prendre sa santé en main

  • Recettes Ressourçantes, un livre de recettes santé gratuit

    livret gratuit, ebook gratuit

    Beaucoup de personnes qui suivent mes cours de cuisine ou mes coaching santé, voire les amis que je reçois à dîner, dans le cadre de Bookalokal ou de manière privée, partagent un cliché concernant les recettes de cuisine "santé". C'est forcément moins goûteux, savoureux, plaisant et jouissif qu'une bonne mousse au chocolat.

    Or je ne rejette pas du tout une bonne mousse au chocolat! - tout est question de mesure, comme je dis toujours, n'est-pas John ? - mais je suis tout autant (si pas plus) attachée au plaisir des papilles que tout un chacun. Car une alimentation se doit d'être bonne, propre et juste, selon les principes de Slow Food... Et bonne, c'est bonne dans la bouche, au palais, plaisante aux papilles et dispensatrice de bonheur,  avant que d'être "bonne pour la santé" (ce qui est souvent suspect, ou en tous les cas, suspecté d'être moins bon à manger!).

    Quand je sers de la mousse au chocolat, elle est juste "délicieuse". Et faite avec du chocolat bio, des oeufs de poules qui courent et qui picorent,  et du sucre rapadura, elle en devient en plus ressourçante. Alimentation ressourçante, ça coule de source, mais qu'est-ce que ce terme recouvre exactement ? J'en parle ci dessous, dans l'introduction que Gabriella Tamas et Taty Lauwers m'ont demandé d'écrire pour ce livret de Recettes Ressourçantes N°1 (ce qui veut dire qu'il y en aura d'autres! Chouette!)

    L'introduction du livret:

    "Bonne chance" au lieu de  "bon appétit", c’est ce que nous souhaite malicieusement Pierre Rabhi*(1) dorénavant ! Car se nourrir est devenu une entreprise risquée qui suscite inquiétudes  et interrogations. A quel « sain » se vouer ?

    Le bon sens a quitté nos foyers, nous laissant, ménagères et cuisiniers, démunis, incapables de nous relier à ce geste ancestral et fondamental:  cuire et préparer des aliments  que nous avons nous-mêmes cultivé, récolté, séché, entreposé, nourri, tué, découpé. Pour composer des repas nourrissants, revigorants, réparateurs.  Non seulement, nous ne le faisons plus mais nous ne connaissons même plus personnellement celui ou celle qui le fait pour nous !

    “Manger est un acte agricole”, selon Carlo Petrini*(2) fondateur de Slow Food, ce mouvement  qui relie ceux qui mangent, à ceux qui travaillent la terre et produisent notre nourriture. Nous tirons notre vie même de cette  terre, de l’humus et des animaux qui la peuplent, de l’eau qui la baigne, de l’air qui la berce. Or, plus notre nourriture est séparée de son état originel et dénaturée, plus notre énergie se dégrade.

    Si la dégradation de notre environnement et de notre agriculture se sont lentement accélérés ces dernières années,  créant un effet de loupe  et une prise de conscience chez certains d’entre nous, les effets de l’alimentation industrielle ont été étudiés très sérieusement il y a déjà 75  ans! (bien  avant la chimie à tout va, donc). Entre 1931 et 1937, Weston A. Price*(3), stomatologue américain a réalisé une étude scientifique pour observer les effets d’une alimentation appauvrie, industrielle, et déjà à l’époque identique en tout point du globe ( farine blanche, sucre raffiné, conserves, graisses végétales, riz poli, thé, café, chocolat)  sur des populations à l’alimentation auparavant ancestrale, naturelle et locale. Malformations, caries, maladies accrues,  psychisme dégradé, ces effets étaient observables en quelques années seulement. Plus près de nous, la doctoresse Catherine Kousmine*(4),  a étudié et soigné par l’alimentation vraie, dès les années 60, ses contemporains suisses ayant abandonné leur mode de vie de toujours.

