taty - Page 2

  • Fruits et légumes (encore!)

    Jus Oscar 4

     

     

    Betterave rouge, carotte, pomme, gingembre

     

     

     

    Suite à mon "coup de g..." envers Mister K et ses "liquides colorés" (le marketeur a poussé l'audace jusqu'à accoler le mot "VIE" à sa marque...), Taty* m'envoie un mail dont je reproduis quelques extraits ci-dessous :

     

    "il faut évaluer que le producteur ne doit pas indiquer sur l'emballage les conservateurs et autres additifs peu ragoûtants car
     
    1/ ceux que le producteur brésilien ou sudafricain du jus "concentré"  a ajouté n'entrent pas en compte; seuls comptent les additifs que mr K. ajoute lui-même;
     
    2/ on peut, mais on ne doit pas ajouter les additifs qui sont considérés comme inoffensifs... or des personnes fragiles réagissent même à l'acide citrique quand il est sous forme de poudre.
     
    3/ je ne suis pas sûre que le producteur doit noter sur l'étiquette les vitamines de synthèse ajoutées, mais il a dû obligatoirement en utiliser car les traitements industriels ont dénaturé une grande partie (pas toute) des nutriments.
     
    4/ je ne crois pas qu'il y ait d'études sérieuses sur la viabilité des phytostérols, des flavonoïdes, etc des fruits et légumes après traitement "concentré"... mais au goût et à l'effet sur ma propre jubilation cellulaire, je peux imaginer qu'ils n'en sortent pas grandis. J'ai goûté ces jus, je n'en ai retenu que le goût sucré.
     
    Rien n'indique non plus le pourcentage de résidus de pesticides et engrais + autres molécules de synthèse, qui viendraient perturber la joie cellulaire de ton collègue...
     
    Il suffit d'ailleurs de faire la dégustation comparative: le jus au Jazz Max ou autre extracteur est non seulement infiniment meilleur mais il te fait te tenir vertical. Même les enfants lors de mes démos dans les magasins bio s'exclament! ça me fait toujours grand plaisir..."
     
     
    * C'est vrai que Taty distribue le Jazz Max. Vous pourriez penser qu'il s'agit d'un argument publicitaire contre un autre...
    Mais comme elle le témoigne abondamment, chez elle, l'alimentation saine n'est pas un gadget; Taty lui doit d'être toujours en vie. Laisserez-vous Mister K. vous empoisonner ? D'ailleurs, tout jus frais produit avec n'importe quel extracteur doux vous ravira le palais et fera chanter vos cellules...
     
    Santé ! (le mélange ci-dessus est un délice!)
  • Avec ou sans lait ?

    Sans  lait UHT de vache maltraitée aux antibios et mangeant (parodiant Coffe) "de la meeeerde", ou avec lait cru de vache qui court dans les prés mangeant de l'herbe sans pesticides ?

    Et surtout il y a-t-il une différence pour tous ces pauvres buveurs de lait/mangeurs de fromages réduits à l'abstinence totale pour cause d'eczéma, d'otites, bronchites, de colites, de constipation ou autres maladies à répétition ?

     

    Taty vous décortique tout cela dans son dernier opus :

    Qui a peur du grand méchant lait (Mythes ou réalités des allergies retardées)

     

    méchantlait

     

     

    Pour qui ?

     

    Un extrait de l’avant propos :

    "Dans ce petit ouvrage pratique, je me propose de détailler l’impact de la pasteurisation, de l’homogénéisation et des pratiques intensives d’agriculture sur les forces de construction du lait. Je me concentrerai sur les facteurs naturels propres au lait cru, au-delà du simple apport en nutriments et en minéraux. Dans une optique résolument pratique, j’entrerai dans la question de savoir comment faire, au quotidien pour acheter et gérer des produits de lait cru, dans quels cas et quand arrêter le lait, comment et quand pouvoir reprendre ? Je me demanderai, à voix haute, quelle sorte de lait éliminer. Et lorsqu’il faut malgré tout abandonner le lait, je m’interrogerai sur les modèles alimentaires qu’il convient de suivre.

    En filigrane, un mini-mantra de sagesse toute féminine : il s’agit de s’écouter plutôt que de suivre un gourou ou un chef de horde. Disons que je me suis employée, dans ce petit livre, à ramener chacun à sa propre écoute et à dénoncer quelques sirènes du tissu symphonique dans leur inlassable discours prêt-à-penser, pousse-à-jouir et « bouh, j’ai peur ». Chacun tète dans le lait un peu trop d’affects et de symbolique pour ne pas s’abreuver à certains de ses fantasmes. D’autres, qui voudraient tout simplement revenir au bon sens et à la bonne santé qui ont partie liée, penseront par eux-mêmes et tireront leurs propres conclusions des informations documentées que ce livre contient. C’est à eux que ce livre est destiné." (Taty)

     

    A la lecture: 

    Comme d’habitude, dans un livre à la fois extrêmement bien documenté, agréable à lire et très accessible, Taty nous livre une vision décalée des voies toutes tracées de la diététique grand public et nous amène à nous interroger, et nous écouter, (écoute ton corps camarade) avant de diaboliser ou porter aux nues un aliment quel qu’il soit. Et surtout Taty nous ramène sans arrêt à cette constatation que nous ne pourrons pas nous nourrir impunément pendant des années avec des aliments « de confort », c'est-à-dire préparés et proposés par l’agro-business dans le seul but d’enrichir les actionnaires et non de vous ressourcer, bien entendu.

    Beaucoup de site « naturo » et « végé » dont j’admire (et utilise) beaucoup les recettes comme celles de Cléa, de Anne  de blogbio ou de Valérie Cupillard ou encore celles de la Belle au blé dormant proposent une alimentation sans lait, voire sans beurre.

