Chouettes adresses - Page 2

  • Vacances Slow Food !

    Devon Flavour

    Devon : try local, buy local ! Heureuse découverte,ce mantra  semble être une religion ici, dans cette région du sud-ouest de l’Angleterre .  Les chantres à la fois de la « Soil Association »  (organisation anglaise oeuvrant depuis 60 ans pour un traitement respectueux de la terre et des animaux d’élevage) et  de Future Foot Print  (développement durable, soutenu ici  par le Fonds de développement régional Européen) sont très actifs ici (et sans doute ailleurs en Grande Bretagne) ; D’ailleurs et ce n’est  pas un hasard, Slow Food est actif dans le Devon aussi !


    Le cottage loué pour les vacances fait partie d’un ensemble de jolies demeures anciennes (anciennes demeures familiales, logements de garçons de ferme, granges) rénovées soigneusement, et éparpillées sur le domaine de «Carswell Farm» une ferme laitière biologique, détenteur d’un silver award pour le tourisme vert ; chaque cottage est d’ailleurs approvisionné en produits Ecover, et en balles de lavage pour le lave-linge ;

     Un petit guide est distribué partout (ou presque) « Food Drink Devon » Love the flavour. Cela nous a permis de découvrir  les producteurs et distributeurs de produits locaux. Notre principale source d’approvisionnement  durant ce séjour  fut un « farm shop » (Riverford) qui distribue à la fois des produits bio et/ou locaux .

    Riverford vegetables

    Un large choix de pommes de terre...

    Riverford Cafe

    Pork and apple pie, smoked chicken pie, hoummous, carrot cakes, almond and pear cake....

     

    Un accueil à la fois décontracté et  aimable juste-ce-qu’il-faut, une  cafetaria très simple et un large assortiment de plats froids (pork pie, smoked chicken pie, muffins, scones) plus des petits déjeuners avec saucisses, œufs et bacon disponibles toute la journée, des gâteaux, du thé, de la bière (quel choix incroyable d’ale régionales bio !) des limonades au fleurs de sureau, orange et autre lime, bio, ou pas bio, mais le plus souvent produits dans le South Devon…

     

    riverford tables

     

    Sans compter un boucher, un large assortiment de vins bio, de pains, de fruits et  légumes. So easy...

     

  • Navajas de Barcelona

    Navjlas01

    Après cet été, disons, nuageux,  nous sommes allés chercher un rab' de soleil et de saveurs méditerranéennes...à Barcelone. Et dans une de nos pérégrinations dans la Barceloneta, ce quartier près de la plage à Barcelone, où les rues sont tracées au cordeau, il suffit de s'éloigner du touristique passeig de Joan de Borbo, là où l'on voit danser les mats des bâteaux amarrés au port pour tomber sur un bar seulement fréquentés par les locaux. Tellement "typique" que le garçon ignore les touristes venus s'échouer là...dans un premier temps, heureusement. Pas de carte, il faut aller choisir au bar dans un assortiment vaste, pour lequel nous n'avons pas toujours le vocabulaire, malgré le castillan de Nathalie et son dico, planqué au fond du sac. Heureusement, le numérique rend de fiers services dans ce cas (pas question que le garçon, qui ne fait pas assaut d'amabilité, nous accompagne pour que nous lui montrions ce qui nous fait envie; il est 16heures, et nous mourrons de faim!). Je photographie ces couteaux (navajas, m'apprendra le garçon soudain déridé) pour montrer ce que je désire goûter (en plus nous avons notamment choisi de la tortilla, des croquetas de thon, des courgettes frites en beignet). Ce qui est sympa dans les tapes, c'est que chacun y trouvera ses préférences,et c'est particulièrement bien adapté aux enfants, qui peuvent piocher à leur goût ou se la faire monomaniaque, au choix, il y aura toujours bien quelque chose qui leur plaira...

    Navajas02

    Alors, ces couteaux ? (après toutes ces vacances à la mer du Nord, en Belgique, dont les couteaux (vides) constituent à la foix un but de promenade- pour la récolte- et une monnaie d'échange, pour les fleurs en papier qui ornent les magasins de sable enfantins, ça me titillait!) Bon finalement, c'est assez caoutchouteux, mais tout de même délicieux, relevé d'ail et de persil...Faut-il y aller? (bon si vous passez à Barcelone, n'allez pas faire le voyage exprès pour) oui, franchement! Pas pour le service, mais pour l'assortiment, le fait d'être sûr de manger "comme là bas dit" et pas trop cher, en plus (notez bien que les couteaux sont du luxe, eux, car ils coûtent 1,50€ pièce!).

    Bar Jaj Ca Tapes, au coin de Pizarro et Balboa, dans la Barceloneta.

