible, Taty nous livre une vision décalée des voies toutes tracées de la diététique grand public et nous amène à nous interroger, et nous écouter, (écoute ton corps camarade) avant de diaboliser ou porter aux nues un aliment quel qu’il soit. Et surtout Taty nous ramène sans arrêt à cette constatation que nous ne pourrons pas nous nourrir impunément pendant des années avec des aliments « de confort », c'est-à-dire préparés et proposés par l’agro-business dans le seul but d’enrichir les actionnaires et non de vous ressourcer, bien entendu.

    Beaucoup de site « naturo » et « végé » dont j’admire (et utilise) beaucoup les recettes comme celles de Cléa, de Anne  de blogbio ou de Valérie Cupillard ou encore celles de la Belle au blé dormant proposent une alimentation sans lait, voire sans beurre.

     

    J’aime leur côté "bio et nature"  décomplexé proposant des recettes inventives, attractives et savoureuses avec des produits ressourçants, mais depuis que je lis Taty (lire les pages suivantes ) et depuis que je suis aussi réconciliée avec le beurre (cru & bio), je suis moins accro à utiliser chaque fois que c'est possible  un substitut au lait de vache, en utilisant du lait de soja, de riz ou d’autres céréales & oléagineuses (et c’est vrai que de délicieuses spécialités sont apparues ces dix dernières années sur les étals des épiceries bio).

    Mais comme le souligne Taty, l’on n’a pas encore observé sur la santé l’impact de ces boissons, dont on ne peut pas prouver qu’elles soient ressourçantes. (Cela dit, j’avoue : par atavisme familial, ma fille n’a été nourrie qu’au lait de femme, et au lait de riz + de la poudre d’amandes pour le calcium- pour les os- à ce propos, vous verrez qu’il est aussi question d’ostéoporose dans le bouquin).

    Beaucoup passent à la consommation de laits de céréales & oléagineuses vu leurs problèmes de santé causés par l'ingestion de produits laitiers (allergies, eczémas etc.) ou par conviction, et en ressentent un bien-être certain, et voient même des disparitions totales de nombre de désagréments encourus auparavant.

    Eviter un lait qui n’a plus rien du liquide ressourçant sortant du pis de la vache nourrie au pré et soignée à l’homéopathie après la disparition des symptômes d’empoisonnement , (sans parler des fromages « plastiques » dont les enzymes sont manipulés génétiquement) toute sa vie, est une réaction salutaire !

     

    Mais se priver des multiples bienfaits du fromage frais, affinées, petit lait, beurre, lait, kéfir, à base de lait cru, bio, d’enzymes non manipulés, et EN QUANTITES RAISONNABLES (pas du tout ce qui est promu depuis des décennies par le lobby laitier de l’agro-business) est dommageable pour votre santé sur le long terme.

    (D'ailleurs, si quelqu'un a des grains de Kéfir à me passer, j'en cherche!!!)
     

    Taty détaille tout cela dans ce livre,  avec différents « encadrés » qui vous éclaireront :

     

    "Le beurre serait le meilleur..."

    "L'histoire cachée du lait"

    "Laitages : oui ou non ? Lesquels? Quand ?"

    "Eviction  momentanée ou définitive ?"

    "Quels laitages pour quels types de réactions ?"

    "Le contenu en lactose des produits courants"

     

    Une mine de renseignements, sans compter les avis éclairés sur l’ostéoporose*(buvez du lait !) et les maladies cardio-vasculaires (mangez notre margarine anti-cholesterol pour protéger votre cœur !).

     

    Ne soyez pas dupes des fabriquants industriels de nourritures. Il ne veulent pas votre bien, ils veulent vos sous!  

     

    * pour combattre l'ostéoporose, le bouillon de poule, veiller à son acidose, faire de l'exercice physique : 3 secrets de longue vie aux os solides!