Sucré - Page 6

  • Klestkoppen, ou dentelles de Bruges: facile et bluffant

     

    biscuits, Bruges, slow Food, recette traditionnelle

    Si vous faites partie des décontractés de la fête (je vous le souhaite) ou des éternels retardataires, peut-être aurez-vous envie de réaliser aujourd'hui ces jolies dentelles de Bruges, qui ont connu un énorme succès lors de mes deux derniers cours "Slow Food"... Même les miettes sont parties !

    Et si dans mon dernier article, si j'ai donné des conseils pour les angoissé(e)s des régimes durant cette période, je ne peux que vous encourager à continuer (même en cette période) à manger des vrais aliments, ceux qui aident à vous maintenir en santé, et même, qui peuvent vous guérir! Avec cette recette, vous pourrez continuer à vous soigner au beurre cru!

    Kletskoppen (dentelles de Bruges)

    Temps de préparation : 7 minutes
    Temps de cuisson : 8 minutes


    Ingrédients (pour 10 grands biscuits) :

    55 g de farine  60%
    55 g de sucre de canne roux
    55 g de beurre
    1 cuillères à soupe de sirop d'érable
    1/2 cuillère à café de cannelle en poudre

    Comment faire


    Préchauffez le four à 180°C (thermostat 6).
    Recouvrez la plaque de papier sulfurisé, ou de silpat.

    Faites fondre le beurre, le sucre et le sirop. Incorporez-y la farine et la cannelle.
    Prélevez des petites cuillerées et placez-les sur la plaque du four, sans oublier de les espacer.
    Faites cuire au four de 8 à 10 min. Surveillez bien la cuisson. Sortez la plaque et attendez que ça refroidisse un peu. A l'aide d'une spatule, décollez-les de la plaque et laissez-les refroidir sur une grille.

    Envie de déguster un repas Slow Food chez moi (avec des kletskoppen ? ) Il reste deux places pour un exceptionnel repas le dimanche 29 décembre à 19h, à Schaerbeek.

    Au menu: Mille feuille de betteraves rouges au Pas de bleu et fromage de chèvre (le Pas de Bleu est un bleu très doux, produit à Gand), Moules &  Frites, Bière de la Brasserie de la Senne et en dessert, un duo dont vous me direz des nouvelles: Trifle spéculoos mousse au chocolat et Westvleren 12 ! Prix: 35€ pp. Réservations en cliquant ici !




     

     

  • Financiers au rapadura (dessert paléo)

    Financiers paléo, sans gluten, rapadura

    Une gourmandise permise en paléo ? Question qui revient souvent lors de mes coaching santé, car nous sommes tellement accro aux sucreries!

    Hum. Quand j'ai commencé mon plan paléo, je  me permettais une cuillère à café de miel avec un peu de purée d'amandes en dessert mais pas plus... Le but était tout de même de diminuer la production d'insuline, et de permettre à terme à tout les gras stocké dans mes adipocytes de se faire la malle, par le phénomène de la néoglucogénèse. C'est tout à fait atteignable avec le régime paléo, puisque aucun autre glucide que celui des légumes et des fruits est ingéré.

    Au niveau des sucres, outre celui des fruits, ce qui est permis en paléo, ce sont le miel et le sucre rapadura (ou sucanat), ou jus de canne à sucre déshydraté et réduit en poudre.

    Voici une recette de petits biscuits tout à fait compatibles avec le plan paléo. A réserver pour les soirées festives (ou pour épater vos amis: waouw c'est bon, ça ! Et c'est paléo ? incroyable). Car si vous voulez perdre du gras, mollo sur les sucres!


    Financiers au rapadura

    Temps de préparation : 10 minutes
    Temps de cuisson : 20 minutes

     

    Ingrédients (pour 40 pièces - moule à mini financiers) :

     

     

    Ingrédients

    40 g de poudre d'amandes
    60 g de farine de tapioca
    100 g de sucre rapadura
    75 g de beurre
    4 blancs d'œufs

     

     Comment faire

     


    Préchauffer le four à 200°C.
    Mélanger dans un récipient la poudre d'amandes, le sucre, la farine de tapioca.