     

    J’aime leur côté "bio et nature"  décomplexé proposant des recettes inventives, attractives et savoureuses avec des produits ressourçants, mais depuis que je lis Taty (lire les pages suivantes ) et depuis que je suis aussi réconciliée avec le beurre (cru & bio), je suis moins accro à utiliser chaque fois que c'est possible  un substitut au lait de vache, en utilisant du lait de soja, de riz ou d’autres céréales & oléagineuses (et c’est vrai que de délicieuses spécialités sont apparues ces dix dernières années sur les étals des épiceries bio).

    Mais comme le souligne Taty, l’on n’a pas encore observé sur la santé l’impact de ces boissons, dont on ne peut pas prouver qu’elles soient ressourçantes. (Cela dit, j’avoue : par atavisme familial, ma fille n’a été nourrie qu’au lait de femme, et au lait de riz + de la poudre d’amandes pour le calcium- pour les os- à ce propos, vous verrez qu’il est aussi question d’ostéoporose dans le bouquin).

    Beaucoup passent à la consommation de laits de céréales & oléagineuses vu leurs problèmes de santé causés par l'ingestion de produits laitiers (allergies, eczémas etc.) ou par conviction, et en ressentent un bien-être certain, et voient même des disparitions totales de nombre de désagréments encourus auparavant.

    Eviter un lait qui n’a plus rien du liquide ressourçant sortant du pis de la vache nourrie au pré et soignée à l’homéopathie après la disparition des symptômes d’empoisonnement , (sans parler des fromages « plastiques » dont les enzymes sont manipulés génétiquement) toute sa vie, est une réaction salutaire !

     

    Mais se priver des multiples bienfaits du fromage frais, affinées, petit lait, beurre, lait, kéfir, à base de lait cru, bio, d’enzymes non manipulés, et EN QUANTITES RAISONNABLES (pas du tout ce qui est promu depuis des décennies par le lobby laitier de l’agro-business) est dommageable pour votre santé sur le long terme.

    (D'ailleurs, si quelqu'un a des grains de Kéfir à me passer, j'en cherche!!!)
     

    Taty détaille tout cela dans ce livre,  avec différents « encadrés » qui vous éclaireront :

     

    "Le beurre serait le meilleur..."

    "L'histoire cachée du lait"

    "Laitages : oui ou non ? Lesquels? Quand ?"

    "Eviction  momentanée ou définitive ?"

    "Quels laitages pour quels types de réactions ?"

    "Le contenu en lactose des produits courants"

     

    Une mine de renseignements, sans compter les avis éclairés sur l’ostéoporose*(buvez du lait !) et les maladies cardio-vasculaires (mangez notre margarine anti-cholesterol pour protéger votre cœur !).

     

    Ne soyez pas dupes des fabriquants industriels de nourritures. Il ne veulent pas votre bien, ils veulent vos sous!  

     

    * pour combattre l'ostéoporose, le bouillon de poule, veiller à son acidose, faire de l'exercice physique : 3 secrets de longue vie aux os solides!  

     

  • LOW-CARB

     

    LowCarb

     

    Quoi de plus naturel que de se nourrir ?

    Entre le frigo nourricier et le culte du slow-food, l'explosion des blogs de cuisine, la glorification du produit le plus terroir-naturel-sain-riche en nutriments-complet-novateur (barrer les mentions qui ne vous conviennent pas), la montagne de livres qui sortent chaque saison sur la cuisine - j'ai eu un vertige à la Fnac Forum, l'autre jour à Paris- , les régimes - à la mode-de printemps-ww-montignac-atkins- du Elle, du Flair-(idem précédent) il devient épineux de se faire confiance en matière d'ingestion d'aliments... En effet, les stress, pollutions diverses et aliments frelatés nous ont bien encombré les cellules de tas de produits chimiques, que nous avons du mal à éliminer... La chimie de notre cerveau dénutri nous amène à des comportements irrépressibles... Et en plus, chacun est différent, suivant sa propre histoire, depuis sa première gorgée de lait... (et à mon avis depuis la rencontre de la cellule femelle et de la cellule mâle...)... Donc comment imaginer que ce qui me convient conviendra à ma voisine, mon jules, ma fille?

    Je quitte donc les autoroutes des comportements alimentaires autorisés pour me lancer dans le défrichage de mon propre chemin. Oh bien sûr, j'ai déjà suivi beaucoup de petits sentiers, ou bien simplement cheminé dans l'herbe à côte de l'autoroute rassurante car elle est large et semble mener tout droit...

    Dans ma recherche perpétuelle (comme toute recherche personnelle...) je vais m'inspirer pour le moment de la religion "low carb" cad pauvre en hydrates de carbone. Pour éviter le gluten à mes intestins fragiles- pour le moment- je ne mangerai plus de pain, même s'il est permis d'en manger dans le "low carb" (on n'a pas dit NO carb...). En même temps, je vais piocher dans une liste d'aliments correspondant à mon pofil ayurvédique... (dans un prochain post). Tout cela en me centrant sur ma propre énergie, car c'est bien moi qui sait ce qui me convient le mieux. Mais la petite voix est souvent étouffée par les sirènes extérieures;

     

    Pour vous donner la machette qui va vous aider dans cette jungle, je vous recommande chaudement Taty Lauwers et ses Entretiens culinaires et coaching en nutrition .

    Pas de gourouisme, ni rien de "isme" d'ailleurs dans la démarche de cette passionnée de recherches en nutrition.

    Je vous tiens au courant pour la suite de mon nouveau "plan alimentaire".