bio - Page 2

  • Soupe froide à l'espagnole, recette au Jazz Max

    gaspacho JM

     

    Rien de nouveau sous le soleil avec ce classique andalou, mais une re-découverte, ces vacances: le gaspacho au jazz max. (Il n'y avait pas de mix-soup dans notre location! Heureusement, nous avions pris notre fidèle extracteur) Après une version plus grumeleuse en "gaspacho verde", cet été, j'ai testé cette version avec DU PAIN SEC.

    Une fois trempé dans l'eau, et bien réhydraté, celui-ci est passé au cône broyeur du jazz max, et mélangé à des tomates bien mûres (de celles qui ne feront plus très bonne figure en salade crue), du poivron, du piment, de l'ail, une peu de concombre, et de l'huile d'olive. De la fleur de sel, et des glaçons pour servir si vous l'avez fait en dernière minute, comme moi.

    La famille a testé et approuvé. Recette rapide garantie.Récupération du pain sec et tomates molles. Vive la crise.

     

    Retrouvez le blog de Taty consacré au Jazz Max

    Un diaporama consacré aux extracteurs sur femininbio

  • Manger local en Provence aussi (épis.1)

    Huile d'O

    Photo J.Magalhaes

    Comme vous le savez si vous lisez régulièrement ce blog ,  nos vacances en famille sont des vacances gourmandes, à la découverte des saveurs locales. Cela change agréablement de notre quotidien bruxellois, mais constitue parfois une gageure, car il faut oublier les supermarchés et autres grandes surfaces, pour qui le profit prime, et pas l'intérêt du producteur local. D'ailleurs, dans le Vaucluse, où nous nous trouvions, les producteurs de raisin de table ont piqué une grosse colère: leurs fruits étaient mûrs plus tôt que d'habitude, mais les centrales d'achats des supermarchés n'ont pas pour autant modifié leurs commandes, continuant à importer du raisin italien et espagnol. Les producteurs d'ail du département aussi l'ont mauvaise, face aux importation d'ail argentin...

    Les magasins bio Biocoop ont depuis quelques années changé leur politique pour les fruits et légumes: plus d'importations par avion, du local et du saisonnier.

    Mais la manière la plus agréable de manger local et de saison, c'est de fréquenter les "Marchés paysans", une association d 'agriculteurs dont l'objectif est la vente directe des produits de la ferme. C'est contrôlé, et donc, pas d'arnaque ici. D'ailleurs, les étals proposent quasi tous les mêmes produits. Sauf une petite échoppe proposant des "rattes" une pomme de terre délicieuse, petite et tordue que l'on trouve aussi en Belgique... Donc, en relevant la tête et regardant la marchande je n'ai pas été étonnée de reconnaître une ex-collègue, Sylvie, qui fait maintenant de l'agriculture (en reconversion bio). Elle a aussi un gîte (pour 4 personnes) dans sa propriété de Cabrières d'Avignon. Je l'ai visité, il est magnifique, possède sa propre piscine et si vous désirez prendre contact avec sa propriétaire, écrivez moi- en bas à droite- (Vous serez en outre aux premières loges pour des légumes sans pesticides ultra frais!).


     

  • Manger bio: pourquoi ?

    semainebio

    Pour se faire du bien: moins de pesticides, moins d'additifs, plus de nutriments!

    Pour faire du bien à la terre: moins de pesticides, moins d'antibiotiques, un écosystème protégé, une fertilité protégée.

    Pour apprendre à équilibrer son assiette avec plus de légumes, plus de céréales, plus de légumineuses, moins de viande et de fromage...

    Pour découvrir des producteurs, des hommes et des femmes dont le travail est de faire pousser ce que nous mangeons.

    Pour s'étonner qu'un jus de légumes bio et du pain tartiné d'une couche de caviar de tournesol comme repas soit vraiment nourissant, hé oui, les nutriments.

    Pour tester qu'une fraise bio est plus dense en goût qu'une fraise conventionnelle, plus aqueuse (blind test exécuté ce samedi 31 mai 08).

    Pour pousser la porte de cette boutique bio sur le trajet du boulot, et oser demander comment on fait cuire ce truc, là et est-ce que c'est vraiment bon ?