    Monter les blancs en neige ferme et ajoute-le au mélange précédent. Faire fondre le beurre dans une casserole et ajoute-le à la pâte.
    Verser dans le moule et mettre au four 12 à 15'

     

     

     

  • Biscuits chocolat coco

    Biscuits chocolat coco.jpg

    Appelons le comme on veut :  ce régime paléo, régime  pour maigrir, plan paléo, ce que j’ai commencé il y a trois mois  me change petit à petit.


    Certains gènes s’allument, d’autres s’éteignent, mais ça, je ne le sens pas vraiment au jour le jour. A part que ma sensibilité aux aliments est vraiment devenue plus aiguë  comme de sentir dès l’ingestion que quelque chose ne va pas (le vin, même bio et naturel… bof), ou de réagir à de la charcuterie de qualité, mais non bio (hum).  Mon corps s’affine, mincit, mais de manière millimétrique (un peu comme quand on grossit, non ?). Mon énergie reste stable, mais quand je me sens moins up, il me semble que je gère mieux. Je me mets en mode plus doux,  en me couchant 15’ pour lire ou rêvasser, et en faisant les choses plus lentement.

    Le mode doux, c’est aussi prendre le temps de se préparer et de croquer quelques petites friandises permises dans ce régime paléo. Noix de coco, chocolat noir, œuf.

    J’ai trouvé la recette originale sur ce site américain très sympa. Résultat ? Très bon, et les participantes à mon atelier « Adieu au sucre »  ont trouvé délicieuses ces petites barres même pas junk food (et sans sucre !)

     

    Biscuits chocolat coco sans gluten, sans sucre, sans lactose

    Ingrédients

    200gr de noix de coco râpée
    2 œufs
    75gr de callets de chocolat noir (j’utilise la marque Callebaut, non bio, que l’on trouve au Colruyt)

    Comment faire.

    Préchauffez le four à 180°. Battez les 2 œufs, ajoutez y la coco râpée et les callets de chocolat. J’ai utilisé des moules à mini financiers comme ici, mais vous pouvez utiliser un plat à four bien huilé ou recouvert d’un papier sulfurisé. Vous couperez le gâteau ainsi obtenu en carrés ou rectangles, à votre choix ! 

    Faites cuire entre 15' et 20' selon votre four. Dans de petits moules, la préparation cuit plus vite!


    Envie de m'accompagner dans ce plan Paléo ? tout en bénéficiant de conseils personnalisés, que ce soit en groupe avec des recettes et des repas, ou seul ? 

     

    Cliquez ici pour un accompagnement "groupe"

    (Nouveau cycle d'ateliers à partir du 9 janvier 2014) 

    Cliquez ici pour un accompagnement "individuel"


    (quand vous le décidez) 

     

  • Cake butternut, pécan, dattes & épices speculoos

     

    cake paleo Butternut.jpg

    Après 11 semaines de plan paléo, je découvre avec étonnement que le sucre ne me fait plus envie, et en plus, quand je teste une recette (comme réaliser et goûter ce cake, par exemple), je suis vite écœurée par le sucre, même complet, même en quantité réduite ! Une tranche et me voilà calée. Bon, évidemment, vu les autres ingrédients contenus dans ce gâteau, pas étonnant : amandes, coco, pécan, dattes et butternut, une vraie barre énergétique!

    Cependant, suivre le plan paléo n'empêche pas que j'aie envie de temps en temps d'une douceur saine, et aussi, de vouloir régaler par la même occasion toute la famille, ou les copains un dimanche d'automne.

    Et si vous suivez paléo, dites moi si c'est votre cas ? Dégouté du sucre, ou toujours envie de douceurs ? Alors, ce cake est pour vous! Il fera même manger des courges aux plus réticents ;-)

    Cette recette a été adaptée d'une recette du blog "C'est moi qui l'ait fait", qui l'a adaptée de...

    Cake au butternut, noix de pécan, dattes et épices spéculoos

    Ingrédients

    250gr de butternut râpé
    100gr de poudre d'amandes
    100gr de noix de coco râpée
    25gr Poudre à lever
    1 pincée de sel
    25gr de poudre de tapioca
    120gr de sucre rapadura
    75g de dattes dénoyautées
    60gr de noix de pécan
    3 oeufs
    150ml d'huile d'olive

    Comment faire

    Préchauffer le four à 165°. Mélanger tous les ingrédients secs et le butternut râpé. Dans un autre bol, fouettez les oeufs et l'huile. Verser les oeufs dans l'autre préparation, jusqu'à complet amalgame.
    Verser dans un moule (J'ai utilisé un moule de 24/14/7)
    Cuire pendant 75'.