    Dès les années  90, Taty Lauwers*(5), se basant notamment sur ces auteurs et bien d’autres passeurs “de bon sens”,  lisant et adaptant les travaux de la Weston Price Foundation*(6),  et affinant ses auto-observations, passa au mode alimentaire ancestral. Les aliments qui en constituent la base, de bonne provenance, bruts, crus et nus seront par elle qualifiés de ressourçants*(7). Car cette alimentation, originelle, nous ramène à la source de notre énergie: la terre elle-même.

    Nous sommes des naturopathes, thérapeuthes, coaches, conseillères en nutrition, et... cuisinières, formées par Taty Lauwers. Dans notre cuisine quotidienne nous préparons chaque jour une nourriture locale, simple et vraie. Nous sommes vraiment heureuses de partager avec vous nos recettes fétiches, car elles sont vraiment extraordinaires.

    Ce livret vous stimulera à essayer ces produits ressourçants, de ceux qui vous alignent avec la terre, qui vous réparent, vous restructurent, et vous réconfortent vraiment, corps et âmes.  BON APPETIT !  On peut le dire, cette fois...

     

     

     POUR RECEVOIR CE LIVRET (CLIC)


     

    *(1) Agriculteur, écrivain et penseur français d'origine algérienne, Pierre Rabhi est un des pionniers de l'agriculture biologique. www.pierrerabhi.org

    *(2) Carlo Petrini, fondateur de Slow Food en 1989, a reçu en 2013 le titre de “Champion de la Terre” pour les efforts de SF en faveur de la durabilité, la biodiversité et la réduction du gaspillage alimentaire. www.slowfood.com

    *(3) En savoir plus sur les recherches de Weston Price en lisant (en français) une thèse de médecine de 1955 http://clairetlipide.wordpress.com/2013/12/02/1955-une-curieuse-these-de-medecine/

    *(4) “Sauvez votre corps” de Catherine Kousmine, (Ed. J’ai lu) www.kousmine.com

    *(5) (7) Taty Lauwers, “courtière en régimes santé” a écrit “Nourritures vraies” (Ed.Aladdin), la base de tous les régimes santé. www.taty.be

    *(6) www.westonaprice.org

    Le site de Gabriela Tamas

     

     

     

     

     

     

     

  • Au secours, je ne sais pas quoi manger pendant les fêtes !

    Sapin.jpg

    Les personnes que je coache durant l'année pour leur plan alimentaire (que ce soit pour épuisement chronique, fatigue, fibromyalgie, burn out, diabète ou tout autre désir de perte de gras, amélioration de l'énergie, de la santé, car le coaching santé que je propose vous aide pour des tas de maux, petits ou grands ), ces personnes me demandent avec angoisse ce qu'elles sont "autorisées" à manger durant les fêtes (ou pour Pâques, le buffet de communion de leur enfant, leur anniversaire, ou tout autre réjouissance comprenant boissons et aliments).

    Lorsque j'étais moi-même coachée pour mon poids chez WW (chaque semaine durant 1 an !) j'ai reçu beaucoup de conseils pour affronter ce type de situation (et je n'ai pas honte de dire que j'ai repris les 25 kg perdus cette année là... C'est la triste histoire des régimes se basant sur la restriction calorique).

    Tous les conseils que j'ai reçus n'étaient pas à retenir (depuis, j'ai pris mes distances avec la vision lipidophobe de Weight Watchers, voir carrément glucidophile ! Pour la petite histoire, WW est détenu par une famille belge (Ullens) héritière des Sucreries de Tirlemont, revendues depuis, pour acheter WW. WW fait partie d'un grand groupe assez discret, Artal, principalement composé d'entreprises pharmaceutiques).

    J'ai donc depuis, fait le tri dans les conseils, et adopté mes propres stratégies.

    Ce qui peut vous aider vous, comme cela m'a aidé moi-même:

    - Les fêtes- qu'elles qu'elles soient- avec leur cortège de "tentations", de "plats pas permis", de "bombes caloriques" (on a bien compris qu'on s'en fout des calories, mais bon, le schéma est imprimé dans notre cerveau!), de "cholestérol à outrance" (les huitres! le foie gras!) de "boissons alcoolisées pleines de sucre", et bien ces fêtes font partie de votre vie ! Ce sont des traditions, des moments de réjouissance, de convivialité et de partage avec ceux que vous aimez. CEUX QUE VOUS AIMEZ. Si on vous "force" à faire la fête avec des gens que vous n'aimez pas, fuyez!  Car c'est alors que la nourriture deviendra un refuge émotionnel, et vous rendra malheureux/se.