    Pour manger plus varié, élargir sa palette de plats journaliers, étonner son palais, arrêter de bouffer des potiquets de vitamines et minéraux ultra-chers.

    Et vous, vous mangez bio pourquoi ?  Vous ne mangez pas bio: essayez avec les fraises. Ou autre chose !  C'est plus cher ... mais c'est plus dense (ici l'expérience de Philippe Renard)

    Toutes les animations prévues sont sur www.semainebio.be

    Plus une autre animation pas prévue: mon prochain cours au Sasasa (cuisine santé et bio) le 13 juin, réservation chez Sasasa (Schaerbeek).

    • Pain lavash roulé aux crudités, caviar d'aubergine et tofu fumé

    • Tartinade aux carottes et fenugrec

    • Salade de fenouil, lentilles germées et bonbons de saumon

    • Cookies à la purée de noisette 

  • Apéro maison ginger wine

    apéro Gingembre

    Les beaux jours revenus m'ont immédiatement donné envie de cet apéro maison qui surprendra vos invités!

     D'où vient cette idée  ? Je ne sais plus, mais elle fut certainement inspirée par une de mes lectures (car oui, je lis des livres de cuisine dans mon lit comme autant de romans gourmands et instructifs), et je me suis mise à gamberger sur des mélanges d'eau pétillante, de jus de gingembre frais et de vin blanc. J'ai tenté également le mélange avec des "ginger beer" bio, mais cette fois je me suis lancée dans le home made total avec ce résultat, frais et tonique, aphrodisiaque si l'on en croit la réputation du gingembre et bourrée d'antioxydants, ce qui nous garantit une boisson santé!

    En tous les cas, une recette de plus à faire avec votre extracteur, si vous en avez un.

    J'en profite pour dire que le bel Oscar a été débaptisé, et il faudra que je m'habitue à dire " Jazz Max" car il a non seulement un  nouveau prénom mais aussi un nom, maintenant. Je dis m'habituer, car le mien s'appellera Oscar pour la vie, mais comme j'en fais la démonstration (assortie de dégustations!) régulièrement... et que je vends les appareils, plus question de parler d'Oscar.

    Ingrédients

    +/- 50 cl de vin blanc (Ici, un vin blanc bio du Delhaize)

    +/- 15 cl d'eau pétillante

    2 càs de sirop d'agave

    30g de racine fraîche de gingembre.

    Comment faire

    Passer le gingembre à l'extracteur, ce qui va donner quelques cc de jus.

    Dans la bouteille, verser le vin blanc, le sirop d'agave et le jus de gingembre.

    Bien secouer. Mettre au frais. Rajouter l'eau pétillante à la dernière minute, avant de servir, sur des glaçons, éventuellement.

    A déguster, sur sa terrasse ou dans son jardin!


     

  • David Servan-Schreiber au parlement belge

    David Servan S

     

    Invité au Parlement fédéral pour nourrir la réflexion sur "le plan national cancer"

    Le 11 février dernier- il y a un mois tout juste - David Servan- Schreiber, invité à l'instigation de Thérèse Snoy, députée écolo à la chambre est venu au Parlement fédéral belge pour "débattre" avec divers représentants belges du secteur médical, de la prévention santé, de l'industrie alimentaire et du secteur agricole, vous pouvez voir la liste ici.

    "Débattre" est bien sûr une vue de l'esprit, car chacun est venu défendre son bout de gras, et ses chères études (qui vont toujours dans le sens du commanditaire), sans se rencontrer à quelque niveau que ce soit, sauf peut-être au niveau de la prévention...

    Prévention: tout d'abord ne pas nuire!

    Les experts ne sont pas d'accord entre eux, ce n'est pas nouveau. Mais quel politique, aussi imprégné soit-il de l'idée qu'une nourriture saine et un environnement non pollué éloigne de notre corps le spectre de la prolifération des cellules cancéreuses (que nous portons tous en nous) va se mettre en porte-à-faux avec l'industrie d'un pays? A moins de subventionner largement l'agriculture bio, de ne plus autoriser les pesticides-immédiatement-, les ogm, les additifs dans les aliments industriels, d'imposer la cantine bio dans toutes les écoles et les ministères du pays... Il n'y a que le politique pour mettre en place une vraie politique de prévention, avec des moyens conséquents... Et pas seulement des check-up gratuits pour tous à partir de 25 ans (l'une des 32 propositions du Plan National Cancer).