    Sans farine, ce cake reste assez humide.


    Envie de m'accompagner dans ce plan Paléo ? tout en bénéficiant de conseils personnalisés, que ce soit en groupe avec des recettes et des repas, ou seul ?

     

    Cliquez ici pour un accompagnement "groupe"

     Cliquez ici pour un accompagnement "individuel"

     

    POUR DÉCOUVRIR
    Les PROCHAINS ATELIERS CULINAIRES de "BASES de la CUISINE Santé Nature "

    Et tous les ATELIERS CULINAIRES que je VOUS propose,
    cliquez sur cette bannière !

     

     

  • Demain, j'arrête le sucre !

     

    gelée.jpg

    Gelée de rhubarbe maison au sucre de canne

     

    J’ai toujours eu un gros faible pour les bonbons… Enfants, nous n’en avions pas (heuu, les bonbons au miel et au thym ça compte ?). Adolescente, je gardais la monnaie du bus pour aller m’acheter 4 francs de « petites bouteilles de coca » (moi qui n’en n’avais jamais bu !) et de « sûrs » qui n'étaient pas si bons que ça, pourtant. Mais je crois que d’en être privée attisait ma curiosité et ma gourmandise !

     

    Pourtant, très jeune, j’ai connu les affres de l’hypoglycémie. Le coup de faim terrible à 11h, les grignotages de sucre dès que le cerveau me les commandait, la mauvaise humeur de rigueur dès que le repas se faisait trop attendre, puis la faiblesse qui suivait si je ne me nourrissais pas directement, tout cela a fait partie de mon quotidien.

     

    Cependant, je ne reliais pas cela spécialement à ma consommation de sucreries.  Il faut dire que ma  bonne conscience  me poussait à plutôt entrer dans les magasins « bio » que dans les pâtisseries lambda. Et croyez le ou non (ou vous le savez peut-être trop bien) les rayons « douceurs saines »  de ces boutiques sont redoutables.  Et quand je n'avais pas d'épicerie bio dans le coin, et qu’il « fallait » que je mange du sucré, ma foi, je ne me gênais pas pour savourer « une crasse ».

     

    Je souffrais de  glycémie instable. J’avais lu beaucoup de mal du sucre blanc et de ses ravages (nervosité,  mauvaise immunité, risque de diabète), mais moi je mangeais en majorité du sucre complet, et des sucres dits lents ! Pas ces horribles sucres rapides, plein de calories vides. J’étais donc à l’abri, et ces hypoglycémies, c'étaient un truc familial, sûrement.

     

    Un jour, j’ai commencé à manger salé et gras le matin. Pour voir ce que ça donnait.

     

    Effet immédiat : plus besoin de collation en milieu de matinée et quelle sérénité à l’approche des repas !

     

    Entretemps j’ai appris que le sucre était pire que la cocaïne, en terme d’addiction. Que j’étais devenue insulino-résistante, c’est – dire que les cellules deviennent insensibles à l’insuline - qui commande leur ouverture - et qu’il y a de plus en plus de glucose dans le sang, ce qui entraine de nouveau une production d’insuline.  Que l’excès d’insuline ralentit mon métabolisme (du coup, j’ai repris les 25 kg perdus à coup de barres sucrées WW ) et me prédispose aux maladies cardio-vasculaires!

     

    Et donc, j'ai pris la décision d’arrêter (presque) totalement le sucre, sous toutes ses formes…

     

    Dans cette lente désaccoutumance, il y a des aides et des outils. Des prises de conscience et des paliers. Des astuces pour sucrer moins, et la découverte que les papilles s’éduquent, et s’habituent… à manger moins sucré…

     

    Lors de notre conférence/discussion le 27 février 2015 à l'Heure Bleue,  nous aborderons ce thème et je partagerai des outils concrets pour être moins accro au sucre ! En savoir plus, ici, clic !

     

  • Petit cadeau gourmand: caramel au beurre salé

    Caramel beurre salé.jpg

     

    Pascale Weeks, Anne Lataillade et autres Mercotte, stars des blogs culinaires, ont remis au goût du jour  les cadeaux gourmands. Maintenant, c'est hype d'offrir des produits à manger. Il y a beaucoup de producteurs qui apportent un soin particulier à proposer de beaux produits, bien emballés, et la mode des box gourmandes surfe sur cette tendance: recevoir un cadeau à manger parle à notre ventre !