    Donc, ces moments là sont plein de belles choses à vivre qui ne concernent pas que manger !

    Concentrez-vous sur l'attention aux autres, l'écoute, l'émerveillement, la joie de voir ceux que vous ne côtoyez peut-être pas assez, prenez de leurs nouvelles, donnez des vôtres. Concentrez vous sur le côté ensoleillé de votre vie, et laissez pour une fois les plaintes de côté. 

    Ces fêtes font partie de la vie et sont (en théorie) des moments heureux, n'en n'ayez pas peur.

    - Diaboliser un aliment le rend très, mais trèèèèèès désirable... Rien n'est interdit lors d'une soirée de fête (c'est le message principal que je donne, ce qui réjouit toujours mes coachés!).

    Cependant, je vous invite à ceci: prenez du plaisir à manger et à boire ! Savourez, d'abord avec les yeux, ensuite avec le palais! Prendre le temps de savourer, de mâcher, de discriminer les saveurs, de détecter ce qui nous délecte particulièrement... Mâcher, savourer, c'est aussi donner à son cerveau le temps de détecter sa satiété... Pour cela, mangez et buvez de toutes petites portions si vous voulez aller au bout du menu sans inconfort ;-)

    - Les lendemains de fêtes (ou le surlendemain), écoutez votre corps... Pas faim le matin ? Inutile de manger, même si je répète qu'un repas de roi le matin est nécessaire à beaucoup d'organismes, et que c'est devenu aussi votre mantra. Juste envie d'un bouillon de poulet ? Sortez votre réserve du congélo et faites-vous un bon bol chaud de ce remède incomparable.. Une petite cure de jus de légumes, avec un détoxifiant puissant comme la spiruline peut aussi aider votre foie, fatigué ou surmené...Même pour un jour!

    Et ensuite, reprenez votre plan alimentaire habituel, jusqu'à la prochaine fête, anniversaire, soirée de nouvel an...

    - Préparez-vous même tout ou partie des agapes - ou faites le faire par un cuisinier sous vos indications, et faites le en harmonie avec votre choix alimentaire du moment (paléo, sans gluten, sans sucres, sans additifs, sans phosphates, même et surtout si vous êtes atteint de fibromyalgie, diabète, burn out, épuisement chronique... ). Des personnes tout de suite malades avec l'alimentation industrielle tout venant n'ont parfois pas d'autre choix ! Je pense à certaines poly-sensibles, affectées par la moindre miette d'alimentation conventionnelle. Souvent ces personnes, d'ailleurs, sont vues comme le mouton noir de la famille (oh, toi, avec ton bio/tes trucs bizarres/tes graines germées/ta viande crue/tin beurre cru, biffez les mentions inutiles ). Mais souvent, une fois mise dans le bain, la famille en question trouve ça très bon, ce que vous préparez... Votre mine splendide les convaincra plus que tout, d'ailleurs. Donc, haut les cœurs, on affiche sa grande forme !

    Je vous souhaite une très bonne période de fêtes, un très bon réveillon de Saint Sylvestre et un début d'année en pleine santé (puisque c'est vous qui décidez!).

    Dans le cadre de vos bonnes résolutions santé, d'ailleurs, réservez déjà les cours de cuisine de l'année prochaine, dont le programme se trouve sur cette page, car les cours se remplissent très vite!
    Si c'est pour se faire aider de manière individuelle, c'est aussi très efficace. Voyez mes offres de coaching santé sur cette page ici, et envoyez moi un mail pour me demander le mini bilan gratuit! Ce sera un pas décisif pour reprendre en main votre santé!

    Par ailleurs, si l'approche "manger en pleine conscience" en période de fêtes vous parle, je vous conseille de lire l'article de Gabriella Tamas, une coach et naturopathe en France,  sur le sujet. Il est aussi très inspirant !