    Mon plan anti-cancer personnel et personnalisé

    En attendant, moi je travaille à mon propre plan anti-cancer, et je ne rejoins pas David Servan-Schreiber sur tous les plans. Pourquoi ? Tout d'abord, il promeut- comme tout plan nutritionnel national- "des réflexes anti-cancer" qui sont sensés convenir à tous. Or, nous sommes tous différents, au niveau métabolisme, santé, gènes, histoire, alimentation. Cela influence très nettement les produits que nous pouvons ingérer sans faire pire que bien. Suivant l'état de nos intestins, le pain complet peut etre tout à fait contre-indiqué. Si celui-ci n'est pas trempé- et donc, au levain, il peut nous déminéraliser. Son gluten peut nous encrasser considérablement. Suivant l'état de notre pancréas, il peut agir sur notre organisme comme du sucre pur, sans distinction de "lent, rapide, indice glycémique quelconque"...Quant au soja- à propos d'études- vous trouverez autant de pour que de contre. Dans ces cas là, prudence s'impose, n'est-ce pas ? Toutes les mesures décrites dans son livre ne s'appliquent donc pas dans tous les cas. Bienvenue donc dans la jungle de "aliment sain": celui qui est sain pour qui ? - lisez cet article de Taty là dessus-

    Donc, je m'écoute et je suis mon corps...

    Je le nettoye régulièrement des polluants et des toxines ingérées et fabriquées, afin de retrouver mes sensations originelles. Cela me permet de sentir ce qui me convient, en privilégiant évidemment des produits sains, propres, non chimiqués, complets, vivants. Et évidemment, ce n'est pas tout (là dessus, Servan-Schreiber est d'accord). Un bonne gestion émotionnelle- quoiqu'il n'aborde pas du tout le sujet de la biologie totale, et celui des chocs brutaux ressentis dans l'isolement-, du yoga, du stretching, du tai-chi, de la marche- bref, du mouvement et de la circulation des égergies, de la méditation, une médecine respectueuse des processus de guérison, et des protections: par rapport aux ondes, aux polluants chimiques dans les produits ménagers, les produits de bricolage, les cosmétiques.

    Ne jamais avaler du tout cuit, du pré-maché, du pré-digéré! Notre vie, comme notre nourriture, c'est à nous de la choisir, de la préparer, de la déguster. A personne d'autre!

     

     

  • Des cadeaux bio pour changer

    panier bio fêtes

    Tout le monde n'a pas des doigts de fée, ou les talents de Pascale Weeks pour concocter des jolis cadeaux "pas comme d'habitude"; Néanmoins les commerçants bio vous ont concocté des "paniers bio" festifs pour cette fin d'année; différentes formules vous sont proposées. Celle-ci vient de l'Epicerie Bio avenue de Roodebeek, à Schaerbeek; L'avantage ? Vous recevez en plus un joli panier (différentes couleurs vous sont proposées). Le prix de celui-ci est de 29,70€. Une jolie manière de faire découvrir le goût du bio à ceux que l'on a envie de gâter. Ou de penser à l'été (ah le joli panier)... en dégustant ces délicieux produits BELGES et BIO...

  • Collations, dix-heures et p'tits goûters

     

    petzi

     

    Et vous, que mettez-vous dans votre boîte à tartine ? La boîte à 10 heures de votre chérubin ? Quelles collations, quelles garnitures saines et équilibrées, ressourçantes et gourmandes ? J'en ai déjà parlé, mais pour avoir déjà suivi une causerie de Taty, je vous encourage à venir l'écouter. Passionnante et ... stimulante.

    RAPPEL: Lundi 12 mars de  19h30 à 21h30

     

    à l'école Saint Henri

     

    La boîte à tartine et les collations idéales
    Conférence pratique avec Taty Lauwers

    (passionnée de nutrition et auteur de nombreux guides de cuisine nature)

     PAF: 5 euros. Infos: Marie Kirkpatrick marie.ki@tiscali.be