    Cette pratique somme toute courante il y a quelques dizaines d'années: apporter oeufs, tartes, poulet ou surplus de courgettes était l'apanage des campagnards... On pouvait en rigoler doucement, les citadins étaient bien contents de profiter d'aliments ou de préparations gourmandes et faites maison.

    Maintenant, même à la campagne, on va au supermarché. Et on congèle les surplus...On oublie de cuisiner, partager, de donner autour de soi et de faire des heureux avec ce que la nature nous donne avec tant d'abondance.

    Oui, bon, je sais que le caramel ne pousse pas dans les jardins ;-) Mais cette gourmandise, réalisée avec de la crème et du beurre cru est un petit bienfait ! (de temps à autre!)

    Délicieux sur la tartine, le gateau, en dessous d'une crème vanille, etc.

    La recette de Mercotte est ici. (en fait c'est une recette de Christope Michalak)

    Petits conseils

    • Utilisez une casserole en inox à fond épais, sur le feu le plus doux.
    • Restez près de votre casserole
    • Vous pouvez utiliser du beurre cru et de la crème crue.
    • Incorporez le beurre petit à petit, en remuant bien avec un fouet
    • Incorporez ensuite la crème, auddi petit à petit en remuant bien.
    • Si jamais votre caramel à fait des "grumeaux", vous pouvez le mixer.
    • Ensuite, conservez le au frigo (et offrez le surplus)

     

     

     



  • Crème vanille toute simple

     

    creme vanille ingrédients.jpg

    Depuis quelques semaines, Clara (ma fille) et moi cherchons  et testons des recettes simples, dédiées (car la demoiselle a ses goûts, comme chacun d'entre nous) et transposables partout (car cette grande fille part d'ici 4 mois aux USA).Je dédicace aussi cette recette à une autre Clara,la fille de Karen, qui commence aussi à faire ses propres desserts !

    USA le pays de la malbouffe !?

    Figurez-vous qu'aux USA il y a des gens qui cuisinent (ses parents d'accueil, Mary and Dale), qui vont dans des magasins bio comme Town and country markets , et même, il y en a qui fondent et animent des conviviums slow food!

    Du coup, nous sommes en train de réaliser un petit guide du manger sain partout avec recettes (et à traduire les standards d'ici : comment dit-on huile de première pression à froid en anglais? ). C'est possible, à condition de partir de produits bruts, non chimiqués à la base, crus, le moins industriels possible, et dans le cas de produits manufacturés, de savoir décoder les étiquettes (Comme ici, donc!). Dans le cas des étiquettes,choisir les produits avec  le moins d'ingrédients possibles et un must. Par exemple, savez-vous pourquoi, entre deux marques de crème de coco non bio, il y en a une avec des conservateurs, et l'autre non ? moi, je ne sais pas, mais j'achète celle où aucun conservateur n'est notifié.

    Comme, par ailleurs, j'organise un cours de cuisine pour les parents qui manquent d'idées pour faire à manger pour leur kids je suis en train de chercher des recettes bonus à transmettre. Sans conteste, celle-ci en est une. Le prix de revient de ce dessert pour 4, en bio, est de 1,80€. Qui dit mieux ? Même la plus bio des crèmes en maga bio n'a pas  de bilan carbone aussi bon, et un rapport qualité prix aussi excellent.

    Ingrédients:

    1/2l de lait frais, cru, bio (+/- 0,6€)
    2 oeufs bio, de poules qui courent et picorent (0,6€- moins cher si vous avez vos poules)
    1 càc de vanille en poudre (0,2€)
    15g d'arrow root (cette fécule est mégadigeste, je la préfère à la fécule de maïs, souvent ogm quand elle n'est pas bio) (0,15€)
    50gr de sucre de canne blond (0,25€)

    La recette est de  Gourmandises et merveilles.


    POUR DÉCOUVRIR
    Les PROCHAINS ATELIERS CULINAIRES de "BASES de la CUISINE Santé Nature "

    Et tous les ATELIERS CULINAIRES que je VOUS propose,
    cliquez sur cette bannière !