  • Cresson de Veules-les-Roses

    cresson

                                                                       photo: José Magalhaes

    Comme en octobre et en avril, nous avons profité ces quelques derniers jours d'août des bienfaits de la "Côte d'albâtre" , le nom touristique de ces 60km de falaises entre Dieppe et Etretat (Seine Maritime).Le soleil a été généreux: les touristes étaient presque tous partis, et nous avons eu la plage pour nous seuls (ou quasi). Depuis que nous avons découvert "Veules-les-Roses" nous ne nous lassons pas du charme de ce petit village côtier, station balnéaire réputée du temps de Victor Hugo et Sarah Bernardt...

    Veules s'ennorgueillit de posséder le plus petit fleuve de France, qui prend sa source et se jette à la mer sur le territoire du village (1,3km!). C'est une expérience amusante, de découvrir la source et ensuite de suivre la Veule jusqu'à la mer en passant derrière les maisons, et découvrant les vestiges des nombreux moulins qui ont parsemé son cours. Grâce à ces moulins, dès le moyen-âge, Veules-en-Caux (qui ne s'est appellée "les Roses" que vers 1897) était un bourg riche et populeux. L'eau est remarquablement claire, et une cressonière est installée à 10 mètres de la source; le cressonnier vend sa production, notamment sur le marché de Veules-les-roses le mercredi... C'est un des ses chignons (le nom donné aux bottes) que vous voyez ci-dessus.

    D'autres photos de José Magalhaes à Veules-les-Roses.

    Bientôt une recette de soupe... au cresson, un peu différente, et qui permet de garder  la vitamine C si vite abîmée par la cuisson (oui, oui, ça a un rapport avec l'extracteur de jus Jazz Max)

     

  • Lyonnais: veinard(e)s !

    A.

    A point. Le restau (de 8h à 18h) où vous pouvez manger bio et sain à Lyon. 

    Si l'un(e) de vous a déjà eu l'occasion de tester ce restau, qu'il me fasse signe... Avant que je ne puisse aller y goûter pour de vrai en passant dans la région. C'est l'interview d'Alain Alexanian  sur fémininbio.com qui m'a titillée ce matin, car j'aime sa profession de foi: (extraits)

    "Manger bio, c’est manger plus sain. La cuisine bio participe à une prise de conscience de l’homme sur la planète, tout en prenant du plaisir.(...) Ensuite, on va faire son marché et on découvre les produits qui sont bons en comparant les produits bio et ceux qui ne le sont pas. Je dirais donc que ce sont les petits producteurs qui m’ont donné envie de goûter et d’utiliser des produits cultivés dans le respect de la terre. J’ai eu envie de les défendre. (...) Tout est dans le mariage des saveurs. Deux ou trois raisins de Corynthe dans des carottes râpées et ça n’a plus rien à voir. Un aliment peut tout changer. Selon moi, le plaisir n’est pas dans l’aliment brut : l’association noisette-citron-framboise est exceptionnelle par exemple.J’aime m’amuser avec ma cuisine. Réaliser des recettes bio, c’est plus difficile, c’est un défi. On ne se tourne pas vers la facilité, c’est intéressant."

  • Coprosain: juste, bon, propre et local

    Coprosain

    Marché Place St Lambert, Woluwé, samedi

    Dans mon précédent billet, j'écrivais à propos de Slow-Food, association (sans but lucratif) qui affirme que la nourriture doit avoir bon goût; qu'elle doit être produite de façon propre, sans nuire à l'environnement ou à notre santé; que les producteurs doivent être rémunérés à la juste valeur du travail fourni; et... pour limiter les gaz à effet de serre, être le plus possible achetée au plus près de son lieu de production...

    La fermeture annuelle de "Biologic" m'a poussée vers d'autres points d'approvisionnement, et j'ai trouvé au marché du samedi matin de Woluwé Saint-Lambert, une alternative valable, totalement Slow-Food: des légumes biologiques, et d'autres produits, non bio, mais produits localement et le plus sainement possible, dans la région de Ath.

    Grâce à Coprosain, quelques 45 producteurs ont pu maintenir leur emploi dans la région. Cette coopérative soutient également ses producteurs, et leur assure, grâce à ses points de vente fixes et mobiles ( camions sur les marchés) des débouchés de leurs produits.

    Dans le camion présent au marché ce matin, j'ai trouvé des légumes et des fruits bio, du pain, de l'épicerie bio, des fromages, du beurre et du lait cru, des oeufs, de la viande, de la charcuterie...

    Sur le site de Coprosain vous trouverez les lieux de vente à Bruxelles et ailleurs... Par ailleurs, beaucoup de magasins, comme Biologic vendent la viande bio de chez Coprosain, emballée sous vide.

  •  L'Odyssée des Arômes

    Laurent Mélotte

     

     

     

    Cela faisait quelques temps que je cherchais le bon moment pour aller découvrir « L’Odyssée des Arômes » à Pécrot, non loin de Wavre (25’ de Bruxelles maxi), car ses mélanges de curry (dont vous connaissez déjà ma passion) me tentaient diablement.

    Comme en plus le vendredi et le samedi, Laurent Mélotte organise des dégustations de vin bio, donc, ni une ni deux, nous voilà en route, ma sœur et moi pour le Brabant Wallon et ses chenilles processionnaires ;-).

    La boutique est aménagée dans une maison de village, facile à trouver, et Laurent nous accueille avec les bouteilles du jour, dont nous faisons la dégustation !

    Après une carrière comme ingénieur brasseur chez le plus gros brasseur de Belgique, heu du Brésil, enfin, du monde, non ? Laurent a choisi de se consacrer au vin, qu’il aimait depuis toujours ( et ses propres expériences de vinification) et il a inauguré voici presque 1 an (à la fin juin) ces deux pièces chaleureuses, pleines d’épices (en vrac et en pots), de thés, de tisanes (en vrac et en sachets), de vin, d’huiles, de miel et d’huiles essentielles (car en hédoniste gourmand, il a imaginé autour du vin un univers d’arômes  très cohérent).

    Nous goûtons aux épices, ces fameux mélanges   Masalchi ( "masalchi" désigne, en Hindi, la personne qui mélange les épices) très aromatiques, et qui emportent notre adhésion. Nous craquons de concert pour le mélange cajun, (oignon, ail, curcuma, moutarde, origan, piment fort, )le curry berbère ethiopien (fenugrec, coriandre, poivre, cannelle,gingembre,clou de girofle, piment fort, cardamome,piment de jamaïque) pour Stéphanie,  et  du colombo pour moi. L’huile de nigelle est délicieuse, au fin goût de cumin, quant aux fèves tonka, je m’enivre de l’odeur de la boîte, et j’en prends 26 grammes, dans un joli tube en verre consigné,  soit une trentaine de fèves, à râper comme de la muscade… Je ferai certainement de mon stoef (comme on dit à Bruxelles quand on veut faire de l'épate) avec l’une ou l’autre recette contenant cette précieuse fève un jour ou l’autre…

    Tous les produits sont bio, y compris le vin, (ou en tous les cas, naturels- respectant comme l'écrit Laurent Mélotte, terroir, raisin et amateur de vin- ). 

    Comme je recherche un flacon pour un pique-nique, ou pour boire sur la terrasse l’été – dans quelques jours…-, je repars avec deux bouteilles de rosé de Ducroux, cultivé en biodynamie, léger et frais (qu'après avoir ouvert hier soir, et regoûté, je regrette de ne pas avoir pris en plus grande quantité! Tant pis, cela me fera une occasion de revenir).

    Laurent partage son amour du vin et ses découvertes, en direct live, chez lui, aux heures de dégustations (le vendredi de 16 à 20h, le samedi de 14 à 19h), mais il se laisse aussi lire sur« Vinature », où on entend aussi bien Vin que Vie Nature, avec des recettes,  beaucoup de passion et de naturel, et des visites de vignobles virtuelles, mais si bien racontées et illustrées qu'on s'y croirait.

     En tout les cas, voilà un passionné qui vous entraîne avec lui, et ça, c'est toujours un grand bonheur.

     

     

  • Epicerie biologique

     

    Epicerie bio3

     

     

     

     

    143 avenue de Roodebeek à 1030 Bruxelles.

     

    J'ai de la chance: sur le chemin entre le boulot et la maison, il y a une épicerie bio dans laquelle j'ai mis les pieds pour la première fois il y a huit ans, lorsque je suis venue habiter le quartier. 

     

    Chance pour la proximité, chance aussi parce que c'est un couple adorable et dynamique qui tient boutique, et vous conseille dans vos choix, écoute vos demandes et se coupe en quatre pour vous procurer des produits tels que paniers de fruits et légumes bio (sur abonnement), lait cru de vache ou de chèvre, beurre cru de vache, salé ou non- pas si facile que cela à trouver à Bruxelles- , croissants et pains au chocolat au vrai beurre à tomber par terre- pas plus cher qu'à la boulangerie renommée "xxx", et autres produits plus rares, comme le terreau, des semences, des pots à fraisiers pour terrasses ou autres pots pour cultiver des champignons magiques (les pots sont magiques, les champignons très bons, mais ne vous procurent aucune sensation spéciale, passez votre chemin pour les hallu) sans oublier le coin des mamans écolo avec les langes en coton préformés!

     

    Une adresse de proximité certes, mais c'est aussi situé sur un axe pratique pour beaucoup de navetteurs: entre la place Meiser et le rond point Montgomery. Un p'tit truc pour ceux qui viennent en voiture: après 17h, il y a souvent de la place dans le parking sous le viaduc. Et pour les cyclistes, une réduc' de 5% vient adoucir la note (et le coup de pédale). Quant aux heures d'ouverture: de 9 à 19h, en semaine, de 8 à 14h le samedi, fermé le dimanche!